Press "Enter" to skip to content

Société. Trois histoires qui démontrent le pouvoir de la gentillesse 

TENDANCE > Société

La culture traditionnelle chinoise foisonne d’histoires de bonté et le divin récompense ceux qui l’expriment au travers de leurs bonnes actions. Cela peut sembler fou de préférer se sacrifier, se priver, voire de mourir plutôt que de faire du mal, mais la paix intérieure que cela apporte et la gratitude des bénéficiaires peuvent faire des miracles.

Le pouvoir de la gentillesse sauve la femme de Monsieur Fan

L’épouse de Monsieur Fan se mourait de la tuberculose. Un médecin dit à son mari : « S’il vous plaît, capturez cent moineaux. Après les avoir enfermés pendant trente-six jours, prenez leurs cerveaux le trente-septième jour, faites-les sécher et réduisez-les en poudre pour en faire des comprimés et votre femme sera alors guérie. N’oubliez pas qu’un moineau de moins ne fera pas l’affaire. »

Monsieur Fan suivit les instructions du médecin et attrapa des moineaux. Quand sa femme l’apprit, elle était furieuse et dit : « Tuer cent vies pour guérir ma maladie n’est pas la bonne chose à faire. Je préfère mourir que de commettre une chose pareille. »

Sur l’insistance de sa femme, Monsieur Fan ouvrit la cage, tous les moineaux s’envolèrent. Étonnamment, grâce à son acte de gentillesse, elle guérit complètement peu de temps après. Plus tard, elle fut enceinte et donna naissance à un garçon en bonne santé. A sa naissance, on remarqua des taches sombres sur ses deux bras qui ressemblaient à de minuscules moineaux.

Trois histoires qui démontrent le pouvoir de la gentillesse
Une concubine ou un esclave reste un être humain. Avoir de la gentillesse envers eux est béni des cieux. (Image : PublicDomainPictures / Pixabay)

La gentillesse envers une concubine fait le bonheur d’une famille

Wu Cilu avait dans la cinquantaine. Son fils, nommé Guoyan, était marié. Mais il estimait que l’essence de son corps était trop faible pour que sa femme puisse concevoir. Il souhaitait que son père ait un autre fils pour perpétuer la famille. Il en parla à sa mère qui accepta.

Quand Wu Cilu entendit cela, il dit : « Notre famille est pauvre et j’ai déjà un fils, pourquoi aurai-je besoin d’un autre fils ? »

Pendant ce temps, Guoyan et sa mère poursuivaient l’idée et vendaient secrètement certains de leurs biens. Ils achetèrent une concubine pour Wu Cilu. Mais à leur grande consternation, ils découvrirent que la concubine était une femme fragile et maladive.

Un médecin, appelé pour examiner la concubine, informa Guoyan et sa mère que la maladie de la concubine ne pouvait pas être guérie et qu’il valait mieux la vendre à un autre acheteur avant qu’il ne soit trop tard.

Guoyan et sa mère informèrent alors le « marieur » de leur souhait de revendre la concubine à d’autres acheteurs potentiels. Malheureusement, Wu Cilu n’en fut informé qu’après la fin des négociations.

Wu Cilu déclara alors : « En premier lieu, je ne voulais pas de concubine. J’ai été tenu dans l’ignorance et une erreur a été commise. Comment pourrions-nous continuer à ruiner la vie de quelqu’un comme ça ? Tant que cette concubine est avec nous, il y a l’espoir qu’elle donne naissance. Elle n’aura peut-être pas de chance si on la force à quitter notre maison. Comment pourrions-nous l’abandonner pour un peu d’argent ? »

Wu Cilu confia la vérité à l’acheteur, lui rendit l’argent et garda la concubine. À la surprise générale, la santé de la concubine s’améliorait chaque jour et finalement, elle fut enceinte et donna naissance à un fils en bonne santé pour la famille Wu.

Trois histoires qui démontrent le pouvoir de la gentillesse
Le phénix est considéré comme un oiseau divin d’une grande sagesse et vertu dans la culture chinoise. (Image : Yung-pin Pao / Pixabay)

Le Phoenix bleu paie une dette de gratitude

Pendant la dynastie Song (960-1279), un jeune homme nommé Yang Bangyi étudiait dans un temple, il remarqua la statue d’un phénix bleu dont les ailes étaient tombées. Au fil des ans, le phénix, perché sur le corps d’une statue de Bouddha avait été gravement endommagé par les fuites d’eau du toit.

Bangyi soupira et pensa : « Quelle honte ! »

Voulant réparer la statue, mais incapable de se le permettre, il sollicita des dons auprès de ses camarades de classe et de quelques riches messieurs. Ayant collecté suffisamment d’argent, Bangyi fit réparer le temple et relier les ailes du phénix à son corps.

Une année passa et Bangyi se rendit dans la capitale pour passer l’examen impérial. Cette année-là, les participants étaient invités à écrire un essai et un couplet poétique. L’érudit en herbe se mit au travail et, en un rien de temps, il termina l’essai et écrit la première ligne de son poème :

« Le temple de cinabre prédit la bonne fortune : un phénix de feu brille de mille feux sur les marches rouges du palais. »

Mais malgré ses efforts, aucun mot ne lui vint à l’esprit pour la deuxième ligne du poème. Les heures passèrent, et il était presque temps de rendre son travail.

Soudain, un élégant phénix bleu apparut dans le ciel, appelant Bangyi avant de s’envoler. Frappé d’inspiration, l’érudit a tout de suite écrit la seconde ligne du poème : « Le palais turquoise affiche un présage de bon augure : l’aile d’un phénix bleu effleure le ciel d’azur. »

Satisfait de son travail, il posa son pinceau et rendit le papier. Le couplet fut considéré comme un chef-d’œuvre, ce qui permit à Bangyi d’être classé premier à l’examen de cette année-là.

Le phénix est considéré comme un oiseau divin d’une grande sagesse et vertu dans la culture chinoise. En échange de la restauration de son corps et du sauvetage du temple, le phénix a béni Bangyi d’un brillant avenir.

Les histoires vraies ci-dessus nous montrent en effet le pouvoir de l’altruisme et de la gentillesse.

Rédacteur Catherine Keller

Source : 3 Stories of the Power of Kindness
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.