Press "Enter" to skip to content

Monde. Japon : exportation d’armes biologiques

ACTUALITÉ > Monde

 

Trois représentants d’entreprises ont été arrêtés au Japon pour avoir exporté des équipements d’armes biologiques. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Le gouvernement japonais a arrêté trois représentants d’une entreprise qu’il soupçonne d’exporter illégalement vers la Chine des équipements susceptibles d’être utilisés dans la fabrication d’armes biologiques.

Selon les réglementations, de telles exportations ne peuvent être effectuées qu’après avoir obtenu l’approbation des autorités commerciales.

Exportation d’équipements d’armes biologiques

Parmi les personnes arrêtées se trouvent le président de la société Masaaki Okawara, âgé de 70 ans, le conseiller de la société Shizuo Aishima, âgé de 71 ans, et Junji Shimada, l’un des directeurs de la société, âgé de 69 ans. Ils appartiennent à la société Ohkawa Kakohki, le plus grand fabricant de séchoirs à pulvérisation basé à Yokohama au Japon.

« D’après la police, ils sont soupçonnés d’avoir exporté, le 2 juin 2016, un séchoir à pulvérisation, sachant que son expédition à l’étranger était resreinte en vertu de la loi japonaise... Ils ont falsifié les fonctions du séchoir pour éviter les restrictions, bien que l’expédition nécessitait l’approbation préalable du ministère de l’économie, du commerce et de l’industrie », selon le quotidien japonais Le Mainichi Shinbun.

Shinzo Abe a promis une enveloppe financière pour soutenir le pays pendant l’épidémie de coronavirus. (Image : CJCS / flickr / CC BY 2.0)
Shinzo Abe a promis une enveloppe financière pour soutenir le pays pendant l’épidémie de coronavirus. (Image : CJCS / flickr / CC BY 2.0)
 

Les séchoirs à pulvérisation sont généralement utilisés dans la production alimentaire et l’industrie médicale. Ils sont capables d’atomiser des liquides en brouillards, puis de les transformer en poudre. L’entreprise a été fondée en 1980 et exporte ses produits dans le monde entier. Le Bureau de la sécurité publique de Tokyo pense que la société a pu être impliquée dans des opérations d’exportation similaires et douteuses dans le passé. Les trois personnes arrêtées ont nié les accusations et l’entreprise s’est abstenue de tout commentaire.

Ces arrestations surviennent à un moment où le Japon, comme beaucoup d’autres pays dans le monde, est secoué par l’épidémie du virus du PCC (Parti communiste chinois). De ce fait, toute nouvelle concernant l’équipement en armes biologiques ne manquera pas d’attirer l’attention. Au 6 avril, le Japon a signalé plus de 3 600 cas d’infection et 85 décès. Le Premier ministre Shinzo Abe a promis une enveloppe financière pour aider le pays à traverser cette période difficile.

« Nous sommes dans une phase critique. Nous devons être prêts pour une bataille à long terme... La pandémie inflige des dommages extrêmement importants à l’économie japonaise... Nous allons déployer une énorme enveloppe financière qui comprendra une gamme complète de mesures fiscales, monétaires et de taxations », a-t-il déclaré, selon un rapport de Business Standard.

Armes biologiques mortelles

L’une des armes biologiques les plus connues serait l’anthrax. En 2001, des enveloppes contaminées à l’anthrax ont été envoyées dans tous les États-Unis. Heureusement, les dégâts ont été minimes, avec 20 infections et 5 décès. Cependant, il a été classé par le CDC (Centers for Disease Control) comme agent de catégorie A, étant donné le danger qu’il constitue.

La maladie du virus Ebola est réputée pour son taux élevé de létalité. Elle « aurait été créée comme arme biologique par l’Union soviétique entre 1986 et 1990, mais aucune preuve de son utilisation n’a été trouvée. Ce pays a également été en mesure de produire en masse la variante U du virus de Marburg, appelée virus jumeau d’Ebola. Les scientifiques soviétiques ont préféré le terme Marburg à celui de Coxiella burnetii (fièvre Q), car Marburg a un taux de mortalité élevé pouvant atteindre 90 % », selon Mega Interesting.

L’Union soviétique a cherché à faire d’Ebola une arme militaire dans les années 80. (Image : pixabay / CC0 1.0)
L’Union soviétique a cherché à faire d’Ebola une arme militaire dans les années 80. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

La peste est probablement l’arme biologique la plus courante utilisée dans l’histoire de l’Humanité. Elle est causée par le bacille Yersinia pestis. L’homme l’a utilisée durant les périodes de guerre, depuis le 14ème siècle. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Japonais utilisaient des ballons porteurs de puces infectées pour les lancer dans les régions avoisinantes de la Chine et de la Mandchourie. Dans les années 1980, les scientifiques soviétiques ont également produit de grandes quantités de ces organismes, les modifiant pour les rendre résistants aux antibiotiques.

Rédacteur Camille A.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.