Press "Enter" to skip to content

Nutrition. La chicorée, bien plus qu’un succédané du café : une plante d’exception aux multiples atouts

SANTÉ > Nutrition

Certaines plantes totalisent à elles seules un nombre impressionnant de vertus nutritionnelles et thérapeutiques. La chicorée avec ses qualités multiples fait figure de plante d’exception. Considérée parfois comme désuète, elle semble susciter de nos jours un regain d’intérêt.

Une histoire millénaire

Reconnue depuis la nuit des temps, la chicorée est cultivée pour ses feuilles et sa racine. En réalité il existe plusieurs espèces de chicorées. La plus répandue correspond à la chicorée sauvage ou chicorée amère de son nom scientifique « Cichorium intybus ». C’est une plante sauvage de la famille des Astéracées, proche du pissenlit. Elle pousse au bord des chemins en particulier dans le nord de la France. Sa fleur s’épanouit au rythme du soleil : bleue le matin, pâle à midi et blanche le soir, d’où le surnom de « fiancée du soleil ».

De nombreuses études établissent que les Egyptiens utilisaient déjà la chicorée. Son nom est mentionné dans le papyrus d’Ebers, le plus ancien traité médical connu. Ce document daterait de 2000 ans avant notre ère. Dans le pays des pharaons, la chicorée était très appréciée pour ses qualités apéritives et digestives.

Galien, le médecin grec de l’Antiquité appelait la chicorée l’« ami du foie ». Vers l’an 800, Charlemagne rend obligatoire la culture de la chicorée dans les jardins royaux comme en atteste le « Capitulare de Villis vel curtis imperii », un acte législatif royal (le capitulaire) dédié aux plantes médicinales. La reconnaissance de la chicorée en tant que plante d’exception ne faiblit pas. L’usage de la plante continue à se répandre en Allemagne et en France pour prendre de l’essor au XIXe siècle suite au blocus commercial imposé par Napoléon en 1806. La chicorée remplace le café frappé dès lors de pénurie. La racine torréfiée puis concassée donne la boisson couleur caramel emblématique du nord de la France.

La chicorée, bien plus qu’un succédané du café : une plante d’exception aux multiples atouts
Les principes actifs de la chicorée se concentrent surtout au niveau des racines. Pour un effet thérapeutique optimal il est conseillé de les préparer en décoction. (Image : wikimedia / Vilmorin-Andrieux & Cie / Domaine publique)

Une plante d’exception, alliée de la santé

La chicorée ne contient ni caféine, ni gluten, ce qui en fait une boisson d’origine purement végétale tonique et non addictive. Elle peut se boire toute la journée aussi bien chaude que froide. En toutes saisons elle demeure l’alliée de la santé. Avec ses vertus apéritives ancestrales elle est revigorante. Moyennant 3 à 4 tasses par jour, elle permet de réveiller l’appétit notamment après un traitement lourd et douloureux.

La chicorée est bien plus qu’un simple substitut du café. Favorable au bon fonctionnement du foie, elle a des fonctions drainantes et épuratives. C’est un produit détoxifiant par excellence. Elle aide à résoudre les problèmes de constipation passagère compte tenu de sa richesse en inuline, une fibre alimentaire composée de glucose et de fructose produisant les bonnes bactéries. Selon un arrêté de l’Autorité européenne de sécurité des aliments en date du 7 décembre 2015 « l’inuline de chicorée contribue à une fonction intestinale normale en accroissant la fréquence des selles » et « l’effet bénéfique est obtenu par la consommation journalière de 12 g d’inuline de chicorée ».

Le goût amer de la chicorée favorise la stimulation de production de bile. Il s’agit de vertus dites cholérétiques. La chicorée est particulièrement riche en antioxydants. Ses nombreux nutriments dotés de flavonoïdes et caroténoïdes contribuent à lutter contre les maladies cardiovasculaires et à fortifier le système immunitaire. La chicorée, véritable plante d’exception, regorge de vitamines : les vitamines A, C, et K ainsi que de sels minéraux : fer, manganèse, phosphore.

Les principes actifs de la chicorée se concentrent surtout au niveau des racines. Pour un effet optimal il vaut mieux les préparer en décoction.

La chicorée, bien plus qu’un succédané du café : une plante d’exception aux multiples atouts
La chicorée se consomme également sous forme de salades crues ou cuites. L’endive est une variété de chicorée souvent présente dans les assiettes. (Image : jean-pierre duretz / Pixabay)

Autres atouts de la chicorée

Effets secondaires

Mélanger la chicorée soluble au café permet d’atténuer les effets excitants de ce dernier. Les habitants du nord de la France ont adopté cette habitude alimentaire au petit déjeuner.

Une astuce des boulangers-pâtissiers consiste à incorporer de la farine de chicorée dans leur pain pour lui donner une belle coloration.

Pour certaines recettes, il est recommandé d’ajouter quelques gouttes de chicorée soluble à la vinaigrette afin de la rendre plus savoureuse. Par ailleurs la chicorée en tant qu’exhausteur de goût limite l’apport en sel.

La chicorée se consomme également sous forme de salades crues ou cuites. L’endive est une variété de chicorée souvent présente dans les assiettes. La scarole ou la frisée est une autre variété de chicorée appelée : « cichorium endivia » à consommer également en salade…

Quelques contre-indications existent cependant. Généralement bien tolérée par l’organisme, à fortes doses, la chicorée peut se révéler nocive pour le foie et même provoquer la jaunisse. En cas d’allergie à l’inuline, des ballonnements pourraient survenir, il convient alors d’éviter la consommation de la chicorée et de consulter un médecin.

Au fil des nombreuses recherches en cours, d’autres propriétés de la chicorée ne manqueront pas de voir le jour. Il serait dommage de méconnaître les bienfaits avérés de cette plante d’exception très répandue sur le territoire.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.