Press "Enter" to skip to content

Opinion.  Marchand de couteaux à crédit : un métier chinois millénaire qui a laissé des prophéties miraculeuses

TENDANCE > Opinion

De l’Antiquité à nos jours, il existe en Chine une profession mystérieuse : marchand de couteaux à crédit (賒刀人, Shē dāo rén). Il est dit dans le folklore chinois que « la stratégie de Jiang Ziya détermine l’avenir, tandis qu’un marchand de couteaux à crédit prédit l’avenir avec précision ». Alors, que font exactement ces marchands ? Sont-ils vraiment les disciples de Guiguzi (鬼谷子, littéralement « Maître de la vallée des démons »), un célèbre prophète chinois de la période des Royaumes combattants (Ve siècle av. J.-C. à 221 av. J.-C.) ? En quoi est-il différent d’un voyant ? Ont-ils laissé une prophétie récente ?

Les marchands de couteaux à crédit sont-ils les disciples du prophète Guiguzi ?

À première vue, ces marchands sont des vendeurs de rue qui portent sur eux des couteaux à vendre. La plupart de leurs produits sont des couteaux de cuisine, des ciseaux, ou quelques pots et casseroles en fer. D’une manière générale, leurs couteaux sont vendus à crédit uniquement. En d’autres termes, au lieu d’encaisser l’argent sur place, les marchands de couteaux à crédit laissent quelques mots qui ressemblent à des prophéties et reviennent encaisser l’argent lorsque la prophétie s’est réalisée.

Le simple fait de collecter de l’argent de cette manière apporte beaucoup de mystère à la profession. Même si beaucoup de gens pensent qu’il s’agit simplement d’un outil de marketing adopté par les anciens. Mais comme un certain nombre d’affirmations prophétiques ont été confirmées après les événements, les gens commencent à examiner sérieusement les compétences et les intentions de ces marchands de couteaux à crédit.

Qu’est-ce qui permet à ces marchands de prédire l’avenir avec une telle certitude ? On dit qu’ils sont les descendants de Guiguzi. Qui était Guiguzi ? Son nom de famille est Wang et son prénom Xu. Ayant vécu pendant la période des Royaumes, le grand maître Guiguzi est une figure très énigmatique de l’histoire chinoise, connue comme l’homme miracle à travers tous les âges.

Selon les archives, pendant la dynastie des Zhou de l’Est (771-256 av. J.-C.), il y avait une vallée près de Yangcheng appelée « Guigu », avec de hautes collines et de profonds ravins, des forêts luxuriantes et des paysages imprévisibles, où Guiguzi passait ses journées à lire, méditer et pratiquer le Tao dans les montagnes sauvages, vivant une vie solitaire.

Selon l’Histoire des Zhou orientaux (東周列國志), Guiguzi était omnipotent et maîtrisait une multitude de savoirs hors de portée humaine :

  • La première est la « mathématique » : le soleil, les étoiles, les signes et les latitudes étaient dans sa paume, il pouvait connaître le passé et observer le futur, ses prédictions étaient toujours vérifiées par l’histoire.
  • La deuxième est « l’art militaire » : il maîtrisait les six enseignements stratégiques secrets, qui étaient infiniment variés, et il était capable de mettre sur pied son armée, de manière imprévisible.
  • La troisième est celle des « études de voyage » : il a beaucoup compris de ce monde, il a compris la situation, et il a parlé et argumenté d’une manière dont personne d’autre ne pouvait le faire.
  • La quatrième est « la méthode pour sortir de ce monde (humain) » : cultiver l’authenticité et nourrir sa nature, bien choisir l’alimentation pour prévenir la maladie et prolonger la vie.

En raison de ses puissantes capacités, les grands personnages de son époque, dont Pang Juan, Sun Bin, Su Qin, Zhang Yi, Bai Qi, Li Mu et Mao Sui, étaient tous ses disciples. Depuis plus de 2 000 ans, Guiguzi est vénéré comme un sage par les experts militaires, un fondateur par l’école de la diplomatie, un savant par les stratèges, un maître par l’école des Noms, un grand maître aussi savant que Laozi par les taoïstes.

Pour ces raisons, il est naturel que les marchands de couteaux à crédit soient respectés s’ils sont réellement les disciples de Guiguzi.

