Press "Enter" to skip to content

Société. Guide pratique pour réaliser un jardin, étape par étape

TENDANCE > Société

Face à l’augmentation du prix des denrées alimentaires et à la multiplication des crises économiques dans le monde, nombreux sont ceux qui cherchent à adopter un mode de vie plus autonome et plus durable, et qui envisagent de cultiver un jardin pour la toute première fois.

Bien qu’il serait négligent de ma part d’entretenir l’illusion que le jardinage est une solution romantique et facile, je ne voudrais pas briser ce rêve. Créer un jardin demande beaucoup de travail et d’amour. Par travail, j’entends un travail physique réel, mais c’est aussi l’une des activités les plus gratifiantes que l’on puisse imaginer.

Cela demande aussi un travail de planification, du temps et de la détermination, mais c’est tout à fait faisable, et vous pouvez commencer dès maintenant. Nous allons passer en revue les principales étapes nécessaires à la réalisation d’un jardin, en tenant compte des différentes options et des divers facteurs.

Étape 1 - Trouver le bon endroit

En règle générale, un jardin sera plus performant s’il est situé dans un endroit ensoleillé. Cela signifie que cet endroit devra être exposé au soleil direct de 6 à 8 heures par jour (évitez si possible de le placer à l’ombre des arbres, des clôtures ou de votre maison). Bien que certaines cultures tolèrent un ensoleillement moindre, d’autres auront du mal à pousser.

Pour des raisons pratiques, choisissez un endroit proche de chez vous. Vous n’avez pas besoin d’un grand terrain pour commencer, et je vous recommanderais de commencer petit, peut-être par une parcelle d’environ 1,50 mètres sur 2,50 mètres que vous pourrez agrandir à l’avenir.

Un accès pratique à l’eau est important. Si vous avez de la chance, la plupart des arrosages seront effectués par des averses naturelles, mais une humidité constante est essentielle pour la germination et la croissance initiale. Une fois que les plantes auront établi des racines profondes et étendues, elles seront capables de rechercher des sources d’eau dans le sol. Cependant, toute période prolongée sans pluie nécessite un arrosage complémentaire, comme les périodes où les fruits se développent.

Si vous ne disposez pas de terrain approprié, vous pouvez faire appel à des voisins sympathiques, souvent trop heureux de vous prêter une parcelle de terre pour y créer un jardin qu’ils pourront voir pousser et à la gestion duquel ils pourront participer. Peut-être même vous proposeront-ils de partager les coûts d’installation et d’entretien. Il existe également de nombreuses possibilités de parcelles bon marché dans les jardins communautaires. Ces terres sont entretenues par la municipalité, ce qui facilite grandement le démarrage du jardin.

Étape 2 - Protégez votre jardin

Avant même de planter une seule graine, vous devez prendre des mesures pour protéger votre jardin. Pour la plupart d’entre nous aux États-Unis, les cerfs sont un ennemi redoutable lorsqu’il s’agit de potager. Bien que certaines personnes obtiennent un certain succès avec divers moyens de dissuasion, tels que le savon irlandais (irish spring soap), les cheveux humains et une variété de sprays disponibles dans le commerce, le seul moyen infaillible d’empêcher les cerfs de décimer votre jardin est une bonne clôture solide.

De même, les marmottes sont impossibles à tenir à distance sans les barrières appropriées, et ces végétariens voraces peuvent réduire votre travail à néant en une semaine. Une combinaison de clôtures est ce que je recommande pour ces principaux nuisibles. Les clôtures pour les cerfs doivent avoir une hauteur de 2 à 3 mètres. Il peut s’agir d’une clôture permanente en fil de fer de gros calibre sur des poteaux en bois (un travail de professionnel), ou d’un filet en plastique lourd sur des poteaux de clôture en métal (un travail de bricolage facile).

Guide pratique pour réaliser un jardin, étape par étape
Si une solide clôture peut empêcher un chevreuil d’entrer, elle ne peut rien contre une marmotte. Des clôtures combinées sont nécessaires pour se protéger de plusieurs nuisibles. (Image : Rab / Flickr
/ CC BY 2.0)

Les cerfs ne rongent pas le plastique, en revanche ce n’est pas le cas pour les marmottes. La plupart des clôtures pour chevreuils n’empêchent pas les marmottes d’entrer, soit parce que l’espace entre les fils leur permet de se faufiler, soit parce que la maille en plastique peut être facilement rongée, mais le plus souvent, elles se glissent dessous, car, comme vous pouvez l’imaginer, elles sont douées comme personne pour creuser.

