Press "Enter" to skip to content

Bien-être. L’imagination dans le jeu est importante

SANTÉ > Bien-être

C’est un élément clé du développement de l’enfant

Le monde des jeux d’imagination joue un rôle important dans le développement de votre enfant. (Image : Artyom Kabajev / Unsplash)

En visitant n’importe quelle classe maternelle pendant la récréation, on verra probablement un enfant faire semblant d’être quelqu’un d’autre. Le fait de « faire semblant » est omniprésent dans la petite enfance. En plus d’être amusants pour les enfants, faire semblant et d’autres types de jeux imaginatifs, sont considérés par certains comme essentiels au développement sain de l’enfant.

Des recherches ont établi un lien entre le jeu de simulation et le développement de la créativité de l’enfant, sa compréhension des autres et ses compétences sociales avec ses pairs.

En tant que psychologue qui étudie le jeu imaginaire et le développement de l’enfant en classe maternelle, la rencontre avec des enfants pour qui un ami imaginaire ou l’imitation d’un personnage est plus qu’un simple passe-temps amusant, est inévitable. Ces activités reflètent souvent ce que les enfants ont en tête.

Alors comment le jeu imaginaire peut-il être bénéfique pour les enfants ? Et les jeux imaginaires rendent-ils les enfants plus à l’aise sur le plan social ? Ou est-ce parce que les enfants qui sont plus doués socialement ont tendance à s’adonner davantage à ce type de jeu ?

L’enfant qui se fait passer pour un super-héros peut jouer et atteindre des objectifs, comme aider les autres et effectuer des sauvetages audacieux. (Image : Gabriel Porras / Unsplash)
L’enfant qui se fait passer pour un super-héros peut jouer et atteindre des objectifs, comme aider les autres et effectuer des sauvetages audacieux. (Image : Gabriel Porras Unsplash)

Apprendre à penser sous différents angles

Le jeu imaginaire peut favoriser le développement social car les enfants jouent en même temps leur propre rôle et celui de quelqu’un d’autre. Cela leur donne l’occasion d’explorer le monde sous différents angles, et c’est un exploit qui exige de réfléchir à deux façons d’être en même temps, ce que les enfants peuvent avoir du mal à faire dans d’autres circonstances.

Vous pouvez imaginer comment cela pourrait faire partie du développement des capacités sociales d’un enfant.

Par exemple, si un enfant joue le rôle d’une mère, il doit imaginer ce qu’elle ressent si son bébé pleure ou ne se comporte pas bien. Si un enfant joue le rôle du chien de la famille, il doit trouver comment communiquer avec son « maître » sans parler.

L’enfant qui se crée un ami imaginaire a la possibilité d’explorer toutes les nuances de l’amitié – sans avoir à gérer l’imprévisibilité du comportement d’une autre personne ni risquer que l’amitié prenne fin.

L’enfant qui se fait passer pour un super-héros peut jouer et atteindre des objectifs, comme aider les autres et effectuer des sauvetages audacieux. Ce genre de pouvoir ne se présente pas facilement dans la petite enfance. Être le héros et prendre soin des autres doit être un changement agréable par rapport au fait d’être pris en charge et commandé.

Apprendre l’art délicat de la négociation

Lorsque les enfants jouent à ces jeux imaginaires avec d’autres enfants, ils doivent constamment tenir compte de leurs propres comportements et signaux pour envoyer des messages clairs sur ce qu’ils font. Ils doivent également prêter attention aux signaux émis par les autres participants au jeu et apprendre à les déchiffrer.

Ce type de communication se produit également dans les interactions du monde réel. Mais dans le monde du jeu fantastique, une coordination réussie exige une attention supplémentaire à tous ces détails. Les enfants doivent s’engager dans des niveaux sophistiqués de communication, de négociation, de compromis, de coopération et de coordination pour que le jeu continue d’avancer.

En fait, certaines recherches suggèrent que les enfants qui s’adonnent à des jeux de simulation sociale passent presque autant de temps à négocier les conditions et le contexte du jeu qu’à le jouer. Cela peut s’avérer utile lorsqu’ils grandissent et qu’ils doivent gérer les règles, comme pour le jeu « capturez le drapeau », ou pour le partage du travail sur les projets de groupe au lycée et les avantages associés à une première offre d’emploi.

 Les enfants qui s’engagent dans un jeu de simulation sociale passent presque autant de temps à négocier les termes et le contexte du jeu qu’à le jouer. (Image : Iiona Virgin / Unsplash)
Les enfants qui s’engagent dans un jeu de simulation sociale passent presque autant de temps à négocier les termes et le contexte du jeu qu’à le jouer. (Image : Iiona Virgin / Unsplash)

Les avantages du jeu sont-ils corrélationnels ou causaux ?

Les études qui relient le jeu de rôle à tous ces résultats positifs sont corrélationnelles. En d’autres termes, un enfant socialement astucieux et compétent pourrait être plus intéressé par le jeu de rôle, plutôt que le jeu de rôle ne rende l’enfant plus astucieux socialement. Il est également possible qu’une autre variante, comme l’éducation parentale, soit responsable des liens entre l’engagement dans l’imagination et le fait de bien s’entendre avec les autres.

En fait, Angeline Lillard, une éminente spécialiste du domaine, a examiné des dizaines d’études avec ses collègues et n’a trouvé que peu d’éléments pour étayer l’idée que le jeu de rôle entraîne des résultats positifs sur le plan du développement.

Au contraire, ces auteurs affirment que simuler pourrait être un moyen d’obtenir ces résultats. Ou encore, le jeu de rôle et les résultats positifs pourraient être soutenus par d’autres facteurs, tels que la présence d’adultes encourageants, des jeux axés sur des thèmes positifs et prosociaux, et les caractéristiques des enfants eux-mêmes, comme leur intelligence et leur sociabilité.

En même temps, les chercheurs ne manquent pas de souligner que les enfants aiment jouer et sont motivés pour le faire. Les adultes qui souhaitent encourager la prise de recul, l’empathie, les aptitudes à la négociation et la coopération devraient réfléchir à la manière dont les leçons liées à ces aptitudes pourraient être intégrées dans les matériaux, les thèmes et le contenu général des jeux d’imagination des enfants.

Écrit par Tracy Gleason, professeur de psychologie, Wellesley College.

Rédacteur Swanne Vi