Des prophéties surprenantes validées par l’histoire

Il semble que les marchands de couteaux à crédit sont apparus pour la première fois sous la dynastie Song (960 à 1279), et qu’ils étaient connus sous le nom de « marchands pratiquant la divination ». Si leur divination ne se réalisait pas, ils ne revenaient pas encaisser l’argent. La plupart des informations qu’ils donnaient étaient directes, comme le montant de la hausse ou de la baisse du prix du riz, contrairement aux voyants qui donnaient seulement des informations ambiguës.

Le premier reportage officiel connu sur les marchands de couteaux à crédit a été enregistré sous la dynastie Qing dans le numéro de juillet 1878 du journal Shenbao.

Selon cet article, en 1861, année Xin You sous le règne de l’empereur Xianfeng de la dynastie Qing, un homme est venu en bateau au comté de Fenghua, dans la ville de Ningbo, à la province du Zhejiang, pour vendre ses couteaux. Lorsqu’il arrivait à des endroits où il y avait beaucoup de monde, il accostait son bateau, déposait ses couteaux, attendait les clients. Il vendait ses couteaux à crédit, disant qu’il reviendrait chercher l’argent lorsque le prix du riz serait passé de 80 wen à 18 wen. Les gens sur place se moquaient de sa stupidité.

En 1875, lorsque l’empereur Guangxu est monté sur le trône et a mis en œuvre des réformes, le prix du riz à Ningbo est tombé à 18 wen. À ce moment-là, tout le monde a commencé à croire le marchand de couteaux à crédit. La notoriété de cet homme grandissant, les autorités ont été surprises. Elles ont envoyé des hommes pour l’arrêter, mais le marchand s’était enfui bien à l’avance sans laisser de traces.

Pendant l’invasion japonaise de la Chine dans les années 1930 et 1940, certains marchands de couteaux à crédit sont également apparus en Chine. Il semble qu’à cette époque, un homme vendait des couteaux dans un village. Lorsqu’un agriculteur a acheté un couteau, le marchand lui a laissé un message prophétique au lieu de le faire payer immédiatement : « Quand les démons (japonais) seront chassés, je reviendrai chercher l’argent et du grain ! » Peu à peu, cette prophétie circulait jusqu’à provoquer la colère de l’armée japonaise.

L’armée japonaise est entrée à plusieurs reprises dans le village pour chasser ce genre de marchands et plusieurs d’entre eux ont finalement été emmenés par les Japonais. Bien que sachant leurs vies en danger, ces marchands de couteaux à crédit n’ont pas changé leur prophétie en partant. Certains disaient aux villageois : « Quand je partirai d’ici, je ne pourrai peut-être pas revenir, et le moment venu, quelqu’un viendra me remplacer pour collecter du grain, et tout le monde pourra le lui donner en toute confiance. » L’histoire a confirmé leur prédiction. Les Chinois sont devenus plus admiratifs de ces marchands.

Les marchands de couteaux à crédit sont également apparus à Taiwan dans les années 1970 et plus tard. En septembre 1975, cinq mois après la mort de Chiang Kai-shek à Taiwan, un groupe de marchands de couteaux à crédit, habillés en paysans, est soudainement apparu dans les rues de Taiwan. En 1977, un journaliste américain a acheté un couteau à un marchand de Kaohsiung. Le marchand lui a donné le couteau avant de lui dire : « Je reviendrai vous demander de l’argent après que Deng Xiaoping aura rencontré votre président. » Le journaliste américain ne s’attendait pas à ce que Deng Xiaoping rencontre effectivement le président Carter en 1979. Lorsqu’il a vu la scène à la télévision, il a été abasourdi et a eu la chair de poule. Plus incroyable encore, lorsque ce journaliste est revenu à Kaohsiung plus tard, il a recroisé ce marchand et lui a réglé son couteau.

Dans les années 1980 et 1990, des marchands de couteaux à crédit sont apparus de temps à autre dans plusieurs régions en Chine, laissant derrière eux des propos prophétiques assez incroyables. Par exemple : « L’homme sortira sans vêtements, et la bête marchera habillée. » À l’époque, il était difficile de comprendre ces mots, mais aujourd’hui, les gens devraient en être conscients lorsqu’on voit des personnes de plus en plus déshabillées, tandis que les animaux de compagnie portent des vêtements et des chaussures. Une telle situation n’est-elle pas l’accomplissement des paroles des marchands de couteaux à crédit ?

