Press "Enter" to skip to content

Homme. Plastique : nous ingérons l’équivalent d’une carte de crédit chaque semaine

SAVOIR > Homme

Une étude réalisée par des scientifiques a révélé que l’être humain pourrait ingérer jusqu’à cinq grammes de micro et nanoparticules de plastique par semaine, soit le poids d’une carte de crédit.

Une équipe de chercheurs de l’université de médecine de Vienne est parvenue à cette conclusion remarquable sur la base d’études sur l’absorption de micro et nanoparticules de plastique (MNP) dans le tractus gastro-intestinal.

L’étude, publiée dans Exposure and Health le 22 mars, montre que les MNP sont également susceptibles d’affecter la flore et la faune intestinales, ce que les scientifiques associent à des syndromes de gestation, tels que l’obésité, le diabète et l’insuffisance hépatique.

La taille des microparticules varie de 0,001 à 5 millimètres, tandis que celle des nanoparticules est inférieure à cette fourchette. Selon les chercheurs, si elles sont suffisamment petites, les particules peuvent se retrouver dans les organes, les tissus et la circulation sanguine, et éventuellement traverser la barrière hémato-encéphalique et pénétrer dans le système nerveux.

Tissu

On ne sait pas dans quelle mesure les nano et microparticules consommées chaque semaine, qui représentent des quantités mesurables et non mesurables, parviennent à traverser la paroi intestinale et à se retrouver dans les organes et les tissus.

Nous savons cependant que de grandes quantités de particules se sont retrouvées dans les tissus humains, en particulier dans les intestins. Les scientifiques pensent que ce phénomène a un impact négatif sur les réactions biochimiques en chaîne et peut générer des substances cancérigènes, des risques d’infertilité, des troubles cardiovasculaires et des problèmes neurologiques.

Lukas Kenner, de L’Université de médecine de Vienne, explique que les personnes souffrant de maladies chroniques sont les plus exposées : « Un intestin sain a plus de chances de parer au risque sanitaire. Mais les changements locaux dans le tractus gastro-intestinal, tels que ceux présents dans les maladies chroniques ou même le stress négatif, pourraient les rendre sensibles aux effets nocifs des MNP. »

Organes

Par ailleurs, des MNP ont également été observés dans d’autres tissus et organes humains, ont souligné des scientifiques de l’Arizona State University, lors de la présentation de leurs travaux au salon en ligne de l’American Chemical Society.

L’équipe a isolé des échantillons d’organes humains tels que les poumons, la rate, les reins et le foie, et a trouvé des quantités considérables de polycarbonate, de polyéthylène téréphtalate et de polyéthylène, certains des composants de base ou polymères qui constituent les plastiques.

En outre, l’étude a révélé la présence d’énormes quantités de bisphénol A, particulièrement connu pour ses effets néfastes sur la santé cardiovasculaire.

Le sang

Les chercheurs ont déclaré que l’homme est en permanence assiégé par les MNP et qu’il est envahi par les microplastiques à travers le tractus gestationnel, via les fruits de mer et le sel marin que nous consommons, l’eau que nous buvons et les emballages. Dans le même temps, nous inhalons des particules en suspension dans l’air lorsque nous respirons, et ces particules néfastes entrent aussi en contact avec la peau lorsque nous utilisons des cosmétiques et à travers nos vêtements.

Jusqu’à présent, les scientifiques se contentaient de supposer que les nanoparticules de plastique étaient également présentes dans le sang humain, mais ils n’avaient pas été en mesure de les quantifier pour étayer ce soupçon.

Cependant, récemment, des chercheurs de L’université Libre d’Amsterdam (en néerlandais : Vrije Universiteit Amsterdam ) aux Pays-Bas, ont établi des quantités mesurables de polymères comme le polyéthylène téréphtalate (PET), le polyéthylène et les polymères de styrène dans des échantillons de sang préparés.

Les chercheurs ont conclu que trois des quatre sujets testés présentaient des traces de plastique dans leur sang. Ils ont également confirmé la présence de propylène, bien qu’en quantités (ou tailles) trop faibles pour être mesurées.

« Notre étude est la première indication que nous avons des particules de polymère dans notre sang - c’est un résultat révolutionnaire », a déclaré le professeur Dick Vethaak, écotoxicologue. « Mais nous devons étendre la recherche et augmenter la taille des échantillons, le nombre de polymères évalués, etc. », a-t-il ajouté.

L’eau

Bien que considérée comme une alternative saine aux boissons gazeuses, l’eau en bouteille contribue également à l’accumulation d’énormes quantités de plastiques et additifs dérivés emballages dans notre système corporel.

Les chercheurs d’Orb Media, de l’université de l’État de New York à Fredonia, ont découvert que les personnes qui consomment quotidiennement la quantité recommandée de 1,5 litre d’eau en bouteille plastiques seront imprégnées de 90 000 MNP de plastique par an, des particules suffisamment grosses pour que leur présence puisse être mesurée.

Les xénohormones sont des substances qui imitent les qualités œstrogéniques et qui seraient à l’origine de cancers et de problèmes de fertilité.

Plusieurs études ont également mis en évidence la présence de xénohormones, de plastifiants et d’autres substances nocives comme l’arsenic dans les emballages plastiques.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.