La divine proportion : comprendre le nombre d’or

Par Vision Times
Le 29/06/2020
Les vagues peuvent également être mesurées en utilisant cette divine proportion, ou nombre d’or. (Image : Andi Perdana / Pixabay)
Les vagues peuvent également être mesurées en utilisant cette divine proportion, ou nombre d’or. (Image : Andi Perdana / Pixabay)
 

Pour comprendre le nombre d’or, il faut tout d’abord connaître la suite de Fibonacci. Une suite découverte par le mathématicien du même nom. Elle est construite simplement, car chaque terme la composant résulte de la somme des deux termes précédents, ce qui donne : 0, 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144, 233…

Tout au long de la suite, le rapport entre un nombre et le nombre précédent se rapproche de 1,618. Ce nombre est connu sous le nom de nombre d’or, ou de proportion dorée ou divine proportion. Il a été désigné par la lettre φ ou phi. La petite histoire veut que cela soit un hommage au sculpteur grec Phidias qui vécut au Ve siècle av. J.-C. et réalisa la frise du Parthénon situé sur l’Acropole à Athènes.

 

Phidias (au centre) montrant la frise du Parthénon à ses amis, tableau de Lawrence Alma-Tadema, 1868. Le nombre d’or, a été désigné par la lettre φ ou phi, en hommage du sculpteur grec Phidias (Ve siècle av. J.-C.). (Image : wikimedia / Lawrence Alma-Tadema / Domaine public)
Phidias (au centre) montrant la frise du Parthénon à ses amis, tableau de Lawrence Alma-Tadema, 1868. Le nombre d’or, a été désigné par la lettre φ ou phi, en hommage du sculpteur grec Phidias (Ve siècle av. J.-C.). (Image : Wikimedia / Lawrence Alma-Tadema / Domaine public)
 

Le mathématicien de la Grèce antique, Euclide (IVe siècle av. J.-C), a transmis la première définition du nombre d’or, ou de la proportion dorée ou divine proportion, dans une oeuvre : Les éléments. Cette définition se rattache à la géométrie et qualifie le découpage d’un segment en deux longueurs de découpage en « extrême et moyenne raison », a précisé Euclide dans son ouvrage.

 

Le mathématicien de la Grèce antique, Euclide (IVe siècle av. J.-C), a transmis la première définition du nombre d’or, ou de la proportion dorée ou divine proportion, dans un oeuvre : Les éléments. (Image : Wikimedia / Domaine public)
Le mathématicien de la Grèce antique, Euclide (IVe siècle av. J.-C),
a transmis la première définition du nombre d’or, ou de la proportion
dorée ou divine proportion, dans un oeuvre : Les éléments.
(Image : Wikimedia / Domaine public)
La proportion définie par a et b est dite d’« extrême et moyenne raison » lorsque a est à b ce que a + b est à a, soit : lorsque (a + b)/a = a/b. Le rapport a/b est alors égal au nombre d’or. (Image : Wikimedia / HB / CC BY-SA)
La proportion définie par a et b est dite d’« extrême et moyenne raison » lorsque a est à b ce que a + b est à a, soit : lorsque (a + b)/a = a/b. Le rapport a/b est alors égal au nombre d’or. (Image : Wikimedia / HB / CC BY-SA)
 

Mais quelle peut être la particularité de ce rapport et de ce nombre spécifique ? Voici quelques exemples parmi lesquels il est possible de retrouver le nombre d’or.

Système solaire

Lorsque les distances orbitales moyennes de chaque planète par rapport à celle qui la précède sont analysées, la moyenne se rapproche du phi. Saturne présente le nombre d’or dans plusieurs de ses dimensions, y compris les calculs effectués sur les anneaux. Les galaxies en forme de spirale s’inscrivent également dans le rapport doré, par exemple, la Voie lactée.

La nature

Il est aussi possible de trouver le nombre d’or dans le motif en spirale situé sur une tête de tournesol, cette proportion permet une utilisation plus rationnelle de l’espace. En fait, si vous comptez le nombre de pétales sur une fleur, vous découvrirez qu’ils suivent toujours la suite de Fibonacci. Un lys a trois pétales, tandis que les renoncules en ont cinq, la chicorée à 21 pétales et la marguerite en a 34 pétales.

