Press "Enter" to skip to content

Chine. Hong Kong : la prophétie de Zhu Rongji selon laquelle les pécheurs nationaux révèleront leur face cachée dans 20 ans

ACTUALITÉ > Chine

Le nom de l’ancien Premier ministre chinois Zhu Rongji a récemment été mentionné, notamment dans des rumeurs en ligne selon lesquelles il aurait été impliqué dans la controverse « anti-Xi », avant le 20ème Congrès national. Toutefois, à l’heure où Hong Kong est en proie à une nouvelle crise virale, certains médias hongkongais sont revenus sur une déclaration faite par Zhu Rongji lors de sa visite à Hong Kong en 2002 au sujet des « pécheurs nationaux ».

Alors que cette année marquera le 25ème anniversaire de la rétrocession de la souveraineté de Hong Kong et le milieu des « 50 ans de statu quo », ce discours, ou prophétie de Zhu Rongji, semble toujours d’actualité et mérite d’être revu.

Le discours de Zhu Rongji

Le média de Hong Kong, HK 01, a rapporté il y a quelques jours que Zhu Rongji, alors Premier ministre, a prononcé un discours lors de sa visite à Hong Kong en novembre 2002 : Hong Kong venait juste de sortir de la crise financière asiatique. Il a déclaré que les défis auxquels Hong Kong était confronté étaient dus à des raisons historiques.

Mais il a affirmé avec force que Hong Kong avait des avantages uniques et qu’il pensait que « Hong Kong pouvait résoudre ses propres problèmes », car Hong Kong avait « un système de gouvernement relativement bien développé ». Parce que Hong Kong dispose « d’un système juridique relativement solide, d’une fonction publique relativement efficace, d’un excellent personnel d’affaires et de gestion, et elle a de nombreuses connexions avec le monde ».

Hong Kong : la prophétie de Zhu Rongji selon laquelle les pêcheurs nationaux révèleront leur face cachée dans 20 ans
Hong Kong dispose « d’un système juridique relativement solide, d’une fonction publique relativement efficace, d’un excellent personnel d’affaires et de gestion, et elle a de nombreuses connexions avec le monde », a déclaré Zhu Rongji lors d’un discours en 2002. (Image : wikimedia / Wiliiam J. Clinton Presidental Library / Domaine publique)

« L’avenir de Hong Kong est brillant, (…) je ne crois pas que Hong Kong ne se portera pas bien… »

L’une des citations les plus emblématiques a été la déclaration de Zhu Rongji selon laquelle il avait de grands espoirs pour l’avenir de Hong Kong : « L’avenir de Hong Kong est brillant, nous sommes toujours fiers d’avoir Hong Kong. Je ne crois pas que Hong Kong ne se portera pas bien. Si Hong Kong ne réussit pas, non seulement vous êtes responsables, mais nous le sommes aussi. Si Hong Kong est rendu à la mère-patrie, et si elle est gâchée entre nos mains, alors ne serons-nous pas des pécheurs nationaux ? »

En regardant les nouvelles antérieures, ce discours, ou prophétie de Zhu Rongji, a également été rapporté dans les journaux lors du mouvement anti-extradition en 2019. Maintenant, il est précisé qu’il a été reproduit dans le groupe de l’establishment. L’expression des médias « rouges » est que Zhu Rongji a souligné que le PCC attache une grande importance à la valeur de Hong Kong et ne ruinera pas Hong Kong. De sorte que ces « soies bleues » qui s’inquiètent du contrôle plus strict du Parti communiste chinois (PCC) sur Hong Kong puissent être rassurées et croire que le leadership est sage et l’avenir radieux.

Cependant, le PCC a toujours eu l’habitude de « dire toutes les bonnes choses et de faire toutes les mauvaises ». Cette année 2022 verra le 25ème anniversaire de la rétrocession de la souveraineté de Hong Kong, mais aussi la pire crise de santé publique de l’histoire. La notion de « pécheur national » n’a-t-elle été mentionnée que par Zhu Rongji ?

Le peuple de Hong Kong ne peut pas gouverner Hong Kong, l’avantage international est « effacé »

Alors que le bilan de la cinquième vague de l’épidémie de nouveau coronavirus, également connu sous le nom de virus communiste chinois ou Covid-19, à Hong Kong atteint son maximum, la réponse à la question de savoir ce qui est une catastrophe naturelle et ce qui est une catastrophe d’origine humaine devient plus claire.

Le 27 mars, le directeur général du Conseil médical du gouvernement de Hong Kong a révélé qu’environ 40 % seulement des décès étaient apparemment causés par le nouveau coronavirus, alors que 30 à 40 % des décès ne semblaient pas y être directement liés. Les reportages montrent qu’un grand nombre de patients, non Covid-19, sont décédés en raison de l’effondrement du système de santé, de retards de traitement ou de longues périodes d’attente dans les hôpitaux, plutôt que du virus lui-même.

