Press "Enter" to skip to content

Monde. Les Pays-Bas prévoient la fermeture de trois mille exploitations agricoles pour se conformer aux règles de l’UE en matière d’environnement

ACTUALITÉ > Monde

L’une des plus grandes sources de rancœur à l’origine des manifestations des agriculteurs néerlandais de cet été, va au-delà de l’ordonnance relativement mineure selon laquelle les exploitations agricoles ne peuvent plus utiliser d’engrais azotés afin que le gouvernement puisse se conformer aux objectifs de développement durable de l’Agenda 2030 des Nations unies. Elle trouve son origine dans les rumeurs selon lesquelles le gouvernement a prévu la fermeture de trois mille exploitations agricoles sous prétexte de se conformer aux règles de l’UE en matière d’environnement.

Bien que ces rumeurs aient souvent été tournées en dérision comme une simple théorie du complot, des rapports récents montrent qu’il s'agissait là encore d’un fait avéré.

La fermeture de 3 000 exploitations agricoles

Le 28 novembre, un reportage de The Telegraph indiquait clairement que le gouvernement néerlandais « prévoit d’acheter et de fermer jusqu’à 3 000 fermes situées à proximité de zones écologiquement sensibles afin de se conformer aux règles de l’UE en matière de préservation de la nature ».

Les auteurs assimilent les exploitations agricoles à « d’autres grandes entreprises polluantes », tout en affirmant que le régime paierait « bien au dessus » de la valeur marchande de l’exploitation, dans le cadre d’un jeu de pouvoir qui n’est guère plus qu’une manifestation moderne du principe marxiste de redistribution des richesses.

Alors que The Telegraph a continué de fustiger l’industrie agricole en tant que pollueurs pécheurs, il a également servi à illustrer le niveau d’extrémisme inhérent aux notions modernes d’activisme climatique.

Toute nouvelle activité émettant de l’azote doit obtenir un permis

« En 2019, une décision du Conseil d’État néerlandais signifiait que toute nouvelle activité émettant de l’azote, y compris l’agriculture et la construction, devait obtenir un permis. »

« Cela a empêché l’expansion des fermes laitières, porcines et avicoles, qui sont des sources importantes d’azote provenant de l’ammoniac contenu dans le fumier mélangé à l’urine. Cela peut être nocif pour la nature lorsqu’il est rejeté dans les rivières et la mer », ont-ils affirmé.

Pourtant, l’xpression « bien au-dessus » ne fait pas référence à des multiples de la valeur de la ferme, mais simplement à un chiffre aussi bas que 120 % du taux du marché, a déclaré The Telegraph en se fondant sur « des versions antérieures du plan ayant fait l’objet de fuites ».

L’article précise que si, dans un premier temps, l’offre se fera sur une base volontaire, ce qui signifie que les exploitations qui souhaitent mettre la clé sous la porte pourront simplement recevoir leur chèque du gouvernement, les agriculteurs se voient offrir autant de « choix » que les non-vaccinés en ont eus pendant l’hystérie de la pandémie de Covid-19.

« Les ministres décideront si suffisamment d'exploitations se sont présentées volontairement pour fermer à l’automne », indique l’article, alors que dans le même temps, pour les agriculteurs qui choisissent de poursuivre leur mode de vie générationnel, le régime néerlandais « envisage également de taxer éventuellement les émissions d’azote pour encourager des pratiques plus durables. »

Un autre point de discorde lors des manifestations estivales des agriculteurs était l’allégation selon laquelle le gouvernement avait l’intention de saisir et de confisquer les terres agricoles afin de construire de nouveaux logements.

Cela semble également être un fait, car The Telegraph a cité le président d’une « fédération d'employeurs » qui a déclaré que le plan de confiscation est « le seul moyen de créer enfin des opportunités pour la construction de logements, la construction de nouvelles infrastructures et pour des projets visant à rendre les Pays-Bas plus durables dans les plus brefs délais. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Netherlands to Confiscate 3,000 Farms Under Guise of Saving the Environment

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.