Press "Enter" to skip to content

Chine. Les satellites révèlent la vérité ? Le trafic devant les crématoriums en Chine atteint un niveau record

ACTUALITÉ > Chine

Lors de la récente vague épidémique en Chine, les autorités refusent toujours de publier les vraies statistiques des morts ou des maladies. Cependant, les images satellites obtenues par les médias américains montrent une augmentation du trafic devant les crématoriums dans certaines villes chinoises et les funérailles sont bondées en de nombreux endroits, un phénomène qui n’a jamais été observé dans les cinq ans voire dix ans passés. Face à une nouvelle dissimulation du gouvernement chinois, des experts américains préconisent la surveillance par satellite des crématoriums chinois pour traquer la vérité sur l’épidémie en Chine.

Les images satellites montrent une augmentation du trafic devant les crématoriums chinois

Depuis le début de l’épidémie, il y a plus de trois ans, les autorités chinoises ont imposé à plusieurs reprises des mesures de confinement obligatoires, entraînant des catastrophes secondaires dans tout le pays. Par exemple, les gens ne peuvent pas acheter de nourriture, n’ont pas accès à la nourriture, ne peuvent pas se faire soigner et ont des difficultés à s’échapper des incendies.

L’année dernière, après la révolution du papier blanc, le Parti communiste chinois (PCC) a soudainement et sans préparation levé les restrictions sanitaires au début du mois de décembre dernier, ce qui a conduit à une nouvelle vague d’épidémies frappant la Chine continentale. Un grand nombre de personnes sont mortes et les systèmes funéraires de nombreuses provinces et villes sont au bord de l’effondrement. Cependant, le PCC n’a cessé de le nier ou de l’éviter.

Alors que les responsables du PCC font grand bruit en affirmant que la Chine est sur le point de sortir de l’épidémie, Voice of America rapporte que des images satellites obtenues par la société américaine Planet Labs montrent de longues files de véhicules devant les crématoriums de certaines villes chinoises à la fin du mois de décembre de l’année dernière. Non seulement dans les grandes villes telles que Pékin, Shanghai et Guangzhou, mais aussi dans les villes de deuxième, troisième et quatrième rangs, les familles et les habitants locaux ont révélé que les crématoriums locaux sont surchargés, que les hôpitaux sont débordés et que les certificats de décès sont utilisés comme un leurre pour rejeter la responsabilité.

D’après une base de données d’images publiée par Google Maps (Google Earth pro), la circulation aux crématoriums du district de Panyu à Guangzhou et à Shenyang n’a jamais été aussi encombrée qu’en décembre dernier au cours des cinq à dix dernières années. Toutefois, en raison de la disponibilité limitée de données claires à l’échelle nationale, il n’est pas possible de tirer des conclusions sur la situation globale des crématoriums en Chine à l’heure actuelle.

Nick Hansen, expert en images satellite à l’université de Stanford (États-Unis), a également indiqué qu’en observant un plus grand nombre d’images, il était facile de constater qu’il y avait davantage de véhicules près de certains crématoriums depuis début décembre et que d’autres activités avaient augmenté également. « Certains crématoriums ont connu plus de changements que d’autres… On remarque notamment les véhicules blancs vus à de nombreux endroits, qui semblent être des corbillards, des bus et des voitures, probablement utilisés pour les funérailles et le transport des proches vers et depuis le cimetière. »

Jennifer Bouey, directrice de la recherche sur la politique chinoise à la RAND Corporation, souligne que le nombre total de morts en Chine sera probablement supérieur à 1,6 million en avril prochain. Étant donné que de nombreuses personnes âgées vivent dans des zones rurales où les systèmes de santé sont moins développés, le taux de mortalité risque d’être plus élevé que dans les zones urbaines.

Elle estime que le nombre de morts à Pékin va continuer à augmenter dans les semaines à venir. Si l’on se base sur le taux de mortalité de Hong Kong au printemps dernier, Pékin, qui compte 21 millions d’habitants, connaîtra 17 000 décès supplémentaires par mois, contre les 10 000 décès habituels. Et ce phénomène ne se limite pas à Pékin. Partout, il est possible que le nombre de décès augmente et que les morgues ne soient plus en mesure de traiter les dépouilles à temps.

Les États-Unis préconisent la surveillance par satellite des crématoriums chinois pour traquer la vérité sur l’épidémie en Chine

Seule une douzaine de décès dus à la Covid ont été annoncés en Chine depuis décembre, et seules les pneumonies et les insuffisances respiratoires causées par le virus sont classées comme les décès dus à la Covid, selon un changement temporaire des critères de décès par les autorités communistes chinoises.

La population chinoise souhaite connaître la cause de cette épidémie soudaine et de ce pic de décès. Des restrictions sur les médicaments à l’inefficacité des vaccins, combien d’injustices ont été causées par des catastrophes d’origine humaine ? Les certificats de décès délivrés en vertu des nouvelles normes du gouvernement chinois ont une fois de plus occulté la vérité.

Le fonctionnaire chargé de délivrer le certificat a révélé : « Si le secret est dévoilé, je perds mon emploi et, en même temps, l’État doit verser des indemnités. » Il soupire : « Nous mourons pour rien, on nous tue. »

Christopher Murray, directeur de l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME), prévoit que plus d’un million de personnes mourront de la Covid en Chine d’ici 2023, mais le moment exact du pic de l’épidémie est difficile à évaluer, car les rapports officiels sur les cas, les hospitalisations et les décès semblent inexacts.

Christopher Murray soutient que la surveillance des crématoriums est une méthode indépendante et logique pour suivre les décès de personnes atteintes de la Covid en Chine, dans le contexte du blocage de l’information du parti communiste. Une surveillance à haute résolution d’un grand nombre de crématoriums et des études approfondies pourraient être menées à l’avenir pour créer des images de référence des crématoriums.

Selon l’indice de recherche Baidu, le nombre de citoyens chinois recherchant le terme « positif » a atteint un pic à la mi-décembre, tandis que le nombre de recherches pour « crématoriums » a atteint un pic une ou deux semaines plus tard. Les recherches sur les « services funéraires » ont triplé, et étaient 64 % plus élevées que le pic dans le passé.

Eric Feigl-Ding, épidémiologiste et expert en santé publique sino-américain, a prédit que la migration du Nouvel An chinois, qui commence le 7 janvier, devrait concerner 2 milliards de personnes, et pourrait chevaucher le pic de l’épidémie.

Face à une deuxième vague de décès qui pourrait survenir pendant le Nouvel An chinois, il a exhorté le gouvernement communiste chinois à partager les données sur l’épidémie du pays de manière ouverte et transparente afin que les épidémiologistes et les agents de santé publique puissent évaluer la réponse appropriée le plus rapidement. « Toutes ces mesures auraient pu sauver davantage de vies. Mais la question est de savoir pourquoi la Chine ne le fait pas. » Eric Feigl-Ding s’est lamenté : « C’est triste. »

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.