50 millions de logements vides en Chine

Le 05/03/2019
Un rapport estime que près de 50 millions de logements, soit environ 22% du parc de logements urbains en Chine, sont vacants. (Image: Capture / YouTube)
Un rapport estime que près de 50 millions de logements, soit environ 22% du parc de logements urbains en Chine, sont vacants. (Image: Capture / YouTube)

 

Le fait que la Chine compte un grand nombre de maisons inoccupées est un secret de polichinelle dans les milieux commerciaux. Il s'agit parfois de nouvelles villes entières complètement désertes. Un rapport qui n'a pas encore été publié suggère que près de 50 millions de logements, soit environ 22% du parc de logements urbains en Chine, sont vacants. Le rapport est rédigé par Gan Li, professeur à l’Université des finances et de l’économie du sud-ouest de Chengdu.

 

Maisons vides


Les tentatives de Pékin pour freiner les activités spéculatives sur le marché immobilier ont été un échec total. Bien que le président Xi Jinping ait déclaré que «les maisons sont construites pour être habitées, pas par spéculation», les sociétés immobilières n'ont pas réduit leur portefeuille de bâtiments.

Selon les estimations, la propriété représente près de 70% des actifs détenus par une famille chinoise urbaine moyenne. Toute indication d'un ralentissement économique à long terme peut provoquer une vente généralisée provoquée par la panique des propriétaires d'immeubles. «Il n’y a pas d’autre pays ayant un taux de vacance aussi élevé (…) En cas d’apparition de fissures sur le marché immobilier, les maisons à vendre vont envahir la Chine comme une inondation», a déclaré Gan à Bloomberg.

Les chiffres des ventes de septembre étant plutôt mauvais, les promoteurs immobiliers ont commencé à réduire les prix des maisons neuves. Cela a contrarié certains propriétaires qui avaient organisé un fangnao, une manifestation contre les baisses de prix des promoteurs. Dans la province de Jiangxi, le promoteur immobilier Country Garden a offert aux nouveaux acheteurs une réduction de 30% sur les logements. En conséquence, les propriétaires actuels qui avaient payé la totalité du montant ont attaqué le bureau des ventes de la société.

«Essayez de ne pas acheter de maisons construites en 2018, car même si les promoteurs manquaient d’argent, il en allait de même pour les entrepreneurs… Le quatrième trimestre serait une période de pointe pour l’achèvement des projets résidentiels. Des problèmes qui étaient tapissés par la hausse des prix pourraient surgir dans cette période… nous devons donc nous attendre à une augmentation soudaine de fangnao dans les mois à venir», a déclaré Zhang Dawei, analyste en chef chez Centaline Property, à South China Morning Post.

 

Une bulle de marché imminente


Le marché immobilier chinois pourrait également souffrir de la guerre commerciale en cours entre les États-Unis et la Chine. Le conflit a refroidi les esprits des fabricants chinois qui craignent à très court terme une chute des exportations. Cela a alimenté les craintes d'un ralentissement économique.

En fait, la croissance officielle du PIB au troisième trimestre n'a été que de 6,5%, un niveau jamais vu depuis la grande récession de 2009. China International Capital Corporation, l'une des plus grandes banques d'investissement du pays, a averti que 2019 pourrait être une année de récession pour le marché immobilier chinois.

«L’an prochain, quatre voies d’ajustement des politiques sont envisageables: augmenter l’offre, réduire le ratio de mise de fonds, assouplir les restrictions excessives sur les taux d’intérêt hypothécaires et augmenter le montant des prêts hypothécaires. Les mesures visant à contrôler les prix du logement pourraient être maintenues, mais les mécanismes de tarification et la gestion du suivi des prix devraient être améliorés», a déclaré Caixin Global.

Un grand promoteur immobilier, Vanke, a également déclaré que la société devrait se concentrer sur la survie pour les trois prochaines années, le marché immobilier ayant atteint un tournant.