«Duilian» : couplets antithétiques du Nouvel An chinois

Par Caroline Daix
Le 26/01/2020
Caractère Fu à l’envers. (Image : Sound of Hope)
Couplet antithétique du Nouvel An : «Pendant le nouvel an, nous profitons du patrimoine des nos ancêtres, la bonne fête signifie que le printemps durera toujours». (Image : pixabay / Duilian / visiontimes.fr)
 

Traditionnellement, pour fêter le nouvel an, les Chinois collent des couplets antithétiques de Nouvel An (chinois traditionnel : 春聯,zhuyin : ㄔㄨㄣ ㄌㄧㄢˊ ;chinois simplifié : 春联 , pinyin : chūn lián), ou des bandes de papier rouge portant le caractère auspicieux «Bonheur» (chinois traditionnel :福,zhuyin : ㄈㄨˊ ; chinois simplifié :福, pinyin : (fú), sur les montants de la porte d’entrée.

Les «Yinglian», littéralement «couplets antithétiques collés sur les colonnes dans la pièce centrale d’une maison traditionnelle chinoise», se réfèrent en particulier aux couplets antithétiques que l’on colle de chaque côté de la porte d’entrée avant le réveillon du Nouvel An et sont dérivés de «Taofu» (桃符) - une sorte de talisman en bois de pêcher, à l’effigie d’un dieu censé chasser les mauvais esprits - suspendu de chaque côté de l'entrée et renouvelé chaque Nouvel An. De nos jours, les couplets antithétiques du Nouvel An sont principalement écrits sur du papier rouge. On les colle de chaque côté de la porte, de droite à gauche, avec une troisième bande de papier rouge collée horizontalement au dessus de la porte. Il peut aussi y avoir le caractère «Fu» (福) collé au milieu de la porte d’entrée. Les couplets antithétiques du nouvel an ont une longue histoire, de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Selon la légende, à l’époque de l’Empereur Jaune (黃帝), le bois de pêcher était censé chasser les mauvais esprits. Les Chinois sculptaient des talismans, par paires, dans le bois de pêcher, et les accrochaient sur la porte d’entrée.

Avant les Dynasties Qin (221 à 206 av. J.-C.) et Han ( 206 av. J.-C. à 220 apr. J.-C. ), les Chinois pratiquaient déjà cette tradition. Puis, le dernier empereur de la Dynastie des Shu Postérieur (934–965) MENG Chang, écrivit les premiers couplets antithétiques du nouvel an sur les talismans en bois de pêcher : «Pendant le nouvel an, nous profitons de l’héritage laissé par nos ancêtres, la belle fête de printemps signifie qu’il durera toujours.»

Sous la Dynastie Song (960—1279), grâce au développement des technologies de fabrication du papier et de l’imprimerie, les couplets antithétiques du nouvel an en papier ont vu le jour. Sous les Dynasties Ming et Qing, les couplets antithétiques ont atteint le sommet de leur développement et sont devenus un élément indispensable pour le Nouvel An.

 

Talismans Taofu. (Image : Epoch Time)
Talismans en bois de pêcher à l’effigie d’un dieu censé chasser les mauvais esprits, suspendus de chaque côté de l’entrée. (Image : Epoch Time)

Les couplets antithétiques jouent sur l’antithèse. Les caractères et les phrases doivent associer l’abstrait et le concret, la première phrase doit se terminer par un caractère du troisième ou du quatrième ton et la deuxième phrase doit se terminer par un caractère du premier ou du deuxième ton.

A propos des couplets antithétiques, il y a eu également de nombreuses histoires ou anecdotes dans l’histoire de la Chine. On raconte que, sous la Dynastie Ming (1368–1644), ZHU Yuanzhang, l’empereur fondateur de la dynastie Ming décida de faire une inspection privée en habit ordinaire, la nuit du réveillon. Il découvrit un foyer sans couplets antithétiques. Après vérification, il s’agissait d’une famille de boucher et personne dans cette famille ne savait lire ni écrire. ZHU Yuanzhang leur offrit alors un couplet antithétique de deux phrases en rapport avec leur métier : «Les deux mains séparent la vie et la mort, un coup de couteau fait disparaitre toutes les disputes».

 

Caractère Fu à l’envers. (Image : Sound of Hope)
Caractère Fu à l’envers. (Image : Sound of Hope)
 

Une autre coutume intéressante consiste à afficher le caractère «Fu» à l'envers. Pourquoi cela ? Parce qu’en chinois, les caractères «à l’envers» (倒) et «arriver» (到) sont homophoniques. Coller ce caractère à l’envers signifie que la bonne chance arrive. D’ailleurs, le caractère «Fu» n’est pas seulement réservé au Nouvel An chinois, on peut également le voir sur des bijoux en jade, ou sous la forme d’un talisman suspendu dans les voitures ou sur des meubles à la maison. Cette tradition existe non seulement en Chine, mais également au Japon, au Vietnam, en Corée du sud et du Nord.


Avec la collaboration de Jubei