Des générations plus anciennes ont également entendu ce genre de prophétie tel que « J’encaisserai l’argent lorsque le prix des moutons sera supérieur à mille, le prix du bétail supérieur à dix mille et le maïs à un yuan la livre. » Cette prédiction était incroyable à l’époque où le bœuf et le mouton valaient juste quelques centimes la livre, mais personne n’aurait pensé que plusieurs décennies plus tard, ces prix étonnants seraient devenus une réalité…

De toutes ces expériences, il ressort clairement qu’il existe dans ce monde de nombreuses choses miraculeuses qui dépassent la connaissance scientifique moderne et ne peuvent être expliquées par la science moderne. Certains disent que ces marchands sont des taoïstes reclus, voire des divins proches des êtres humains, comme le dieu de la terre ou le dieu des montagnes, qui avertissent le peuple sous prétexte de vente de couteaux à crédit. Certains croient à leurs prophéties, d’autres non, ainsi, leurs prédictions ne sont pas considérées comme ayant dévoilé le vrai secret du ciel.

En fait, cela ne nous est pas inconnu. Dans le célèbre roman mythologique chinois La Pérégrination vers l’Ouest, les dieux du ciel se transforment souvent en bûcherons ou en vieux villageois pour avertir le moine Tang et ses disciples du danger qui les attend. Dans les autres cultures, de nombreux prophètes ont également laissé des avertissements pour sauver l’homme.

Des marchands étaient apparus en 2019 prédisant l’épidémie de coronavirus

Récemment, les marchands de couteaux à crédit sont apparus de nouveau dans de nombreux endroits en Chine pour prédire les évènements ainsi que le moment ils se produiraient.

En février 2019, avant l’épidémie de Wuhan, un marchand de couteaux à crédit d’une cinquantaine d’années est apparu au pied des monts Dabie, dans la région de Huanggang (province du Hubei). Il a déclaré en ce moment-là : « Lorsque toutes les familles de cet endroit seront en prison chez elles, incapables de sortir ni de voyager, je reviendrai pour encaisser l’argent. » Cela semblait étrange à l’époque, mais il a fallu plus d’un an pour que tout le monde comprenne ce qu’il voulait dire.

Être confiné chez soi en raison de la lutte contre l’épidémie, n’est-ce pas exactement ce qu’a dit le marchand de couteaux à crédit ? C’est alors que les gens ont compris que cet homme n’était pas une personne ordinaire.

Le 22 octobre 2020, un autre marchand de couteaux à crédit est apparu dans le sud de la ville de Xinxian, dans la ville de Xinyang au Henan. Il a dit que les deux couteaux de cuisine valaient 138 yuans, et qu’il ne ferait pas payer ses acheteurs en 2020, mais l’année suivante. Il a également dit aux villageois que quelque chose de grand allait se produire. Si ces personnes peuvent survivre à cet événement dangereux, l’année suivante lorsqu’il reviendrait, elles seraient riches et prospères et auraient une vie sûre et tranquille à l’avenir.

À l’époque, certaines personnes ont interprété que si elles étaient encore en vie en 2021, elles devraient payer les couteaux, et que si elles étaient décédées, elles ne le pourraient pas. D’autres pensaient que le marchand de couteaux à crédit voulait dire que si la personne était vivante en 2021 et attendait qu’il récupère l’argent, cette chanceuse est une personne qui a beaucoup de vertu. Les gens avaient beau à demander au marchand ce qui allait se passer, ce dernier n’a pas voulu en dire plus.

Le 20 juillet 2021, une énorme inondation s’est produite dans la province du Henan et des milliers de vies ont été englouties, les gens se sont souvenus des paroles du marchand et ont compris qu’il l’avait su un an plus tôt.

