Press "Enter" to skip to content

Monde. Le gouvernement américain va exempter plus de 350 produits importés de Chine des droits de douane punitifs

ACTUALITÉ > Monde

L’administration Biden a annoncé le 23 mars qu’elle avait pris des mesures pour renouveler les exemptions tarifaires pour plus de 350 catégories de produits importés de Chine.

Ce chiffre représente environ deux tiers des exclusions tarifaires de la « Section 301 » imposées par l’administration Trump, et qui avaient expiré au 31 décembre 2020.

Ces exemptions seront appliquées jusqu’à la fin de l’année 2022. La nouvelle fait suite à la conclusion d’une période de commentaires publics que le bureau du représentant américain au commerce (USTR) avait annoncée le 12 octobre 2021.

Les exemptions couvriront un large éventail de produits importés de Chine, d’une valeur estimée initialement à 370 milliards de dollars que l’administration Trump a frappés de taxes allant de 7,5 % à 25 %.

« Le point central de l’évaluation sera de savoir si, malgré la première imposition de ces droits supplémentaires en septembre 2018, le produit particulier reste disponible uniquement en Chine », avait alors déclaré la représentante américaine au commerce, Katherine Tai.

En octobre dernier, Katherine Tai a lancé un examen pour savoir s’il fallait rétablir ces 549 exclusions dans le cadre de sa stratégie visant à confronter la Chine sur ses pratiques commerciales. Pendant cette période, les entreprises américaines ont également été invitées à indiquer si les marchandises concernées pouvaient provenir d’autres pays que la Chine.

Le gouvernement américain va exempter plus de 350 produits importés de Chine des droits de douane punitifs
Katherine Tai, la représentante américaine au commerce, et Valdis Dombrovskis le vice-président exécutif et commissaire en charge du commerce de l’Union européenne, à Bruxelles en 2021. (Image : wikimedia / Office of U.S. Trade Representative / Domaine public)

352 des 549 marchandises exemptées

La liste des droits de douane publiée par l’USTR, qui s’applique à 352 des 549 produits chinois soumis à examen, comprend des composants industriels tels que des pompes et des moteurs électriques, certaines pièces automobiles ainsi que des produits chimiques, des sacs à dos, des bicyclettes, des aspirateurs et d’autres biens de consommation.

Shu Jueting, porte-parole du ministère chinois du Commerce, a déclaré le 24 mars que la décision américaine était bénéfique pour la « normalisation du flux commercial pour ces produits », et a espéré que les relations commerciales bilatérales reprennent une voie normale après les turbulences depuis la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine qui a débuté en 2018.

« Au milieu des pics d’inflation et des défis à la reprise économique mondiale, nous espérons que les États-Unis pourraient supprimer tous les droits de douane sur les produits chinois dès que possible pour les intérêts fondamentaux des consommateurs et des producteurs en Chine et aux États-Unis », a déclaré Shu Jueting aux journalistes, selon Reuters.

Dans un communiqué publié le 23 mars, l’USTR a déclaré que la nouvelle évaluation des droits de douane avait été faite « après un examen attentif des commentaires publics et en consultation avec d’autres agences américaines ».

L’USTR a également indiqué qu’il avait demandé l’avis de l’équipe de « Réponse au Coronavirus » de la Maison Blanche, suggérant des efforts de l’administration pour minimiser l’impact du conflit commercial sur les chaînes d’approvisionnement et les opérations liées à la réponse à la pandémie.

David Adelman, le directeur général de Krane Shares, une société de gestion d’actifs ayant des liens étroits avec la Chine, a déclaré au South China Morning Post que la réintégration était « la preuve évidente que la Chine est essentielle aux chaînes d’approvisionnement mondiales qui profitent aux entreprises et aux consommateurs américains. » Cela est dû au fait que de nombreux produits ne sont pas facilement disponibles auprès de sources non chinoises.

Un avenir incertain

Plus de 2 200 exclusions tarifaires ont d’abord été accordées par l’administration Trump dans le but de soulager certaines industries et certains détaillants, en particulier pour l’acier et l’aluminium. La Chine est le plus grand consommateur et producteur d’acier et d’aluminium au monde, représentant plus de la moitié de l’ensemble des marchés mondiaux.

En réponse aux tarifs douaniers promulgués par l’administration Trump, le gouvernement chinois a riposté avec ses propres tarifs douaniers sur les importations américaines, couvrant un peu plus de 58 % et ayant un impact sur 75 milliards de dollars de biens américains.

Depuis lors, Washington et Pékin ont signé un accord commercial de première phase en janvier 2020, dans lequel la Chine s’est engagée à acheter pour 200 milliards de dollars supplémentaires de biens et de services au cours des deux prochaines années.

Cependant, un rapport publié par le Peterson Institute for International Economics (PIIE) en février a estimé que la Chine n’a acheté que 57 % des exportations américaines qu’elle s’était engagée à acheter dans le cadre de l’accord. Le total des achats n’était « même pas suffisant pour atteindre ses niveaux d’importation d’avant la guerre commerciale », selon les conclusions du rapport.

Alors que l’administration Biden a présenté le processus d’exclusion comme un moyen de maintenir son différend commercial avec Pékin aussi favorable que possible, certains analystes ont déclaré que la portée des dérogations restait trop étroite.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.