Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Culture. Pourquoi les Chinois aiment de moins en moins lire 

TENDANCE > Culture

Un article récent écrit par un ingénieur indien est devenu viral sur Internet. Le titre de l’article est le suivant : A Worrisome Sight : Chinese Dislike Reading (Une vision inquiétante : les Chinois n’aiment pas lire).

Lors d’un long vol en provenance de Shanghai, l’ingénieur a observé de nombreux Chinois occupés à jouer avec des iPads, des jeux ou regardant des films. Il n’a vu aucun Chinois en train de lire. Cette scène est restée gravée dans son esprit.

Il a remarqué la même chose dans le terminal de l’aéroport de Francfort : alors que de nombreux Allemands lisaient tranquillement, la plupart des passagers chinois faisaient des achats en ligne, comparant les prix et riant bruyamment.

Ce comportement semble familier aux voyageurs chinois, tant dans les gares que dans les aéroports. Dès qu’ils ont un moment de libre, ils passent des appels téléphoniques, envoient des SMS ou jouent à des jeux, ils sont toujours occupés et distraits, silencieux ou bruyants. Ce qui semble leur manquer, c’est un sentiment de paix et de tranquillité.

Les Chinois ne lisent que 0,7 livre par habitant

Des rapports récents des médias montrent que les Chinois lisent en moyenne 0,7 livre par habitant, contre 7 pour la Corée du Sud, 40 pour le Japon et 55 pour la Russie. Le niveau de lecture des Chinois est très faible en comparaison.

Pourquoi les Chinois aiment de moins en moins lire
Des rapports récents montrent que les Chinois ne lisent en moyenne que 0,7 livre par habitant. (Image : DragonImages / envato)

Le stratège japonais du management Kenichi Ohmae a révélé que lorsqu’il a voyagé en Chine, il a trouvé des salons de massage partout dans les rues de la ville et très peu de bibliothèques. Les Chinois consacrent en moyenne moins de 15 minutes par jour à la lecture.

Quatre raisons expliquent ce faible taux de lecture

. La faible qualité de la culture nationale.
. L’absence de bonnes habitudes de lecture dès la petite enfance.
. Le manque de temps pour lire des livres extrascolaires en raison de la pression exercée par les études constantes.
. Les bons livres sont de plus en plus difficiles à trouver.

Les Israéliens et les Hongrois aiment lire. En Israël, presque toutes les mères disent à leurs enfants que les diamants et l’or ne sont pas aussi précieux que la sagesse que l’on trouve dans les livres et que personne ne peut leur enlever.

Le peuple juif est le plus lettré du monde, même les mendiants ne peuvent être séparés de leurs livres. Aux yeux du peuple juif, aimer lire, qu’il s’agisse de livres ou de journaux, n’est pas seulement une merveilleuse habitude, c’est aussi une vertu.

L’exemple le plus typique est que le jour du sabbat, tous les magasins ferment pour la journée et les gens restent chez eux pour se reposer ou prier, mais toutes les bibliothèques du pays sont autorisées à rester ouvertes. De nombreuses personnes passent le sabbat à lire tranquillement dans leur bibliothèque locale.

En Hongrie, il y a en moyenne une bibliothèque pour 500 habitants, alors qu’en Chine, il y a une bibliothèque pour 459 000 habitants.

Pourquoi les Chinois aiment de moins en moins lire
En Hongrie, il y a en moyenne une bibliothèque pour 500 habitants. (Image : Capture d’écran / YouTube)

La connaissance est à la fois un pouvoir et une richesse

Israël n’a pas une population très dense, mais le pays a produit un total de huit lauréats du prix Nobel. La Hongrie a également produit un grand nombre de lauréats du prix Nobel, avec quatorze prix dans de nombreux domaines, notamment la physique, la chimie, la médecine, l’économie, la littérature et la paix.

La Hongrie est un petit pays, mais son amour de la lecture l’aide à acquérir la sagesse et la force.

Un érudit a dit un jour : « l’histoire du développement spirituel d’une personne devrait être l’histoire de ses lectures. L’esprit d’une nation dépend en grande partie du niveau de lecture de l’ensemble de la nation, qui lit et le type de livres qu’il lit décident de l’avenir d’un pays ».

Il est dit que le seul bagage que Napoléon transportait était des livres. Les livres, c’est le pouvoir ! Alors, quand vous avez le temps, en plus d’aller au théâtre ou de flâner dans les rues, faites un tour à la bibliothèque.

Rédacteur Fetty Adler
Collaborateur Jo Ann

Source : Why Do Chinese People Hardly Read Books
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.