Press "Enter" to skip to content

Monde. Afrique du Sud : plus de 70 morts dans des émeutes suite à l’incarcération de l’ancien président Jacob Zuma

ACTUALITÉ > Monde

Les violences se multiplient en Afrique du Sud, depuis l’incarcération de l’ancien président Jacob Zuma, avec un bilan de plus de 70 morts. Les émeutes se sont intensifiées le mardi 13 juillet, malgré les appels au calme lancés par de hauts responsables et le déploiement de milliers de soldats pour aider les forces de police locales en difficulté.

La Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud a condamné l’ancien président Jacob Zuma, dont le mandat de 9 ans a pris fin début 2018, à 15 mois de prison pour outrage à la cour.

La présidente par intérim de la Cour constitutionnelle, Sisi Khampepe, a lu la décision des juges, déclarant : « C’est en effet le travail noble et solitaire du pouvoir judiciaire, imperméable aux commentaires publics et à la rhétorique politique, de faire respecter, protéger et appliquer la Constitution et la loi à tout prix. »

Le jugement a été mal accueilli dans tout le pays, provoquant des scènes d’agitation, de pillage et de violence d’une ampleur inédite.

Le président Cyril Ramaphosa a qualifié les troubles de « sans précédent au cours des 27 années écoulées depuis la fin du régime de l’apartheid ». Après une semaine de troubles, le nombre de morts s’élevait à 72, avec environ 1 300 arrestations.

Selon un rapport du journal The Guardian, le 12 juillet dix personnes ont été tuées lors d’émeutes dans le centre commercial Ndofaya à Soweto, d’après le témoignage des responsables. Des pillards ont aussi perdu la vie suite à l’effondrement d’une pile de marchandises dans un entrepôt . Quatre policiers ont été blessés au cours de ces émeutes.

Les troubles se limitent pour l’instant aux deux provinces les plus peuplées d’Afrique du Sud, Gauteng, et KwaZulu-Natal, la province natale de Jacob Zuma. Lundi, 26 décès ont été signalés dans le KwaZulu-Natal et 19 dans le Gauteng.

Les pillages sont monnaie courante

Des pillards ont emporté des téléviseurs, des fours à micro-ondes, des vêtements et des articles de literie. Des voitures et des camionnettes ont été utilisées pour aider à retirer des articles des vitrines des magasins.

Des scènes similaires se sont déroulées dans tout le KwaZulu-Natal. La capitale Pietermaritzburg a été particulièrement touchée, de nombreux magasins d’électronique grand public, de viandes, de vêtements et d’équipements sportifs, ayant été pris pour cible par les pillards.

La plupart des entreprises de la région ont fermé leurs portes par mesure de précaution, et de fausses alertes ont entraîné l’évacuation de plusieurs centres commerciaux dans la région de Johannesburg.

Le mercredi 13 juillet, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré qu’il envisageait d’envoyer des troupes supplémentaires en renfort aux milliers de soldats déjà affectés au contrôle des émeutes et des pillages, selon Reuters.

Quelques 40 000 entreprises auraient été touchées par les émeutes, et 130 000 emplois menacés, entraînant des pertes économiques locales, notamment la perte de stocks évalués à plusieurs milliards. Les pertes occasionnées par les dégâts matériels et les pillages sont aussi estimées à plusieurs milliards de dollars.

Dans le but de protéger leurs biens, certains particuliers ont commencé à s’armer. « Des citoyens armés de fusils, dont beaucoup appartiennent à la minorité blanche d’Afrique du Sud, ont bloqué les rues pour empêcher de nouveaux pillages », selon un rapport de Reuters.

Dans la région de Durban, la troisième ville d’Afrique du Sud, des habitants aisés ont affrété des avions privés et des hélicoptères pour échapper à la violence, alors que des panaches de fumée noire s’élevaient des entrepôts en feu dans la région.

Les hôpitaux sous pression

Les pillages ont eu des effets désastreux sur les hôpitaux de la région de Durban, toujours aux prises avec la troisième vague de pandémie de coronavirus 2019 (Covid-19).

Le Réseau national des hôpitaux (NHN), qui représente 241 hôpitaux publics, a déclaré à Reuters qu’il était « à court d’oxygène et de médicaments dont la plupart sont importés par Durban. »

« L’impact des pillages et des destructions a des conséquences désastreuses sur les hôpitaux », a indiqué le NHN.

Pour aggraver le problème, dans les zones touchées par le chaos, les gens ont du mal à se rendre au travail, ce qui aggrave les pénuries de personnel déjà induites par la pandémie.

La pauvreté et les inégalités dues aux restrictions visant à endiguer la pandémie de Covid-19 sont en partie accusées d’alimenter la violence et les émeutes.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.