Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Monde. Les microplastiques identifiés comme un facteur possible de baisse de la fertilité dans le monde

ACTUALITÉ > Monde

De nouvelles recherches suggèrent que les microplastiques pourraient jouer un rôle dans la baisse de la fertilité observée dans presque tous les coins du monde.

Selon une étude publiée dans Toxicological Sciences le 15 mai, douze types différents de microplastiques ont été identifiés dans des échantillons de testicules d’humains et de canidés.

L’étude était limitée, puisqu’elle n’a porté que sur des échantillons provenant de 47 chiens et de 23 hommes. Cependant, des microplastiques ont été trouvés dans chaque échantillon.

Selon les chercheurs, le type de polymère le plus courant était le polyéthylène (PE) et le deuxième le polychlorure de vinyle (PCV).

« Le PE est couramment utilisé dans les emballages, les systèmes d’approvisionnement en eau et les films agricoles. Le PVC est également très courant, utilisé dans la construction, l’équipement médical, l’emballage et l’isolation pour l’électronique », a indiqué Medical News Today.

Tracey Woodruff, professeur et directrice de l’Environmental Research and Translation for Health (EaRTH) à l’Université de Californie, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré à Medical News Today : « Cette étude évalue les types de plastique trouvés dans les testicules, et il n’est pas surprenant que le PE soit le plus courant, parce que le PE est le plastique le plus couramment produit, il est utilisé dans les sacs en plastique, les bouteilles, les récipients alimentaires, les films pour moquette, etc », ajoutant : « En résumé, il y a de fortes chances pour qu’une partie de ce plastique se retrouve dans notre corps et celui de nos animaux de compagnie. En ce qui concerne les effets sur la santé, cela ajoute des preuves supplémentaires à nos travaux montrant que les MP (microplastiques) sont soupçonnés d’avoir des effets néfastes sur le système reproducteur masculin. »

L’influence des microplastiques sur la fertilité

Toutefois, on ne sait pas exactement quel type d’effet les microplastiques ont sur la fertilité masculine.

Les chercheurs ont constaté que certains types de microplastiques étaient associés à une diminution du nombre de spermatozoïdes et du poids des testicules. L’étude indique que ces résultats ont atteint un niveau de « représentativité statistique ».

Toutefois, un type de microplastique a été associé à une augmentation du nombre de spermatozoïdes et deux autres à une augmentation du poids des testicules. Les chercheurs ont toutefois déterminé que ces résultats n’étaient pas statistiquement significatifs.

Le docteur James Kashanian, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré à Medical News Today que l’étude actuelle met en évidence la façon dont les facteurs environnementaux d’origine humaine peuvent avoir un impact sur la santé reproductive des hommes.

« Des niveaux plus élevés de ces microplastiques peuvent potentiellement avoir des effets délétères sur la fonction testiculaire, c’est-à-dire la production de testostérone et de spermatozoïdes. Malheureusement, de nombreux facteurs environnementaux, comme ceux étudiés dans cet article, s’accumulent au fil des décennies et ne sont pas facilement réversibles », a déclaré James Kashanian.

Bien qu’alarmants, les résultats sont loin d’être concluants, car l’étude comporte un certain nombre de limites.

Tout d’abord, elle a examiné un petit nombre d’échantillons, des échantillons provenant d’une seule région des États-Unis et, deuxièmement, des échantillons datant de 2016, un facteur qui aurait pu influer sur les résultats.

« Les chercheurs reconnaissent également que les humains dont les échantillons proviennent n’ont généralement pas connu de décès naturel, de sorte que les experts ne peuvent pas élargir les résultats à une population entière », a noté Medical News Today.

Les chercheurs ont également conclu que les résultats ne permettaient pas d’établir un lien de causalité.

Ils ont noté que leurs recherches « soulignent la nécessité de déterminer les effets dose-réponse de ces microplastiques et de mener des études mécanistes sur le système reproducteur ».

Le taux de fécondité en baisse dans le monde

Selon une étude publiée dans The Lancet le 20 mars dernier, les gouvernements du monde entier doivent se préparer à des changements massifs au cours des prochaines décennies, en raison de l’évolution des schémas démographiques mondiaux.

L’étude conclut que d’ici 2050, les habitants de 155 des 204 pays et territoires étudiés auront moins de bébés qu’il n’en faudrait pour maintenir une population stable.

« Ces tendances futures en matière de taux de fécondité et de naissances vivantes reconfigureront complètement l’économie mondiale et l’équilibre international des pouvoirs et nécessiteront une réorganisation des sociétés », a déclaré à Science Alert, Natalia Bhattacharjee, statisticienne de la population à l’Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) aux États-Unis.

L’étude souligne que dans les années 1950, il y avait un peu moins de cinq enfants nés pour chaque femme sur la planète, un chiffre qui a chuté à un peu plus de deux enfants pour chaque femme en 2021.

L’étude souligne également que les résultats ne sont pas entièrement négatifs.

« À bien des égards, la chute des taux de fécondité est une réussite, car elle reflète non seulement une contraception plus efficace et plus facilement accessible, mais aussi le fait que de nombreuses femmes choisissent de retarder la naissance de leurs enfants ou d’en avoir moins, ainsi que les possibilités accrues en matière d’éducation et d’emploi », a déclaré à Science Alert, Stein Emil Vollset, membre de l’équipe chargé des prévisions pour les futurs scénarios de santé.

Les chercheurs estiment que si ces tendances se poursuivent, le nombre d’habitants de la planète culminera à environ 9,7 milliards en 2064, avant de retomber à 8,8 milliards d’ici la fin du siècle.

Aux États-Unis, la baisse des taux de fécondité n’est pas imputée à des facteurs sanitaires ou environnementaux, mais plutôt à des questions sociales et économiques.

Scott Galloway, professeur à la Stern School of Business de l’université de New York, a déclaré dans une interview à Fortune que « pour la première fois dans l’histoire de notre pays, un homme ou une femme de 30 ans ne s’en sort pas aussi bien que ses parents à 30 ans. C’est le pacte social qui s’effondre. Les milléniaux et les membres de la génération Z sont confrontés à des taux d’intérêt hypothécaires très élevés, à la flambée des prix de l’immobilier et à l’inflation, ce qui ralentit certaines étapes traditionnelles ou historiques, comme le fait d’avoir un enfant. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaborateur Jo Ann

Source : Microplastics Identified as Possible Factor Driving Down Fertility Rates Around the Globe

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.