Press "Enter" to skip to content

Monde. Netflix envisage une répression du partage des mots de passe qui pourrait toucher 100 millions de foyers

ACTUALITÉ > Monde

Netflix, le géant de la vidéo en streaming, envisage une répression mondiale pour mettre fin au partage des mots de passe, qui concerne quelque 100 millions de foyers.

Aux États-Unis et au Canada, le nombre de foyers s’adonnant à cette pratique est estimé à environ 30 millions.

Dans une lettre trimestrielle aux actionnaires, Netflix a convenu que, dans le passé, la plateforme avait intentionnellement autorisé le partage de mot de passe hors des foyers parce que c’était un outil efficace pour attirer les utilisateurs et faire d’eux des abonnés payants.

En 2016, le cofondateur et co-PDG Reed Hastings a déclaré que l’entreprise « se portait bien » malgré le partage de mots de passe et a affirmé que l’entreprise n’avait pas l’intention de sévir contre cette pratique.

À l’époque, il avait déclaré : « Le partage de mot de passe est quelque chose avec lequel il faut apprendre à vivre, parce qu’il y a tellement de partage de mots de passe légitimes, comme vous le partagez avec votre conjoint, avec vos enfants … Donc il n’y a pas de ligne de démarcation nette, et nous nous en sortons bien tel quel. »

Cependant, la concurrence avec des services de streaming populaires comme Disney+ et Apple TV+ a fait baisser les bénéfices de l’entreprise, qui souhaite maintenant que les millions de personnes qui partagent les comptes en dehors des foyers soient contraints de payer.

Dans la lettre adressée à ses actionnaires, Netflix écrit : « Notre taux de pénétration des ménages relativement élevé, si l’on tient compte du grand nombre de ménages partageant des comptes, combiné à la concurrence, crée des vents contraires pour la croissance des revenus ». « le partage de comptes en tant que pourcentage de nos membres payants n’a pas beaucoup changé au fil des ans, mais, associé au premier facteur, cela signifie qu’il est plus difficile d’augmenter le nombre de membres sur de nombreux marchés, un problème qui a été occulté par la propagation du Covid. »

Ces commentaires ont été faits après que Netflix ait déclaré avoir perdu des abonnés payants pour la première fois en plus de 10 ans. Quelque 200 000 abonnés payants ont quitté le service au cours du seul premier trimestre de 2022 et la société prévoit qu’elle perdra encore 2 millions d’abonnés supplémentaires au cours du deuxième trimestre.

Actuellement, l’entreprise affirme avoir 222 millions d’abonnés payants dans le monde, un chiffre qu’elle attribue à un boom des abonnés pendant la pandémie de Covid-19

La situation en Amérique Latine

La société teste différentes solutions à son dilemme de partage de mots de passe au Chili, au Costa Rica et au Pérou. Lors d’une récente conférence téléphonique sur les résultats, les dirigeants ont déclaré qu’elle pourrait étendre le modèle qu’elle a mis en place dans ces pays pour faire payer les comptes qui partagent des mots de passe hors de leur domicile.

Même si la plateforme n’a pas encore annoncé de stratégie mondiale, elle a laissé entendre que les changements pourraient intervenir dès 2023.

L’action Netflix s’effondre

Le 20 avril, après l’annonce que la société avait perdu des abonnés pour la première fois en dix ans, l’action Netflix a chuté de 36,46 %.

Ce plongeon a fait perdre 50 milliards de dollars de capitalisation boursière pour la société et a contribué de manière significative à une chute de plus de 40 % de la valeur de l’action de la société depuis le début de l’année.

La société, considérée autrefois comme l’avenir de l’industrie du divertissement, exprime désormais des inquiétudes quant à sa croissance future.

Michael Nathanson, analyste des médias chez Moffet Nathanson, a déclaré au site CNN Business : « Ce qui fonctionnait jusqu’à présent ne fonctionne peut-être plus. Le monde a changé. »

Bien qu’une perte de 200 000 abonnés sur une base de 222 millions d’abonnés semble insignifiante, elle a pris les investisseurs par surprise. La plateforme avait plutôt prévu d’ajouter 2,5 millions de nouveaux utilisateurs à la plateforme au cours des trois premiers mois de 2022.

L’entreprise a pointé du doigt de nombreux concurrents qu’elle juge responsables de la baisse du nombre d’abonnés. Elle pense aussi que l’invasion de l’Ukraine par la Russie est à l’origine de ses piètres performances.

À la suite de l’« opération militaire spéciale » menée par la Russie en Ukraine, Netflix a retiré son service de Russie, ce qui a entraîné une perte d’environ 700 000 abonnés.

La société blâme également d’autres facteurs mondiaux qui impactent la société, notamment « une croissance économique léthargique, une inflation croissante … et les perturbations continues dues à la pandémie de Covid-19 ».

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.