Press "Enter" to skip to content

Chine. Stratégie zéro Covid : les autorités de Shanghai séparent les enfants testés positifs de leurs parents, suscitant l’indignation

ACTUALITÉ > Chine

La bataille contre la Covid-19 ne connaît pas de répit en Chine. Shanghai, la capitale financière, fait face à sa plus grave flambée épidémique depuis le début de la pandémie, avec plus de 10 000 cas positifs signalés chaque jour depuis le 4 avril.

Afin de respecter la stratégie « Zéro Covid », les autorités de la ville de Shanghai, qui compte 26 millions d’habitants, ont décidé de prolonger le confinement, plongeant la population dans une situation désespérée.

De jeunes enfants isolés en quarantaine

Selon des rapports de CBS News et du New York Times, l’une des politiques de la ville consiste à séparer les enfants, même très jeunes, de leurs parents en cas de test positif.

Afin de suivre l’état de santé des citoyens, chaque personne en Chine doit posséder un téléphone portable indiquant son statut Covid. Les personnes avec un code vert sont autorisées à voyager librement. Celles dont le code est jaune ou rouge ne sont pas autorisées à se rendre dans les lieux publics tels que les supermarchés, les hôtels, les restaurants, etc. Une personne infectée doit ensuite signaler tous ses contacts proches aux autorités sanitaires, se soumettre à une quarantaine et à plusieurs tests d’acide nucléique avant de pouvoir retrouver son statut vert.

Les personnes dont le test est positif, même si elles ne présentent aucun symptôme et ne nécessitent pas de soins médicaux, sont emmenées par le personnel chargé de la pandémie dans des sites de quarantaine mis en place par le gouvernement, où elles doivent rester jusqu’à ce que leur test soit négatif.

Les autorités sanitaires de Shanghai défendent la politique de séparation des enfants, la qualifiant de cruciale

Le 4 avril, le responsable de la Commission municipale de la santé de Shanghai, Wu Qianyu, a déclaré lors d’une conférence de presse que « si l’enfant a moins de sept ans, il sera traité dans un centre de santé publique ».

Wu Qianyu a insisté sur le fait que les séparations étaient cruciales pour le « travail de prévention et de contrôle » des autorités de Shanghai, ajoutant : « nous avons clairement indiqué que les enfants dont les parents sont également positifs… peuvent vivre au même endroit que les enfants, à condition de remplir " certaines conditions " ».

Alors que les autorités insistent pour s’en tenir au respect des directives du Covid, des photos et des vidéos d’enfants en pleurs séparés de force de leurs parents ont fait surface sur Internet. Bien que ces vidéos aient suscité beaucoup de colère et de critiques sur les médias sociaux, la stratégie de lutte « zéro Covid » du pays semble ne faire qu’empirer, les incidents tragiques se multipliant tous les jours.

Dans cette vidéo, on peut voir des enfants de maternelle emmenés de force par le personnel en charge de la pandémie alors qu’ils réclament leurs parents. (Vidéo : via Twitter)

« Les parents doivent remplir des " conditions " pour accompagner leurs propres enfants ? C’est absurde… cela devrait être leur droit le plus fondamental », a écrit un commentateur anonyme sur la plateforme de médias sociaux chinoise Weibo.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, un habitant de Shanghai, confiné, a déclaré que la « catastrophe provoquée par l’homme », en référence aux protocoles Covid implacables du pays, était « plus dommageable que le virus lui-même ».

Aucun signe de relâchement

Dans un premier temps, les autorités de Shanghai ont promis de ne pas confiner l’ensemble de la ville, mais plutôt de cibler des zones et des quartiers spécifiques où des cas de Covid ont été confirmés. Toutefois, après une augmentation drastique du nombre de cas, les responsables de la ville ont annoncé que les mesures de confinement à l’échelle de la ville devaient être prolongées jusqu’à nouvel ordre.

Depuis plusieurs semaines, les habitants de Shanghai craignent d’être soumis à des assignations à résidence prolongées, semblables à celles qu’ont subi les habitants de Xi’an en décembre dernier, pendant près d’un mois. Des habitants désespérés ont partagé sur les réseaux sociaux la terrible situation à laquelle ils font face, certains au bord de la folie, d’autres se retrouvant sans nourriture ni provisions et sans aucun moyen de s’en procurer.

Le 4 avril, le nombre de cas dans l’ensemble de la Chine a dépassé les 13 000 pour la deuxième journée consécutive. Le nombre d’infections quotidiennes a atteint des taux jamais vus depuis le début de la pandémie dans la ville de Wuhan.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.