Press "Enter" to skip to content

Monde. 26 millions d’habitants confinés à Shanghai : les mesures les plus strictes depuis le début de la pandémie

ACTUALITÉ > Monde

Dans le but de contrôler l’épidémie croissante de Covid-19 à Shanghai, les autorités sanitaires chinoises ont décrété le confinement le plus strict depuis le début de la pandémie à Wuhan, il y a un peu plus de deux ans.

Le centre financier de Shanghai, qui compte plus de 26 millions d’habitants, fait l’objet d’un confinement en deux temps, alors que de plus en plus de questions se posent quant au bilan financier et économique des mesures nationales strictes de « zéro Covid ».

Auparavant, Shanghai avait géré l’épidémie de moindre ampleur en procédant à des confinements limités des complexes d’habitation et des lieux de travail où le virus était censé se propager.

C’est la première fois que les autorités décident de confiner l’ensemble de la ville

Ce confinement s’opérera en deux phases, selon les autorités. Le quartier financier de Pudong et les zones voisines seront fermés du 28 mars au 1er avril afin de permettre aux professionnels de la santé d’effectuer deux séries de tests de masse, a indiqué le gouvernement local dans un avis publié le 27 mars.

Dans la deuxième phase du confinement, le vaste centre-ville situé à l’ouest de la rivière Huangpu qui divise la ville, sera lui aussi confiné pendant cinq jours, du 1er au 5 avril.

Les habitants ne seront pas autorisés à quitter leur résidence et ont été informés que de la nourriture et des produits de première nécessité leur seraient livrés à domicile. Les commerces et les entreprises non essentiels ont reçu l’ordre de fermer jusqu’à nouvel ordre et tous les transports publics seront suspendus.

Les rayons des supermarchés vides en raison des achats de panique

Dans le cadre de la réglementation Covid adoptée par le régime chinois, les autorités locales de tout le pays ont appliqué de manière stricte des ordres qui comprenaient la désinfection exagérée, des fermetures draconiennes, des tests de masse et des restrictions de voyage.

26 millions d’habitants confinés à Shanghai : les mesures les plus strictes depuis le début de la pandémie
Les habitants ne sont pas autorisés à quitter leur résidence et ont été informés que de la nourriture et des produits de première nécessité leur seraient livrés à domicile. Les commerces et les entreprises non essentiels ont reçu l’ordre de fermer jusqu’à nouvel ordre et tous les transports publics seront suspendus. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Dans certains cas, ces mesures draconiennes ont donné lieu à des violences et à des tragédies, les habitants étant arrêtés ou même battus par les autorités s’ils ne respectent pas la quarantaine. Les confinements prolongés et la diminution rapide des réserves de nourriture et de produits essentiels ont poussé certaines personnes à bout.

Des achats de panique ont également été signalés au cours du week-end, des résidents terrifiés ayant vidé les rayons des supermarchés de toute nourriture, boisson et articles ménagers. Le 28 mars, des barrières supplémentaires ont été érigées dans les quartiers, et des travailleurs en combinaison de protection contre les produits dangereux ont contrôlé les résidents aux points de contrôle de sécurité.

« Tout a été vendu dans notre magasin. Les aliments surgelés, les légumes, les nouilles instantanées… ont tous disparu, même les chips, les œufs et la viande », a déclaré à The Epoch Times le propriétaire d’un magasin du nouveau district de Pudong.

Pas de fin en vue

De nombreuses communautés de Shanghai ont déjà été fermées la semaine dernière, et leurs complexes d’habitation ont été bloqués par des barrières en plastique. Les résidents sont soumis à différents tests de dépistage de Covid-19. Le parc à thème Disneyland de Shanghai fait partie des entreprises qui ont fermé plus tôt et le constructeur d’automobiles électriques Tesla a également suspendu la production dans son usine de Shanghai, selon un rapport de CNN.

Le 27 mars, 3 500 nouveaux cas d’infection ont été détectés à Shanghai. Tous, hormis une cinquantaine, étaient des personnes testées positives au virus mais ne présentant aucun symptôme. Bien que les personnes asymptomatiques puissent encore infecter d’autres personnes, la Chine classe ces cas différemment des « cas confirmés », ce qui donne des chiffres beaucoup plus bas dans les rapports quotidiens.

À l’échelle nationale, 1 219 nouveaux cas confirmés d’infection ont été détectés au cours du week-end dernier, dont plus de 1 000 dans la province de Jilin (nord-est), ainsi que 4 996 cas asymptomatiques, a indiqué la Commission nationale de la santé de Chine le 28 mars.

Deux décès ont été signalés le 20 mars à Jilin. Avant cela, le bilan officiel de la Chine continentale s’élevait à 4 636 décès pour une année. Sous l’effet du variant Omicron, plus contagieux, les autorités chinoises ont signalé plus de 56 000 cas confirmés dans tout le pays ce mois-ci, dont la plupart à Jilin.

La province, qui compte environ 24 millions d’habitants, a fait l’objet d’un confinement le 13 mars. C’est la première fois que la Chine impose des restrictions à une province entière depuis le confinement de trois semaines de la ville de Xi’an, à la fin du mois de décembre de l’année dernière.

Cette vidéo publiée sur les médias sociaux montre une scène chaotique se déroulant à Qingdao, dans le Shandong, où des agents de prévention de la pandémie frappent violemment des personnes dans les rues.(Source : via Twitter)

Pendant ce temps, les habitants de Xi’an ont déclaré s’être barricadés à l’intérieur de leurs maisons et les services essentiels tels que l’approvisionnement en produits alimentaires et l’accès aux services médicaux ont été complètement interrompus. Des messages sur les médias sociaux ont montré des habitants désespérés souffrant de la faim, et certains ont même échangé des articles tels que des iPhones et des appareils électroniques contre de la nourriture et des fournitures.

Le nombre de cas de coronavirus et de décès signalés par les autorités chinoises depuis le début de la pandémie fin 2019 est considéré comme une infime partie des chiffres réels, Pékin admettant un peu plus de 100 000 cas au total avant la flambée actuelle.

La Corée du Sud voisine, un pays d’environ 51 millions d’habitants, compte plus de 12 millions de tests PCR positifs au 29 mars, malgré des mesures strictes pour contrôler le virus. Le pays a signalé 15 000 décès liés à la Covid-19.

La population de la Chine s’élève à 1,4 milliard d’habitants, soit près de 28 fois celle de la Corée du Sud.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.