La raison en est qu’au début de l’épidémie, le gouvernement de Hong Kong a suivi la ligne politiquement correcte du PCC, à savoir le « zéro Covid ». Il a bloqué les tests, ce qui a provoqué l’afflux dans les services d’urgence d’un grand nombre de patients positifs, présentant des symptômes légers ou inexistants. Ils ont accaparé les ressources médicales limitées et laissé les patients vraiment graves sans possibilités de recourir à leur traitement.

Les conséquences : un taux de mortalité qui a grimpé en flèche

À Hong Kong, lorsque le taux de mortalité dû au Covid a grimpé en flèche pour devenir le plus élevé du monde, le gouvernement de Hong Kong faisait encore tout son possible pour se préparer aux tâches politiques que Pékin lui avait confiées. Mais finalement, c’était une perte d’efforts et de temps précieux qui aurait pu servir à réaffecter les ressources médicales et faire face à la crise.

En plus de la politique générale de « zéro Covid », le PCC a également une stratégie générale de « prévenir les importations externes et le rebond interne ». En conséquence, le gouvernement de Hong Kong a imposé une interdiction de vol aux grandes puissances occidentales : faisant fuir les « talents exceptionnels des entreprises » de Hong Kong et coupant les « liens étendus de Hong Kong avec le monde ». Il a ainsi coupé le lien vital de l’île en tant que centre financier international, la transformant de facto en « île isolée ».

Selon la dernière enquête de la Chambre de commerce européenne, pas moins de la moitié des entreprises internationales ont l’intention de se retirer ou de se retirer partiellement de Hong Kong d’ici un an.

La conséquence de ne pas laisser « Hong Kong s’occuper de ses propres affaires » est que Hong Kong n’a pas été en mesure d’absorber les leçons et l’expérience des pays étrangers dans la lutte contre l’épidémie qui dure depuis deux ans. Au lieu de cela, à l’heure où le monde s’oriente vers la « coexistence » et la relance de son économie, les taux d’infection et de mortalité de Hong Kong sont en train de rattraper ceux du Royaume-Uni et des États-Unis.

La plus grande crainte des milieux d’affaires est que, même si l’épidémie se calme, la confiance des étrangers dans Hong Kong ne sera pas rétablie. D’ici là, combien d’avantages aura encore Hong Kong en tant que place financière connectant le monde ?

Hong Kong : la prophétie de Zhu Rongji selon laquelle les pêcheurs nationaux révèleront leur face cachée dans 20 ans
Ching Cheong a fait remarquer que, dès 2007, le PCC avait prévu d’établir une « deuxième équipe dirigeante » autre que le gouvernement de Hong Kong, de sorte que les organes du PCC à Hong Kong puissent être en mesure d’exercer leurs fonctions. (Image : wikimedia / Fuzheado / CC BY-SA 4.0)

Il ne faudra que 20 ans pour démanteler les forces institutionnelles de Hong Kong

Certains diront que Hong Kong est dans l’état dans lequel il se trouve aujourd’hui uniquement parce que l’accélérateur en chef « actuel » a pris un virage à gauche, allant à l’encontre de l’intention initiale des dirigeants de « rendre Hong Kong meilleur ». Avant la visite de Zhu Rongji à Hong Kong en 2002, Jiang Zemin, alors chef du Parti, tentait d’étendre à Hong Kong la politique de répression du Falun Gong en Chine, en faisant adopter 23 lois draconiennes à Hong Kong.

La Loi fondamentale prévoyait à l’origine que Hong Kong puisse « légiférer de son propre chef » pour protéger la sécurité nationale. Mais Pékin a rejeté la proposition des responsables de Hong Kong et a insisté pour créer un outil de répression conforme aux intentions du PCC. Ce qui a donné lieu à une manifestation de 500 000 personnes et a choqué sur le plan international.

L’incident de 2003 a prouvé que le PCC n’a jamais cru que « Hong Kong pouvait résoudre ses propres problèmes ». Ce moment décisif a également incité le PCC à mettre en place un Groupe central de coordination pour Hong Kong et Macao, composé de 18 départements et dirigé par le chef exécutif de Jiang Zemin, Zeng Qinghong. Il a modifié la politique à l’égard de Hong Kong pour en faire une politique de contrôle strict. Au cours des 20 années suivantes, les Hongkongais ont assisté à l’ensemble du processus de démantèlement des lois et des institutions de Hong Kong par le PCC.

L’interprétation de la loi fondamentale par le CNP en 2004 a décidé que le suffrage universel ne serait pas appliqué en 2007 et 2008, rompant ainsi la promesse de la loi fondamentale selon laquelle le chef de l’exécutif serait élu au suffrage universel, et annulant ce que Lu Ping, l’ancien directeur du bureau des affaires de Hong Kong et Macao, avait déclaré au Quotidien du peuple, à savoir qu’après 2007, le système politique de Hong Kong serait « entièrement déterminé par Hong Kong elle-même. Tant que les deux tiers des membres du Conseil législatif l’adoptent, le chef de l’exécutif accepte ». Avant 2012, la Chine a lancé une autre « explication » pour abolir le double suffrage universel, reniant sa promesse pour la deuxième fois et provoquant davantage la colère des habitants de Hong Kong.

