Press "Enter" to skip to content

Monde. Politique sur la vaccination obligatoire en Autriche : le nombre de personnes vaccinées a très peu augmenté

ACTUALITÉ > Monde

L’Autriche a décidé de rendre la vaccination contre la Covid-19 obligatoire, sous peine d’amende. Les données montrent cependant que le nombre de personnes vaccinées a très peu augmenté depuis l’adoption du décret.

L’Autriche est le premier pays de l’Union européenne à rendre obligatoire la vaccination contre la Covid-19, pour tous les adultes. La loi, introduite en novembre 2021, est entrée en vigueur le 5 février.

Cependant, alors que la loi a été proposée pour encourager les efforts de vaccination, il semble que l’effet soit inversé. Le plus grand journal d’Autriche, Kronen Zeitung, également connu sous le nom de Krone, a récemment fait état de données sur la vaccination obtenues du conseiller municipal pour la santé à Vienne.

Le rapport indique que, contrairement aux attentes, l’Autriche a connu une chute surprenante des taux de vaccination le lendemain de l’imposition des mandats, qui se confirme depuis.

Le Krone a également rapporté que si les Autrichiens se font toujours vacciner, la majorité des injections sont des rappels plutôt que des premières injections.

Selon la plateforme de publication en ligne Our World in Data, au 16 février, le pourcentage d’Autrichiens ayant reçu leur première injection depuis l’annonce du mandat est passé de 76,0% à 76,1%, soit 0,1%.

Amendes pour les non vaccinés : un résultat mitigé

La décision de mettre à l’amende les Autrichiens qui ne respectent pas le décret du gouvernement central a peut-être été motivée par le rapport entre le revenu des citoyens et l’acceptation des vaccins, car les Autrichiens ayant un revenu plus faible sont moins susceptibles d’accepter la vaccination.

Une étude publiée dans le National Institute for Biotechnology Information en juillet 2021 a révélé que les Autrichiens aux revenus plus élevés affichent des taux plus élevés d’acceptation du vaccin. Plus précisément, les Autrichiens ayant un revenu annuel supérieur à 31 000 € présentaient la plus forte prédisposition à l’acceptation du vaccin, tandis que ceux ayant un revenu annuel de 18 000 € ou moins étaient moins susceptibles de vouloir le vaccin.

Le décret reste néanmoins valable jusqu’en janvier 2024, et peut être promulgué jusqu’à quatre fois, ce qui fait que l’amende annuelle la plus élevée représente une petite fortune de 14 400 €.

Les seules exemptions offertes par la loi concernent les femmes enceintes, les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées pour des raisons de santé, et celles qui se sont remises d’une infection dans les 180 jours précédents.

Messages ambigus

Le 16 février, le gouvernement autrichien a annoncé qu’il prévoyait d’abandonner la plupart des restrictions liées à la pandémie d’ici le 5 mars, une décision qui semble étonnamment dissonante par rapport au récit dominant sur la vaccination obligatoire. La BBC a rapporté que la décision a été prise suite au constat que le variant Omicron n’a pas entraîné une hausse des infections dans les hôpitaux.

L’Autriche a dû faire face à la révolte des citoyens concernant les mandats Covid, interdisant récemment les manifestations des camionneurs du Convoi de la liberté prenant modèle sur le Freedom Convoy au Canada.

Bien que le mandat de vaccination du pays soit déjà en vigueur, les sanctions financières n’ont pas été appliquées et ne le seront pas avant au moins le 16 mars, une date limite qui donne au gouvernement le temps de se rétracter en cas de réaction négative des citoyens.

Dans d’autres régions, des projets concernant les amendes pour les personnes non vaccinées ont été annulés en raison de la réaction du public. Plus tôt dans l’année, la province canadienne du Québec a retiré son plan de taxation pour les citoyens non vaccinés après que l’idée se soit révélée impopulaire.

Le fait que les politiques de vaccination obligatoire de l’Autriche encouragent ou non les citoyens à se faire vacciner, et que le gouvernement choisisse ou non de maintenir les mandats en place, influencera la façon dont le pays continuera à gérer sa réponse à la pandémie.

Cependant, si les données présentées jusqu’à présent montrent une tendance significative, il semble que les Autrichiens non vaccinés ne soient pas prêts à bouger.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.