Le concept de la famille selon Marx

Par Vision Times
Le 05/05/2020
Le communisme, dont les écrits de Karl Marx sont à l’origine, est l’une des idéologies les plus pernicieuses qui soient. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Le communisme, dont les écrits de Karl Marx sont à l’origine, est l’une des idéologies les plus pernicieuses qui soient. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Le communisme, dont les écrits de Karl Marx sont à l’origine, est l’une des idéologies les plus pernicieuses qui soient. Ses principes sous-jacents sont ceux de la duplicité et de la tromperie.

Toute droiture ou toute bonté, qui sont des concepts piliers de la société, sont des éléments dont les communistes doivent d’abord se débarrasser pour établir leur hégémonie. Le manifeste de Marx affirme clairement que le communisme ne peut être réalisé sans renverser les conditions sociales existantes.

D’après fee.org : « Marx pensait que l’individualité était contraire à l’égalitarisme qu’il envisageait. Par conséquent, l’" individu " en tant que tel doit être " éliminé et aboli "». Bien que le but premier du communisme soit d’abolir le concept de la propriété privée, Marx exige avant tout l’éradication complète des autres systèmes qui ont été établis dans la société dite « bourgeoise ». Le premier de ces systèmes est la famille.

La conception communiste de la famille

Marx a clairement admis à plus d’une reprise que la suppression du concept de famille n’était pas une idée qui serait facilement acceptée, et ce, même par la révolution la plus radicale. Il savait qu’il lui serait difficile d’obtenir du soutien pour une demande aussi particulière.

Selon lui, la famille pleinement épanouie est, en théorie, un concept très bourgeois. Il considérait la famille comme la représentation symbolique du gain privé, et la voyait comme étant basée sur le capital. Il pensait que pratiquement toutes les familles étaient dépendantes du capital et que sans cela, la structure familiale s’effondrerait plus vite que ce que tout le monde pensait.

La société communiste considère qu’une famille est une cellule parfaitement essentielle pour répondre aux besoins de l’establishment capitaliste et que sa fonction de base est la consommation. Les marxistes soutiennent que le concept de famille facilite une structure hiérarchique et, par la richesse et l’héritage, crée l’inégalité dans la société.

 

Les marxistes accusent la structure familiale de créer des inégalités dans la société par la richesse et l’héritage. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Les marxistes accusent la structure familiale de créer des inégalités dans la société par la richesse et l’héritage. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

Le remplacement du système familial par le communisme

Les communistes, en général, abhorrent la tradition et l’adhésion aux anciennes pratiques. Cela inclut les concepts de religion et les idéologies qui ont été transmises par les ancêtres. La famille est aussi quelque chose qui a été établi par la tradition et qui doit donc être démantelée.

Marx pensait qu’en rejetant le système familial, les individus seraient libres d’atteindre leur plein potentiel au lieu d’être liés par les règles dictées par un écosystème familial. La vie en communauté prendrait la place de la famille. La monogamie ne serait plus nécessaire et les enfants seraient élevés collectivement par la communauté.

Sur le plan conceptuel et pratique, il a été observé que plus un gouvernement embrasse les idéaux socialistes, plus il empiète sur la vie privée et plus précisément sur le fonctionnement de la famille.

Les tentatives de déstabilisation de la famille

Un exemple de cela serait le kibboutz pratiqué en Israël. Dans ce système, les citoyens sont censés tout partager, du logement à l’habillement en passant par la nourriture. Ce système a été qualifié par les experts politiques d’État nourricier où l’individu n’a aucune valeur, si ce n’est celle d’être un rouage mécanique pour enrichir l’État.

Plus récemment, le Parti national écossais a tenté d’introduire le concept de « personne nommée » en 2016. Cela se traduit essentiellement par une surveillance des familles par l’État. L’État attribue un individu, qui peut être un enseignant ou un travailleur social, à une famille.

Cette personne aurait des droits suprêmes sur les parents en ce qui concerne la garde des enfants. L’individu tiendrait des dossiers personnels sur les différents aspects des fonctions quotidiennes de la famille. Il ou elle aurait également un accès total aux enfants, leur permettant des visites non supervisées et non programmées. Heureusement, ce système a été rejeté par la Cour suprême britannique et déclaré illégal.

 

La « personne désignée » aurait eu des droits suprêmes sur les parents en ce qui concerne la garde des enfants. (Image : Capture d’écran / YouTube)
La « personne désignée » aurait eu des droits suprêmes sur les parents en ce qui concerne la garde des enfants. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

La chute

Ce ne sont là que quelques exemples de la manière dont diverses formes de systèmes communistes et socialistes ont tenté d’influencer et, par conséquent, de supprimer le concept de famille traditionnel dans la société moderne. Au fil des ans, le communisme a cependant échoué à maintes reprises dans ses tentatives de faire accepter sa gouvernance par ses sujets, et des millions de personnes ont souffert et sont mortes à la suite de cela.

« Pour Marx, la famille représente un microcosme du capitalisme. Mais pourquoi ne l’a-t-il pas identifiée comme un microcosme du socialisme pour soutenir que si le socialisme est faisable au niveau de la famille, alors il pourrait l’être à une plus grande échelle ? », selon mises.org. Il ne fait aucun doute que sans une éducation appropriée et une structure familiale saine, les sociétés modernes se détérioreraient sans cesse et finiraient par sombrer dans le chaos le plus total, ce qui conduirait à l’anarchie.


Traduit par Camille A.

Version en anglais : Karl Marx: The Hater of Families