Les avoirs à l’étranger des fonctionnaires du PCC

Par Vision Times
Le 01/07/2020
Le 10 juin, le Comité d’Etude Républicain (RSC), composé de 150 membres de la Chambre des représentants des États-Unis, a publié un rapport sur la stratégie de sécurité nationale qui comprend les sanctions les plus sévères jamais proposées par le Congrès contre le Parti communiste chinois (PCC). (Image : pixabay / CC0 1.0)
Le 10 juin, le Comité d’Etude Républicain (RSC), composé de 150 membres de la Chambre des représentants des États-Unis, a publié un rapport sur la stratégie de sécurité nationale qui comprend les sanctions les plus sévères jamais proposées par le Congrès contre le Parti communiste chinois (PCC). (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Le rapport du Comité d’étude républicain (RSC) recommande de lourdes sanctions sur les visas pour les hauts fonctionnaires chinois et leurs familles, composés de 25 membres du Politburo central, 205 membres titulaires et 171 membres suppléants du Comité central, et tous les 2 280 délégués du 19e Congrès national du PCC.

Les sanctions américaines contre les fonctionnaires du PCC ont commencé à mordre fort et à prendre effet alors que leurs actifs à l’étranger ont été dévoilés les uns après les autres.

Le 16 juin, les médias de Hong Kong et de Taïwan ont publié une liste détaillée des actifs de Han Zheng, vice-premier ministre du Conseil des affaires d’État et membre du comité permanent du Politburo du PCC. Les actifs de Han Zheng aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et à Hong Kong s’élèvent à des milliards de dollars américains. La maîtresse et l’enfant illégitime de Han Zheng résident à l’étranger.

 

Les actifs de Han Zheng aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et à Hong Kong s’élèvent à des milliards de dollars américains. (Image: kremlin.ru via Wikimedia CC BY 4.0)
Les actifs de Han Zheng aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande
et à Hong Kong s’élèvent à des milliards de dollars américains.
(Image : kremlin.ru / Wikimedia CC BY 4.0)
 

Des informations ont révélé que la maîtresse de Han Zheng, Gao Suqin, est née le 28 juin 1978. Elle estt une ancienne employée du bureau du comité municipal de Shanghai. Leur enfant illégitime, Han Huaxi, est né le 12 novembre 2005. Gao et son enfant détiennent le statut de résident permanent de la Nouvelle-Zélande et vivent depuis longtemps en Australie. L’épouse de Han Zheng, Wan Ming, vit également en Australie.

Han Zheng a un autre enfant, une fille, Han Xue, née le 15 octobre 1986. Elle est une citoyenne naturalisée de l’Australie et maintenant exerce une activité de contrôle sur la filiale australienne du Groenland Group.

Auparavant, le politicien taïwanais Chen Zhaonan a publié un article signé disant que les actifs cachés de Han Zheng à l’étranger pourraient s’élever à plus de 3,5 milliards de dollars. Il y a un autre officiel chinois, Wang Yang, membre du Comité permanent du Politburo du PCC, ayant des actifs et des dépôts fixes pouvant atteindre plusieurs milliards de dollars.

L’article cite également une liste de nombreux hauts fonctionnaires du PCC et de leurs proches aux États-Unis avec des actifs qui sont désormais répertoriés aux États-Unis comme des saisies ou des confiscations potentielles. Cette liste a été classée comme « matière noire ». Il a été estimé que les avoirs des fonctionnaires du PCC à l’étranger s’élèvent à 500 milliards de dollars.

 

L’article cite également une liste de nombreux hauts fonctionnaires du PCC et de leurs proches aux États-Unis avec des actifs qui sont désormais répertoriés comme des objets de saisie ou de confiscation potentiels. (Image : pixabay / CC0 1.0)
L’article cite également une liste de nombreux hauts fonctionnaires du PCC et de leurs proches aux États-Unis avec des actifs qui sont désormais répertoriés aux États-Unis comme des objets de saisie ou de confiscation potentiels. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Les États-Unis sont le premier port à la fois d’escale et de refuge pour les fonctionnaires corrompus du PCC. Les médias ont récemment rapporté que plus de 7 000 fonctionnaires corrompus du PCC se cachent maintenant aux États-Unis. Dès 2010, un professeur de l’école centrale du Parti du PCC a révélé que 1,18 million de conjoints et enfants des fonctionnaires chinois se sont installés à l’étranger.

Le 3 octobre 2018, les médias de Hong Kong ont révélé que de nombreux hauts fonctionnaires et généraux militaires du Parti communiste chinois disposaient de vastes fonds aux États-Unis. Certains des « gros tigres » communistes chinois ont des milliards de dollars d’actifs aux États-Unis. Les membres de leur famille ont également émigré aux États-Unis en utilisant le divorce comme couverture. Tous ces actifs peuvent être ciblés par le gouvernement américain pour confiscation et / ou saisie.

La richesse pillée par les fonctionnaires du PCC et transférée aux États-Unis a déjà atteint des chiffres astronomiques. La famille de Jiang Zemin est une famille chinoise corrompue bien connue. Ils sont également connus comme « les leaders chinois de la corruption ». Il est rapporté que les actifs à l’étranger contrôlés par la famille de Jiang comprennent des actions, des fonds, des fiducies bancaires, des actions énergétiques, des actions technologiques, des contrats à terme sur l’or, des biens immobiliers, des sociétés de portefeuille à l’étranger, des sociétés offshore, etc.

Ces actifs sont détenus par Jiang Zemin et son petit-fils, Jiang Zhicheng, au nom de l’organisation Jiang. Des rapports antérieurs ont révélé que le montant total des espèces et des actifs détenus par la famille Jiang Zemin au pays et à l’étranger a dépassé 500 milliards de dollars. Tous ces vastes actifs, trophées et gains peuvent désormais être répertoriés comme des objets de confiscation et de saisie par le gouvernement américain.


Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : End of the Gravy Train for CCP Officials as Overseas Assets Are Targeted