À la recherche de la beauté véritable

Le 13/01/2020
Le Grand Bouddha de Leshan dans la province du Sichuan (Image : Shenyunperformingarts.org)
Le Grand Bouddha de Leshan dans la province du Sichuan. (Image : Shenyunperformingarts.org)


Etant danseuse à Shen Yun Performing Arts, j’ai pensé que cela me ferait du bien de me plonger un peu plus dans l’esthétique de la culture traditionnelle chinoise. Aujourd’hui, je pense avoir une meilleure vision de ce qu’est la beauté véritable.

Autrefois, les créations artistiques tournaient largement autour de thèmes tels que le Ciel ou la Terre, les êtres divins et la nature. À l’époque, la poésie, la danse et la musique étaient souvent un moyen pour vanter les dieux, exprimer l’humilité et l’admiration ou pour offrir des prières.
 

Les grottes de Dunhuang (Image : Shenyunperformingarts.org)
Les grottes de Dunhuang. (Image : Shenyunperformingarts.org)

Même si on ne peut plus voir ces danses ni entendre ces airs, on peut encore avoir un aperçu du grand respect que nos anciens avaient pour la nature et le divin, grâce aux écrits qui ont été préservés pendant des milliers d’années. Il y a même des œuvres d’art qui nous ont été léguées dans leur totalité.
 

On trouve encore beaucoup de peintures et de gravures de Bouddhas, de fées célestes et d’autres dieux dans des grottes éloignées de tout. Les plus connues sont les Grottes des mille Bouddhas dans le nord ouest de la Chine vers Dunhuang, ainsi que le Bouddha géant de Leshan dans la province du Sichuan. Ces sites majestueux d’autrefois sont encore des merveilles aujourd’hui.

Un peu de philosohie

Dans la pensée taoïste et confucianiste, la simplicité est magnifique et suprême.

Zhuangzi vieil homme (Image : Shenyunperformingarts.org)
Zhuangzi vieil homme. (Image : Shenyunperformingarts.org)
 

«La vacuité, l’immobilité, la placidité, l’absence de préférences, la quiétude, le silence et l’inaction sont la racine de toute chose», écrit Maître Zhuang dans Le Chemin du Ciel, vers 300 Av. JC. «Les hommes deviennent des sages grâce à leur immobilité».

Selon Confucius, on doit commencer par avoir une bonne moralité à la base, ainsi qu’une beauté intérieure, avant de rechercher la beauté extérieure et d’autres embellissements. Je pense que la recherche de la simplicité est en fait la recherche de l’authenticité car la simplicité sans fard est l’état le plus naturel de l’être, la manifestation des choses les plus uniques.

Un jour, Confucius demanda à un ami d’expliquer sa compréhension de la «vérité». L’invité répondit : «La vérité propre à l’homme est une sincérité pure et menée à son plus haut degré. Sans cette sincérité pure on ne peut pas émouvoir les autres… Lorsqu’on possède cette vérité à l’intérieur de soi-même, celle-ci a un effet visible de spiritualité et c’est pourquoi nous l’estimons tant.»

Nous avons tant de choses aujourd’hui qui excitent nos désirs et nos fantaisies. C’est tellement facile pour notre nature innée simple et pure de se retrouver submergée et de perdre le lien avec notre identité profonde. Mais si l’art est une fenêtre permettant à un artiste d’exprimer son monde intérieur pour toucher son public, n’est-il pas vrai que lorsqu’un artiste peut élever le propre champ de sa pensée alors seulement il peut inspirer les autres à faire de même ?

Être en harmonie

J’ai trouvé que les visions traditionnelles de l’harmonie étaient également fascinantes. L’accent mis par les anciens sur l’harmonie englobe La Doctrine de l’Invariable Milieu qui dit qu’il faut être modéré et éviter les extrêmes.

Dans le livre La Doctrine de l’Invariable Milieu, Zisi, petit fils de Confucius, écrit : «L’équilibre est la racine essentielle depuis laquelle grandissent tous les actes des hommes dans le monde, et cette harmonie est le chemin universel, celui que chacun devrait rechercher.»

L’harmonie englobe l’idée d’accessibilité - elle rend toute chose attrayante à toute personne, quelle que soit sa place dans la société; quelle que soit sa nationalité ou sa culture.
 

Confucius (Image : Shenyunperformingarts.org)
Confucius. (Image : Shenyunperformingarts.org)
 

Dans Les Discours des Royaumes, un recueil de discours importants datant de deux mille cinq cent ans, une section s’intitule «Wu Ju Présente la Beauté». Cette section fournit une définition sans fard mais exacte de l’harmonie et de la beauté : «Si, quelle que soit notre vision des choses, que l’on soit au dessus ou en dessous, que l’on soit à l’intérieur ou à l’extérieur, que l’on ait une vision détaillée ou globale, de près ou de loin, la relation entre tous les éléments est harmonieuse et sans désaccord, cela est la beauté.»

Ce n’est pas facile de créer quelque chose de cette qualité. Comment faire pour que cela semble simple - comme le disait le grand empereur du septième siècle Tang Taizong : «Être en harmonie veut dire être correct et vertueux.» Donc, pour qu’une artiste atteigne l’état d’harmonie, il lui faut être vertueuse, juste et avoir une vision très large de la vie. Cela peut prendre une vie entière de travail acharné, d’introspection et de conscience de la perfection. 
 

 

Auteur : blog de Evangeline Zhu, danseuse principale de la Compagnie Shen Yun Performing Arts

Source : https://fr.shenyunperformingarts.org/