Une largeur supplémentaire d’un mètre de grillage à poules (avec un revêtement en polyéthylène pour plus de durabilité) est la solution pour empêcher ces bêtes affamées d’entrer. Une fois votre clôture pour cervidés installée, mesurez 60 cms à partir du sol et placez le grillage à poules en forme de L plié (vers l’extérieur), de manière à ce que deux pieds soient posés sur le sol et deux pieds grimpent sur l’extérieur de votre clôture. Utilisez des agrafes de paysage pour fixer la section horizontale, et des attaches zip ou du fil de fer torsadé pour fixer le haut de la section verticale.

Idéalement, clôturez l’ensemble de votre jardin, ou une grande partie, afin d’avoir de la place et de ne pas être limité physiquement ou visuellement par la clôture. À moins que vous n’ayez l’intention d’accéder uniquement depuis la maison, vous aurez besoin d’un portail. Comme le dit le dicton, «  Une chaîne est aussi solide que son maillon le plus faible. » Placez des briques ou des pierres bleues Bluestone sous la largeur de votre portail pour éviter de creuser dans cette zone.

Étape 3 - Préparez votre sol

Si vous avez devant vous une parcelle de pelouse que vous voulez transformer en jardin, il y a deux façons de procéder : vous pouvez enlever le gazon ou construire par-dessus.

Guide pratique pour réaliser un jardin, étape par étape
La fourche à bêcher est une bêche avec des dents larges et plates, à ne pas confondre avec la fourche, destinée à soulever le foin, qui a des dents longues et fines et un long manche. La fourche à bêcher est idéale pour creuser et ameublir le sol. (Image : Erich Ferdinand / Wikimedia Commons / CC BY 2.0)

Enlever le gazon à la main demande un peu de muscle et d’énergie, et quelques outils à main. Une fourche à bêcher est idéale pour ameublir les racines de l’herbe, et un couteau à asperges (aussi appelé outil de désherbage) vous aidera à faire le travail délicat consistant à retirer l’herbe ameublie, tout en laissant le plus de terre possible. Pour une petite parcelle de jardin, cette opération peut facilement être réalisée en un week-end.

Le rotoculteur peut sembler être une solution rapide et facile, mais cet outil électrique comporte des risques. Il incorpore toutes les racines d’herbe et les graines de mauvaises herbes présentes dans le sol, et en même temps, il interfère avec la structure naturelle et bénéfique du sol créée par les micro-organismes souterrains.

Une autre bonne option consiste à construire votre jardin sur l’herbe. Les jardins surélevés sont utiles pour de nombreuses raisons. Ils sont plus faciles à entretenir et à protéger, ils épargnent le dos et les genoux, ils ont un aspect soigné et permettent un accès facile, et un meilleur drainage. Les jardins surélevés peuvent également être petits et portables (jardinage en conteneurs), auquel cas il n’y a aucun risque de contamination par des impuretés dans le sol. Si vous construisez un grand jardin surélevé sur du gazon, tapissez le de plusieurs couches de papier journal avant de le remplir de terre.

Dans les deux cas, vous devez vous assurer que votre sol est riche et fertile. À moins que vous n’installiez votre jardin dans un enclos à bétail abandonné, vous voudrez amender le sol avec de la matière organique sous forme de compost. Le compost peut être obtenu à partir de feuilles décomposées, d’excréments d’animaux bien décomposés ou même de champignons. Plus vous pouvez obtenir de compost pour votre jardin, plus vos plantes seront heureuses.

Selon le type de sol, vous souhaiterez peut-être ajouter d’autres éléments, comme de la tourbe, du sable, de la chaux, du soufre, du gypse ou de la vermiculite. Si vous n’êtes pas sûr des propriétés de votre sol, vous pouvez le faire tester en envoyant un échantillon au système coopératif de vulgarisation de votre État. Ils analyseront votre sol et vous donneront des recommandations pour les amendements.

Étape 4 - Sélectionnez et démarrez vos plants

Maintenant que vous avez un jardin bien préparé, vous pouvez commencer à le peupler. Choisissez des plantes qui vous donneront du plaisir et qui s’adapteront bien à votre situation.

