Press "Enter" to skip to content

Culture. La riche tradition de l’encens et de la myrrhe, des résines aussi précieuses que l’or

TENDANCE > Culture

L’encens et la myrrhe, autrefois considérés comme aussi précieux que l’or, sont toujours très appréciés aujourd’hui sous forme d’encens et d’huiles essentielles. Ces résines aromatiques jumelles sont récoltées sur les arbres Boswellia et les arbres Commiphora de la famille des Burseraceae.

L’encens et de la myrrhe au fil des âges

La connaissance des plantes de l’encens et de la myrrhe remonte à un papyrus médical égyptien, le Papyrus Ebers, de 1550 av. J.-C. Ils sont devenus des cadeaux standard, avec l’or, pour honorer les rois et les divinités : l’encens étant offert comme parfum, et la myrrhe comme huile d’onction.

Aux temps bibliques, les Trois Rois ont offert ces cadeaux au Christ, et dans l’Ancien Testament, Moïse a demandé aux prêtres d’utiliser l’encens dans le Saint des Saints, à l’intérieur de l’Arche de l’Alliance, selon la tradition juive.

L’encens est appelé le « Roi des huiles royales » ou « Oliban ». On peut décrire son parfum comme l’essence de l’arbre mêlée à un subtil nectar terreux à l’odeur douce.

La riche tradition de l’encens et de la myrrhe, des résines aussi précieuses que l’or
Lorsque leur écorce est coupée, les arbres à encens libèrent une sève parfumée qui s’égoutte le long du tronc de l’arbre et est collectée plus tard après avoir durci en gouttes de résine. (Image : Tribus du monde / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Récolte de ces résines aromatiques

La récolte de la sève des arbres à encens nécessite de fendre l’écorce. L’arbre « verse » ses larmes gommeuses qui coulent le long de l’écorce. Au cours des semaines suivantes, la résine se solidifie et forme une résine de couleur ambre, rouge brunâtre, blanche ou même verte qui est ensuite collectée.

Il existe cinq espèces principales dans le genre Boswellia qui produisent de la résine, créant une variété d’encens qui sont ensuite séparés en grades de qualité. L’oléo-gomme laiteuse est récoltée à la main à partir de l’écorce de l’arbre en fleurs après que l’écorce a été coupée pour faire couler la sève. Alors que l’Arabie du Sud, l’Éthiopie, le Soudan et d’autres pays d’Afrique centrale récoltent tous de l’encens, la Somalie fournit près de 82 pour cent de l’encens mondial.

Bien qu’il existe environ 200 espèces du genre Commiphora, l’arbre à myrrhe est la principale espèce dans la production de myrrhe. L’arbre à myrrhe produit une sève laiteuse ou aqueuse à partir de sa fine écorce, également coupée à dessein, qui forme une résine parfumée appelée gugal. Bien que cet arbre soit répandu dans une grande partie de l’Arabie saoudite, d’Oman, du Yémen, de la Somalie et de l’est de l’Éthiopie, on le trouve le plus souvent dans le nord de l’Inde.

Les usages de ces précieux encens

Les médecins égyptiens ont été parmi les premiers à utiliser l’encens comme médicament naturel pour soigner les tumeurs, les maladies inflammatoires et pour traiter l’asthme. Hatshepsut, la reine égyptienne de la 18ème dynastie, écrasait de l’encens brûlé en un eye-liner nommé khôl. Il était également utilisé, avec la myrrhe, pour embaumer les momies. Les Égyptiens ont importé de grandes quantités d’encens vers 3000 av. J.-C.

En médecine traditionnelle chinoise (MTC), l’encens (Ruxiang 乳香 ) est censé déplacer le qi et est utilisé pour soigner l’arthrite et même la lèpre. L’acide boswellique présent dans l’encens a de fortes propriétés antibactériennes, utiles pour maintenir la santé bucco-dentaire. Il est également très prisé pour son parfum et est couramment utilisé comme encens et pour parfumer les savons, les lotions et les produits de beauté.

La riche tradition de l’encens et de la myrrhe, des résines aussi précieuses que l’or
L’encens et la myrrhe sont des résines précieuses, prisées non seulement pour leur parfum, mais aussi comme médicaments. (Image : Mark Bonica / Flickr / CC BY 2.0)

La forme d’encens la plus thérapeutique au monde est l’encens sacré issu de l’écorce de l’arbre boswellia sacra. Sa résine blanche ou verte est connue sous le nom d’encens Royal Hojari. Recueilli dans les montagnes d’Oman, il est considéré comme le type d’encens le plus pur et serait propice à la méditation et à la prière.

La myrrhe a un parfum sucré, doux et chaleureux et peut être brûlée comme encens pour réduire les bactéries en suspension dans l’air et repousser les insectes. La MTC classe la myrrhe comme amère et épicée. En tant que médicament « qui fait circuler le sang », la myrrhe (mò yào 沒藥) était utilisée pour guérir les plaies, soulager douleurs et enflures et gérer les douleurs menstruelles.

En plus de ses propriétés antimicrobiennes, anti-inflammatoires, antivirales, antispasmodiques, antiparasitaires et antifongiques inhérentes, la myrrhe a également été utilisée pour traiter l’eczéma, le pied d’athlète et les irritations mineures de la peau.

En médecine, l’encens et la myrrhe sont sans danger pour les applications internes et externes. Leurs propriétés combinées semblent être extraordinairement puissantes. Une étude a suggéré que, combinée à d’autres huiles essentielles, la myrrhe était « encore meilleure pour tuer les formes " persistantes " de la bactérie de Lyme que les antibiotiques de Lyme standard ».

Le commerce de l’encens et de la myrrhe

Le commerce de l’encens dans la péninsule arabique et en Afrique du Nord existait depuis plus de 5 000 ans. La myrrhe était une denrée le long de la « Route de l’encens », également connue par beaucoup comme « La route d’or ». Les caravanes arabes du désert étaient les principaux transporteurs d’encens et de myrrhe, vers et depuis l’Arabie du Sud.

Avec une demande croissante d’encens, il est rapidement devenu l’un des produits commerciaux les plus recherchés au monde.

Aujourd’hui, la Chine est le plus grand marché au monde pour l’encens et la myrrhe, où ils sont largement prescrits comme traitements médicinaux, souvent associés à d’autres herbes et fleurs.

Le marché des huiles essentielles a explosé ces dernières années, l’industrie étant déjà évaluée à plus de 7 milliards de dollars en 2018, elle devrait quadrupler d’ici 2026.

La riche tradition de l’encens et de la myrrhe, des résines aussi précieuses que l’or
Certains arbres à encens sont en voie de disparition en raison de la surexploitation. (Image : Rod Waddington / Flickr / CC BY-SA 2.0)

Les dangers de la surexploitation

Les arbres à encens d’Afrique du Nord, d’Inde, d’Oman et du Yémen ont progressivement subi une pression croissante, principalement en raison de la surexploitation de leur résine odorante.

La surexploitation des arbres est interdite par le Xeer (Système juridique légal) en Somalie. Selon Anjanette DeCarlo, écologiste et directrice de l’initiative Save Frankincense, les arbres ne devraient pas être dénudés plus de 12 fois par an.

Certains des arbres à encens d’Oman sont légalement protégés comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Boswellia sacra, l’une des principales espèces d’encens, a été désignée comme menacée par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Rédacteur Gabriel Olamsaint

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.