Le matin du 24 juillet 2021, le père d’un internaute chinois a croisé un autre marchand de couteaux à crédit autour du mont Dabie, dans le nord du Hubei. Le père de l’internaute a dit : « Aujourd’hui, je suis tombé sur un marchand de couteaux de cuisine et de ciseaux à crédit que je n’avais pas vu depuis des décennies. Il a dit qu’il reviendrait collecter l’argent en août de l’année prochaine quand il neigera ! S’il ne neige pas, il ne percevra pas l’argent. » Le père de l’internaute a ajouté : « C’est le même marchand que j’ai vu au début des années 80. Cette fois, il est venu en moto au lieu de marcher et porter une charge sur ses épaules. »

Comment peut-il neiger en août alors que c’est le moment où il fait une chaleur de plomb ? Un « hiver volcanique » dû à une éruption super-volcanique ? Ou un « hiver nucléaire » dû au déclenchement de la troisième guerre mondiale ? Le mois d’août approche à grands pas, attendons de voir.

L’ultime prophétie pouvant impacter toute la Chine

Fin mars 2022, apparaît une vidéo sur un marchand de couteaux à crédit, dans laquelle on le voit prononcer une ultime prophétie qui affectera le destin de tous les Chinois.

Un homme parlant un dialecte cantonais a déclaré qu’un jour, quelqu’un vendait sur un chariot, dans son quartier, des couteaux dont il avait besoin, alors il est allé voir le marchand pour lui en acheter. Le marchand lui a dit qu’ils avaient un lien prédestiné et que son couteau n’était vendu qu’à crédit. Le dialectophone a demandé au marchand pourquoi. Le marchand de couteaux à crédit lui a laissé une prophétie disant : « Lorsque le groupe s’effondrera, que le bateau rouge coulera, que les méchants mourront et seront exterminés, et que les gentils auront obtenu justice, il viendrait récupérer l’argent. »

Ensuite, le client a demandé au marchand quelle serait la date précise à laquelle il récupérerait l’argent. Le marchand lui a répondu : « Si la prophétie se réalise cette année, vous devrez me payer plus de dix yuans, si elle se réalise l’année prochaine, vous devrez payer dix yuans, et si elle se réalise après l’année prochaine, vous ne me devrez rien. » En d’autres termes, si la prophétie ci-dessus se réalisait à la fin de cette année, ce couteau coûterait plus d’une dizaine de yuans, si elle se réalisait d’ici 2023, le couteau coûterait dix yuans, et si la prophétie ne se réalisait qu’après 2023, alors aucun argent ne serait versé.

Cette nouvelle a fait jaser beaucoup de monde, devinant que quelque chose de grand allait se produire en Chine. Mais pourquoi une telle réaction parmi les Chinois ?

Regardons de près cette prophétie « Lorsque le groupe s’effondrera, que le bateau rouge coulera ». Comme nous le savons tous, le Parti communiste chinois (PCC) aime la couleur rouge et la Chine d’aujourd’hui, sous son règne, est souvent appelée la « dynastie rouge ». Les enfants et petits-enfants des dirigeants du PCC sont appelés les « deuxième et troisième générations rouge ». Même les décors de certains spectacles du PCC sont de couleur rouge. Le « bateau rouge » pourrait-il être lié à la « dynastie rouge » ? Il n’est pas étonnant que les gens se demandent si un séisme majeur est sur le point de se produire dans l’arène politique chinoise.

L’année 2022 semble une année exceptionnelle où un évènement important devrait se produire, qu’il s’agisse d’un événement de force majeure ou d’un changement soudain de la situation actuelle. Comment pouvons-nous y faire face ?

Pour trouver la réponse à cette question, il faut revenir à la tradition millénaire. Comme nous le savons tous, la culture traditionnelle chinoise est axée sur le principe de « cause et effet ». Les croyants qui sont gentils et charitables, qui savent cultiver leur propre cœur et ne pas nuire aux autres, seront bénis dans le futur. Même lorsque les grandes calamités frappent le monde, les bonnes personnes sont bénies par le ciel. L’histoire de la Chine, vieille de cinq mille ans, regorge d’exemples de « bonnes personnes ayant survécu miraculeusement à des calamités », comme le disent les deux dernières lignes de la prophétie laissée par l’homme aux couteaux à crédit, « que les méchants mourront et seront exterminés, et que les gentils auront obtenu justice ».

Rédacteur Yi Ming

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.