Hong Kong : la prophétie de Zhu Rongji selon laquelle les pêcheurs nationaux révèleront leur face cachée dans 20 ans
En 2014, le PCC a publié un livre blanc intitulé Un pays, deux systèmes, dans lequel il proposait que le gouvernement central dispose des « pleins pouvoirs de gouvernance » sur Hong Kong, et menaçait de faire de la déclaration commune sino-britannique un document historique invalide. Ce qui a conduit au « Mouvement des 
parapluies »
et à la vague de répression qui a suivi. (Image : wikimedia / Umbrevolution / CC BY-SA 4.0)

Le PCC avait prévu d’établir une « deuxième équipe dirigeante »

Entre-temps, Ching Cheong, personnalité médiatique et commentateur bien connu, a fait remarquer que, dès 2007, le PCC avait prévu d’établir une « deuxième équipe dirigeante » autre que le gouvernement de Hong Kong, de sorte que les organes du PCC à Hong Kong : le bureau de liaison du gouvernement populaire central dans la région administrative spéciale de Hong Kong, le bureau du commissaire du ministère des Affaires étrangères, le commandant de l’Armée populaire de libération à Hong Kong et le commandant de l’Armée populaire de libération dans la région administrative spéciale de Hong Kong, puissent être en mesure d’exercer leurs fonctions.

En 2014, le PCC a publié un livre blanc intitulé Un pays, deux systèmes, dans lequel il proposait que le gouvernement central dispose des « pleins pouvoirs de gouvernance » sur Hong Kong, et menaçait de faire de la déclaration commune sino-britannique un document historique invalide : ce qui revenait à déchirer la Loi fondamentale. La même année, le CNP a concocté un système électoral pour Hong Kong selon lequel « le Parti communiste chinois sélectionne et la population de Hong Kong vote », ce qui a conduit au « Mouvement des parapluies » et à la vague de répression qui a suivi.

La Perle de l’Orient est recouverte de poussière et le « pécheur national » apparaît dans la vraie vie

En 2015 et 2017, les incidents de la librairie de Causeway Bay et de Xiao Jianhua ont été les points de repère de « l’enlèvement direct » par le Parti communiste chinois à Hong Kong. En 2019, l’ordonnance sur les délinquants fugitifs a été promulguée pour supprimer le pare-feu entre les deux systèmes et permettre au PCC d’attraper des personnes directement à Hong Kong, motivant finalement des millions de personnes à descendre dans la rue, dans le cadre d’une campagne antichinois.

En 2020, la « Loi sur la sécurité nationale » a vu le jour, ce qui a immédiatement entraîné un effondrement complet du système juridique de Hong Kong, des droits fondamentaux des Hongkongais, de la fonction publique et de la société civile dans son ensemble. Cela a marqué une rupture totale entre le PCC et la communauté internationale. Cette arme juridique « cosmique » s’est même étendue à la communauté internationale, les experts juridiques avertissant que « 8 milliards de personnes dans le monde pourraient tomber dans le filet de la loi par erreur » …

Hong Kong : la prophétie de Zhu Rongji selon laquelle les pêcheurs nationaux révèleront leur face cachée dans 20 ans
La Perle de l’Orient a été prospère pendant un siècle. Mais elle est devenue un sorgho depuis 20 ans. Quelle que soit l’intention initiale de Zhu Rongji dans son discours, le « pécheur national » a été exposé aujourd’hui, mais qui ne s’est pas encore réveillé ? (Image : Jessica Kwok / Pixabay)

Une prophétie prédisant les avantages uniques que Hong Kong perdrait

En écoutant les paroles de Zhu Rongji aujourd’hui, on a l’impression qu’il s’agit d’une prophétie alternative, prédisant à l’envers les avantages uniques que Hong Kong perdrait entre les mains du PCC. Le reste de la deuxième moitié de la phrase fait écho : « Si le retour de Hong Kong à la mère-patrie est gâché entre nos mains, ne serons-nous pas des pécheurs nationaux ? »

« Le fils d’un loup est un loup, et quand il arrive à ses fins, il devient sauvage », la Perle de l’Orient a été prospère pendant un siècle. Mais elle est devenue un sorgho depuis 20 ans. Quelle que soit l’intention initiale de Zhu Rongji dans son discours, l’histoire nous apprend que le gène maléfique du PCC et sa trajectoire vers la fin de la route ne sont jamais détournés par la volonté des autres. Le « pêcheur national » a été exposé aujourd’hui, mais qui ne s’est pas encore réveillé ?

Rédacteur Jean-Baptiste Adrien-Clotaire

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.