 

Comptez le nombre de pétales sur une fleur et vous découvrirez qu’ils suivent toujours la suite de Fibonacci. (Image : Klaus Böhm / Pixabay)
Comptez le nombre de pétales sur une fleur et vous découvrirez qu’ils suivent toujours la suite de Fibonacci. (Image : Klaus Böhm / Pixabay)
 

Il est possible de trouver des modèles similaires sur les pommes de pin, les ananas et le chou-fleur. Les algues et les systèmes racinaires des plantes suivent ce rapport. Les coquillages sont conçus sous la forme en spirale du nombre d’or. Les ouragans et les tornades tournent dans un espace défini par ce nombre d’or. En divisant le nombre d’abeilles femelles par le nombre de mâles, il est possible d’obtenir cette séquence. Les vagues peuvent également être mesurées en utilisant cette divine proportion.

Le corps humain

Le visage est un parfait exemple pour décrire la proportion dorée, ou nombre d’or. L’espace entre la bouche et le nez, entre le menton et les yeux sont tous conformes à ce rapport. Cela en considérant une moyenne de visages humains. Les visages individuels qui se conforment à cette proportion sont considérés comme plus beaux.

 

Les visages conformes à la proportion dorée, ou divine proportion, sont considérés comme plus beaux. (Image : PublicDomainPictures / Pixabay)
Les visages conformes à la proportion dorée, ou divine proportion, sont considérés comme plus beaux. (Image : PublicDomainPictures / Pixabay)
 

Lorsque l’on calcule la distance de l’épaule au coude et du coude au bout du doigt, on se réfère à ce nombre d’or. De même ce nombre est retrouvé dans la distance entre les jointures de chaque doigt. Phi apparaît dans la forme en spirale des oreilles et dans le tracé des battements cardiaques.

Le corps, de la tête au nombril et de nombril au pied, se retrouve dans le nombre d’or. De même un bébé dans l’utérus présente les proportions du nombre d’or.

Mais aussi les opérations boursières, la construction automobile et l’art

L’utilisation de ce nombre d’or, est aussi effective pour les opérations boursières. Ainsi, le trading basé sur la suite de Fibonacci en bourse est effectué en permanence par les day traders, ou spéculateurs en séance et les analystes techniques.

Certains des véhicules les plus beaux sont conçus en respectant ce rapport. Michel-Ange et Léonard de Vinci ont suivi ce rapport en composant leurs chefs-d’oeuvre. Pour beaucoup, cela explique le fait que leurs œuvres sont vénérées. L’Arche de Noé et l’Arche de l’Alliance ont été conçues sur la base de la suite dorée.

 

Représentation par un artiste de la construction de l’Arche dans La Chronique de Nuremberg (1493). L’Arche de Noé été conçue sur la base du nombre d’or. (Image : Wikimedia / Michel Wolgemut, Wilhelm Pleydenwurff/ Domaine public)
Représentation par un artiste de la construction de l’Arche dans La Chronique de Nuremberg (1493). L’Arche de Noé été conçue sur la base du nombre d’or.
(Image : Wikimedia / Michel Wolgemut, Wilhelm Pleydenwurff / Domaine public)
 

Ce rapport a également été utilisé dans la construction des cathédrales et pour la conception de nombreux bâtiments remarquables.

Certaines personnes affirment que cette proportion n’est qu’une coïncidence. Mais le fait que tant de choses - de la structure de la Voie lactée jusqu’à la bouche d’une personne - apparaissent en alignement précis avec ce nombre d’or rend perplexe les scientifiques. Pour certains, la réponse est simple : il a été prévu par le Ciel pour nous donner un indice du fait que la création n’est pas seulement un événement aléatoire, mais qu’elle est en lien avec une puissance supérieure. C’est pourquoi le rapport est également appelé la Proportion Divine.

Lors de votre prochaine sortie, ou en ballade, prenez le temps de regarder autour de vous et recherchez cette divine proportion dans la nature, l’art mais aussi les êtres autour de vous. Alors, il vous sera possible de vous rendre compte qu’il n’y a peut-être pas de hasard dans notre monde.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : Golden Ratio: The Divine Proportion