Press "Enter" to skip to content

Histoire. Retirer les filets sur trois directions pour sauver les oiseaux : la clémence d’un roi

CHINE ANCIENNE > Histoire

Le proverbe chinois « Retirer les filets sur trois directions » provient de l’histoire de Cheng Tang, le roi fondateur de la dynastie Shang (de 1570 à 1045 av. J.-C. environ), qui a retiré trois pans d’un filet à quatre pans servant à capturer des oiseaux, afin de laisser une chance de survie aux oiseaux et aux bêtes, ce qui témoigne de sa clémence.

Cette histoire authentique est enregistrée dans les Mémoires historiques - Biographies des empereurs de la dynastie Yin (Shang) ou Shi Ji - Yin Benji (史記.殷本紀). Selon cet ouvrage, un jour, alors que Cheng Tang était à la chasse, il a vu un homme en train d’installer des filets dans chacune des quatre directions, priant le ciel : « Que tous les oiseaux dans le ciel, et toutes les bêtes sur la terre venant des quatre directions, entrent dans mes filets ! »

En entendant cela, Cheng Tang a soupiré : « Hélas, cela anéantira tous les oiseaux et toutes les bêtes ! » Il a alors demandé au chasseur de retirer les filets face aux trois directions,et de n’en tendre qu’un seul dans une seule direction. Le chasseur a alors modifié sa prière : « Ceux qui veulent aller à gauche iront à gauche, et ceux qui veulent fuir à droite fuiront à droite. Seuls ceux qui n’obéissent pas à mon ordre iront dans mon filet. » Lorsque les seigneurs ont entendu cela, ils ont tous dit : « Tang est si bienveillant qu’il se montre même compatissant envers les oiseaux et les bêtes ».

Retirer les filets sur trois directions pour sauver les oiseaux : la clémence d’un roi
Sauver les oiseaux. (Image : cocoparisienne / Pixabay)

L’histoire de retirer les filets sur les trois directions et les politiques vertueuses mises en place par Cheng Tang lui ont permis de gagner la confiance des seigneurs, conduisant de nombreux États à lui être dévoués.

Cette histoire peut également être lue dans les Annales des Printemps et des Automnes de Lü. Chapitre X. Article « Différentier l’utilisation » ou Lu Shi Chun Qiu. Mengdong Ji. Yi Yong Pian (呂氏春秋.孟冬紀.異用篇 ) : Lorsque Cheng Tang était à la campagne, il a vu un chasseur dresser un filet face aux quatre directions et prier : «  Que tout ce qui tombe du ciel, et tout ce qui vient de la terre, et tout ce qui vient des quatre directions, tombe dans mon filet ». Et Cheng Tang a dit : « Si c’est vrai, alors tous les oiseaux et toutes les bêtes seront tués. Qui ferait une telle chose à part un tyran comme Jie (NDTR : un tyran et le dernier empereur de la dynastie Xia) ? »

Cheng Tang a demandé à l’homme d’enlever les toiles dressés sur les trois côtés et de n’en laisser qu’une seule, et de modifier sa prière, en disant : « Dans le passé, l’araignée faisait sa toile, l’homme d’aujourd’hui apprend à dresser le piège de la même façon. Les oiseaux et les bêtes iront à gauche s’ils veulent aller à gauche, à droite s’ils veulent aller à droite, dans les lieux élevés s’ils veulent aller dans les lieux élevés, dans les lieux bas si elles veulent aller dans les lieux bas, et je n’attraperai que ceux qui n’obéissent pas à cet ordre ».

Lorsque les seigneurs des États au sud du fleuve Han ont entendu cela, ils ont dit : « Tang bienveillant a pris soin même des oiseaux et des bêtes ». Ainsi, environ quarante états vassaux sont venus pour se soumettre à Cheng Tang.

Tel que le poète Liu Xiyu de la dynastie Tang a écrit dans son article adressé à l’empereur Félicitations pour l’amnistie à Lianzhou : « Ouvrir le filet sur trois côtés pour donner une chance de se rectifier aux personnes qui se sentent en danger ou ont des doutes, écouter des voix différentes et donner une chance d’être embauchées aux personnes ayant des défauts ».

En installant des filets sur quatre côtés, les autres personnes ne parviendraient pas à capturer les oiseaux, mais en retirant les filets sur trois côtés et en ne laissant qu’un seul côté, Cheng Tang n’a pas seulement attrapé les oiseaux, mais il a aussi obtenu l’adhésion de quarante États vassaux.

Une histoire similaire avec l’empereur Wu de la dynastie Han

Dans le passé, outre l’histoire de Cheng Tang qui retirait son filet sur trois côtés, il y a aussi l’histoire de l’empereur Wu de la dynastie Han qui ouvrait son filet d’un côté lorsqu’il chassait, laissant un passage pour les bêtes.

Dans le village de Beizhang qui se trouve à quelque 30 kilomètres au sud-est de Xi’an, dans la province du Shaanxi, des ustensiles ménagers ont été mis au jour dans les années 1990 et identifiés par le Bureau des vestiges culturels du district de Chang’an comme datant de la dynastie Han (de 206 av. J.-C. à 220 apr. J.-C.).

Les restes de ces pots et casseroles existent toujours au musée du district de Chang’an, et ils témoignent de la longue histoire de l’ancien village de Beizhang. C’est ici qu’est née l’expression « ouvrir le filet d’un côté ».

Le village de Beizhang, le long de la rivière Fenghe, était l’un des terrains de chasse de la cour impériale, où la légende veut que le majestueux et héroïque empereur Wu de la dynastie Han vienne autrefois chasser, et que la région, riche en eau et en herbe, abritait des animaux rares.

Retirer les filets sur trois directions pour sauver les oiseaux : la clémence d’un roi
L’estampe d’un détail des sculptures en relief en pierre des sanctuaires de la famille Wu de la dynastie des Han. La 4ème ligne représente les scènes de chasse, les autres lignes représentent les scènes de vie des divinités. (Image : Musée National du Palais de Taïwan / @CC BY 4.0) 

Lorsqu’il chassait, ses serviteurs ouvraient de grands filets dans chacune des quatre directions, du sud au nord et de l’est à l’ouest, pour capturer les proies. Cependant, l’empereur Wu a eu la gentillesse d’interdire que les filets soient étendus de tous les côtés. Il a envoyé des personnes pour retirer les filets du côté sud, ou parfois du côté nord, laissant un espace pour permettre au Ciel de décider si les animaux allaient vivre ou mourir. Le proverbe « ouvrir le filet d’un côté » a également été transmis de génération en génération comme synonyme de clémence et de générosité.

Dans le village de Nanzhang, qui se trouve au sud du village Beizhang, on a découvert une stèle en pierre datant de la dynastie Tang, qui raconte en détail l’histoire suivante : « Le ciel a la vertu d’aimer les vies et de ne pas les tuer, les gens doivent faire de même. Le filet est ouvert d’un côté, afin que les oiseaux ou les bêtes rares ne soient pas exterminés. Le côté sud a été ouvert pour libérer les cerfs des montagnes du sud, et le côté nord a été ouvert pour libérer les cerfs du père David vivant le long de la rivière Fenghe. »

Rédacteur Jessica Wang

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.