La Chine change les cartes du monde

Par Vision Times
Le 13/03/2020
Depuis 2018, les cartes produites en Chine doivent être approuvées par le Bureau national de topographie et de cartographie, avant de pouvoir être publiées. (Image : pixabay / CC0 1.0)
Depuis 2018, les cartes produites en Chine doivent être approuvées par le Bureau national de topographie et de cartographie, avant de pouvoir être publiées. (Image : pixabay CC0 1.0)
 

De nombreux pays font face à des différends frontaliers dans leurs relations avec leurs voisins et leurs cartes nationales refléteront toujours leurs propres partis pris. La Chine a franchi une nouvelle étape en lançant une campagne visant à ce que la plupart des cartes du monde présentent la géographie de l’Asie uniquement comme la conçoit Pékin.

Changer les cartes

Pékin a des conflits d’intérêt avec l’Inde et prétend que l’État indien de l’Arunachal Pradesh appartient à la Chine, sous le nom de «Tibet du Sud». Le pays est également en conflit avec le Vietnam, Taiwan, les Philippines et d’autres pays en ce qui concerne la mer de Chine méridionale, insistant sur le fait que toute la région appartient à la Chine. L’année dernière, le gouvernement communiste chinois s’est déchaîné contre les cartes «problématiques» qui n’affichaient pas les frontières selon ce qu’il avait dicté. Près de 30 000 cartes ont été éliminées dans le processus.

Elles «ont été détruites jeudi dernier dans un lieu secret de la ville de Qingdao, avant d’être exportées vers un pays non spécifié… les cartes du monde étaient au nombre de 28 908, livrées dans 803 boîtes. Elles illustraient Taïwan comme un pays indépendant et "dépeignaient à tort" la frontière sino-indienne à la limite du plateau tibétain», selon le Daily Mail.

Pour des raisons de coût, les entreprises du monde entier choisissent bien souvent de faire imprimer leurs cartes en Chine. Depuis que Pékin a instauré une règle selon laquelle les cartes et les globes terrestres fabriqués en Chine doivent montrer les frontières redéfinies par le gouvernement chinois, presque toutes les cartes exportées dans le monde montrent l’État indien de l’Arunachal Pradesh et la mer de Chine méridionale, comme faisant partie du territoire chinois. Ainsi, si vous achetez une carte aux États-Unis, en Suède, en Iran ou ailleurs, il y a de fortes chances que vous obteniez la version communiste chinoise.

 

Des cartes imprimées en Chine montrent la mer de Chine méridionale comme faisant entièrement partie du territoire chinois, même si le Vietnam, Taiwan, les Philippines et d'autres pays ont  fait valoir leurs revendications à ce sujet. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
Des cartes imprimées en Chine montrent la mer de Chine méridionale comme faisant entièrement partie du territoire chinois, même si le Vietnam, Taiwan, les Philippines et d’autres pays ont  fait valoir leurs revendications à ce sujet. (Image : wikimedia / CC0 1.0)
 

Google est aussi contraint de présenter les cartes selon les instructions de la Chine, bien que sa société ne soit pas présente sur le continent, mais seulement à Hong Kong et Macao ! Voilà à quel point la pression du Parti communiste est forte et omniprésente. Une pétition sur Change.org demande qu’il soit mis fin à la censure chinoise des cartes. Au moment de la rédaction de cet article, elle a recueilli plus de 11 000 signatures.

«C’est la "guerre des cartes" en Chine. Leur objectif est de changer progressivement la façon dont les Américains perçoivent le territoire légitime de la Chine. Des entreprises comme Oregon Scientific and Discovery Education vendent déjà aux États-Unis des globes terrestres fabriqués en Chine, qui enseignent aux enfants américains les fausses revendications territoriales de la Chine. Ne laissez pas la Chine réussir dans sa "guerre des cartes". Ne laissez pas la prochaine génération d’Américains se laisser duper par cette propagande», déclare la pétition.

Les éditeurs s'éloignent

Les entreprises qui font appel à la Chine pour l’impression de cartes s’en détournent de plus en plus et cherchent de nouvelles alternatives. C’est particulièrement le cas pour les éditeurs d’Australie et de Nouvelle-Zélande. L’année dernière, la société d’édition néo-zélandaise Awa Press, a dû retarder d’un mois la production d'un livre, car les cartes de l’Antarctique devaient être vérifiées par les autorités.

«Nous devrions réfléchir à la question de savoir si nous allons continuer à faire imprimer en Chine, ou non. Il y a de bons imprimeurs dans d’autres pays qui ne nécessitent pas ce mois de délai supplémentaire… Je suis désolée pour les imprimeurs chinois car je suis sûre qu’ils vont perdre du travail à cause de cela», a déclaré Mary Varnham, rédactrice en chef d’Awa Press, à Inkstone.

 

Les éditeurs se détournent des imprimeurs chinois qui génèrent du retard en vérifiant l'exactitude des cartes dans leurs livres. (Image : Capture d'écran / YouTube)
Les éditeurs se détournent des imprimeurs chinois qui génèrent du retard en vérifiant l’exactitude des cartes dans leurs livres. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

La règle selon laquelle toutes les cartes publiées en Chine doivent être approuvées par le Bureau d’État de la topographie et de la cartographie a été introduite en 2018. Les cartes qui ne répondent pas à ces critères sont modifiées avant d’être publiées et exportées. Les éditeurs qui refusent d’apporter les modifications requises se voient refuser l’autorisation de faire imprimer leurs ouvrages en Chine.


Traduit par Swanne Vi

Version en anglais : Now, China Is Changing World Maps