La stratégie de loups guerriers de Pékin mise à l’épreuve

Par Wong Kwan
Le 16/01/2021

Le Danemark abandonne dix ans de politique prudente vis-à-vis des autorités communistes

 

Xu Zhifeng, ancien membre du Conseil législatif de Hong Kong. (Image : Vision Times Photography / Li Ming)
Xu Zhifeng, ancien membre du Conseil législatif de Hong Kong. (Image : Vision Times Photography / Li Ming)
 

Fin novembre 2020, Xu Zhifeng, ancien membre du Conseil législatif de Hong Kong, a annoncé son exil, après une visite au Danemark. Le gouvernement de Hong Kong a aussitôt menacé de tenir pour responsable, le député danois du Parti des Verts Uffe Elbæk et la députée du Parti conservateur Katarina Ammitzbøll pour avoir aidé à l’évasion de Xu Zhifeng, et a émis un avis de recherche international. Cette attitude a immédiatement attiré les critiques du gouvernement et de l’opposition danois, qui avaient toujours été très prudents à l’égard de Pékin. Jeppe Kofod, le ministre des Affaires étrangères danois, a immédiatement exprimé son soutien à ces deux députés.

Un revirement notable pour le gouvernement danois

Selon des articles de la presse européenne, notamment du Figaro au mois de décembre 2020, le Danemark semble avoir rompu avec la politique prudente menée à l’égard de Pékin depuis plus de 10 ans. En plus des deux membres du parlement qui ont aidé à l’évasion de Xu Zhifeng, le parlement danois a adopté à l’unanimité, le 21 décembre dernier, une résolution qui remettait publiquement en cause les autorités de Pékin pour leurs violations des droits de l’homme à Hong Kong.

 

(Image : wikimedia / KlavsLundJensen at da.wikipedia / CC0)
Michael Aastrup Jensen a déclaré que le Danemark n’est pas le seul
pays à être en désaccord avec une version de la loi de sécurité nationale
à Hong Kong, imposée par la Chine. (Image : wikimedia / KlavsLundJensen at da.wikipedia / CC0)
 

En 2009, le Dalaï Lama s’était rendu à Copenhague et avait eu une réunion informelle avec le Premier ministre danois de l’époque, mais cette réunion avait été critiquée par les autorités communistes de Pékin. Le Danemark n’osant provoquer la colère de Pékin, avait par la suite reconnu la souveraineté de la Chine sur le Tibet et s’était opposé à l’indépendance du Tibet.

Aujourd’hui, cependant, le Danemark a durci sa position. Le porte-parole du Parti libéral, Michael Aastrup Jensen, a déclaré que le Danemark n’est pas le seul pays à être en désaccord avec une version de la loi de sécurité nationale à Hong Kong, imposée par la Chine. L’Australie, la Suède et le Canada ont tous exprimé leur désaccord avec cette version de la Loi sur la sécurité nationale rendue obligatoire à Hong Kong.

Le ministre danois des Affaires étrangères a également souligné qu’il n’accepterait jamais l’extradition de députés vers Hong Kong, car les députés sont libres de rencontrer toutes les personnes souhaitées, et le gouvernement danois défendra ce droit.

L’exil de Xu Zhifeng et de son assistant Chen Weixin

Après avoir été poursuivi politiquement par le gouvernement de Hong Kong pour son implication dans le mouvement de protestation, Xu Zhifeng s’est rendu en Europe, en réponse à l’invitation d’un député danois, alors qu’il avait été libéré sous caution. Il a ensuite annoncé son exil.

 

(Image : wikimedia / PrzemekJaczewski / CC BY-SA 4.0)
En 2009, après la visite du Dalaï Lama, le Danemark n’osant provoquer
la colère de Pékin, avait reconnu la souveraineté de la Chine sur le Tibet
et s’était opposé à l’indépendance du Tibet.
(Image : wikimedia / PrzemekJaczewski / CC BY-SA 4.0)
 

Après que Xu Zhifeng ait annoncé son exil, Anders Storgaard, l’ancien président du comité de la jeunesse du parti conservateur danois, a révélé sur les médias sociaux que Xu Zhifeng avait en fait pensé à quitter Hong Kong dès le mois de septembre dernier, et qu’il était fier du succès avec lequel Xu Zhifeng avait pu quitter Hong Kong. À la fin de l’année dernière, Uffe Elbæk avait également déclaré, par le biais des médias sociaux, qu’il ferait de son mieux pour assurer la sécurité personnelle de Xu Zhifeng.

Au cours des manifestations anti-Chine, Xu Zhifeng a toujours été au premier plan de la lutte, accompagné de son assistant Chen Weixin. Xu Zhifeng a été politiquement poursuivi par le gouvernement de Hong Kong et accusé de neuf chefs d’accusation. Après son exil à l’étranger, ses comptes personnels et familiaux ont été gelés.

Après l’exil de Xu Zhifeng, Chen Weixin a également été suivi de près et surveillé par des inconnus pendant une longue période. Chen Weixin s’est également engagé sur la route de l’exil en Grande-Bretagne parce qu’il craignait d’être emprisonné.

 

(Image : wikimedia / Magnus Fröderberg/norden.org / CC BY 2.5 DK)
Uffe Elbæk avait également déclaré, par le biais des médias sociaux,
qu’il ferait de son mieux pour assurer la sécurité personnelle de Xu Zhifeng.
(Image : wikimedia / Magnus Fröderberg/norden.org / CC BY 2.5 DK)
 

Avant de quitter Hong Kong, Chen Weixin a accepté une interview exclusive avec Apple Daily, racontant son amitié avec Xu Zhifeng et sa propre expérience sous la terreur blanche. À l’âge de 51 ans, dès l’incident du 4 juin 1989, il s’était rendu avec d’autres manifestants à l’agence de presse Xinhua de Hong Kong pour protester. Après cela, Chen Weixin a rejoint la Ligue unie de Hong Kong et le Parti civique. En 2014, il a participé au mouvement démocratique.

En 2015, il a fait la connaissance de Xu Zhifeng et ils sont plus tard devenus comme des frères. À cette époque, ils avaient campé dans un parc pendant 30 jours avec succès, dans le cadre d’une manifestation contre le gouvernement pour transformer ce parc temporaire de la rue Cadogan en un parc permanent. Après cela, il est devenu l’assistant bénévole de Xu Zhifeng auprès du membre du Congrès, jusqu’à ce que Xu Zhifeng déclare son exil à la fin de l’année dernière.

Cet évènement vient mettre fin à la stratégie des loups guerriers de Pékin vis-à-vis du Danemark. Ce dernier s’est clairement positionné pour le respect des droits de l’homme et contre la politique directive du Parti Communiste Chinois.


Traduit par Charlotte Clémence

Version en chinois : 非10年前的丹麦 北京战狼外交踢到铁板