Guide pratique pour réaliser un jardin, étape par étape
Catalogue de graines de jardin et de fleurs. Un bon catalogue doit contenir de belles illustrations, des descriptions détaillées et des variétés rares qui doivent être préservées pour les générations futures. (Image : Biodiversity Library / Flickr / Domaine public)

Pour tirer le meilleur parti des saisons, prévoyez de faire des plantations successives. Différentes plantes prospèrent à différentes saisons, alors commencez le printemps avec des cultures de saison fraîche, comme les pois, les laitues, les épinards et les radis. Lorsque le temps se réchauffe, il est temps de les remplacer par des cultures d’été, comme les haricots, les tomates, les poivrons, les concombres, les courges et les pommes de terre. Lorsque ces cultures commencent à décliner, vous pouvez commencer une autre série de cultures de saison fraîche comme les légumes verts, les navets et les carottes pour terminer la saison de croissance. Des plantes comme le chou frisé, les carottes et l’ail peuvent même être facilement cultivées en hiver avec une certaine protection.

Pour tirer le meilleur parti de votre espace, faites pousser des légumes grimpants, comme les concombres, les haricots à rames et les pois. Veillez à les placer sur le côté nord de la plate-bande pour qu’elles ne fassent pas d’ombre aux autres plantes.

Pour gagner du temps et de l’énergie, vous pouvez facilement acheter des semis dans n’importe quelle jardinerie, mais vous aurez le meilleur contrôle sur la variété et une dose supplémentaire de fierté pour votre travail si vous démarrez vos propres graines. Prenez le temps de feuilleter un catalogue de semences et choisissez des variétés anciennes attrayantes que vous ne trouverez pas dans votre épicerie.

Guide pratique pour réaliser un jardin, étape par étape
Les semis doivent normalement être éclaircis pour n’en garder qu’un, à l’exception du basilic, qui peut être cultivé par paire. (Image : Ila Bonczek / Vision Times)

Les recommandations sur les paquets de semences préconisent soit le semis direct, soit le démarrage en intérieur. Pour commencer à l’intérieur, vous aurez besoin d’une fenêtre ensoleillée, suffisamment grande pour accueillir un plateau de semis. Ces plateaux existent en différentes tailles et avec un certain nombre de cases. Un grand plateau de 72 cases peut servir à démarrer un certain nombre de légumes verts et d’herbes aromatiques, tandis que les plateaux à six cases peuvent accueillir des plants plus importants comme les tomates, les courges ou les concombres.

Les cultures typiques à « semis direct » comprennent les carottes, les betteraves, les petits pois, la coriandre, les pois et les haricots, car leurs racines n’aiment pas être dérangées par des interventions comme le repiquage ! Il est préférable de les semer à l’extérieur pendant la période de plantation recommandée.

Étape 5 – La plantation

Plantez les semis lorsqu’ils ont plusieurs feuilles et mesurent au minimum quelques centimètres. Les cultures de saison chaude ne doivent pas être plantées avant la dernière date de gel prévue. La plupart des plants doivent être placés de manière à ce que la surface du sol reste au même niveau sur les plantes. Les tomates, cependant, ont intérêt à être plantées « en profondeur », car elles développeront des racines supplémentaires sur toute tige située sous la surface.

Guide pratique pour réaliser un jardin, étape par étape
Jeune plant de radis. Des semis correctement éclaircis donneront des récoltes plus importantes et meilleures. (Image : Ila Bonczek / Vision Times)

Espacez les plantes en suivant les recommandations figurant sur les paquets de graines. L’erreur la plus courante des jardiniers débutants est de trop planter. Les semis ont besoin de suffisamment d’espace pour grandir et prospérer. Éclaircissez à raison d’une plante par cellule, et ne craignez pas d’éclaircir agressivement vos rangées de semis directs. Si vous négligez de leur donner l’espace dont ils ont besoin, vous vous retrouverez avec des plantes ébouriffées, à l’allure chétive, qui vont lever et fleurir (ce qu’on appelle la montaison), sans vous donner la moindre racine, feuille ou fruit.

Restez à l’écoute pour d’autres conseils de jardinage sur des cultures spécifiques et l’entretien général, à venir prochainement !

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.