Press "Enter" to skip to content

Monde. Le FBI investit 27 millions de dollars dans une technologie de surveillance des médias sociaux

ACTUALITÉ > Monde

Le FBI a signé un contrat de 27 millions de dollars pour l’achat de licences pour Babel X, un outil de surveillance d’un courtier en données basé en Virginie, afin de « recueillir des informations » sur les utilisateurs de médias sociaux sur plusieurs plateformes.

L’agence affirme toutefois qu’elle ne recueille que les données déjà connues du public et qu’elle ne dépassera pas les barrières de sécurité protégées par des mots de passe. Ses détracteurs craignent néanmoins que l’outil ne devienne une nouvelle étape de l’ingérence du gouvernement et de l’atteinte à la vie privée.

Le FBI a lancé un appel d’offres précisant qu’il recherchait des fournisseurs capables de fournir un outil capable de récolter des données à partir d’un large éventail de plateformes en plusieurs langues, selon un rapport de Fed Scoop du 5 avril.

Idéalement, « l’outil doit être capable de recueillir des informations à partir des sources de données obligatoires en ligne et sur les médias sociaux suivantes : Twitter, Facebook, Instagram, YouTube, LinkedIn, Deep/Dark Web, VK et Telegram », indiquent les documents d’acquisition.

Entre-temps, le FBI a demandé un accès supplémentaire à d’autres médias sociaux moins courants et à « d’autres plateformes analogues, ainsi qu’à d’autres plateformes de messagerie cryptées », comme Snapchat, TikTok, Reddit, 8Kun, Gab, Parler, ask.FM, Weibo et Discord.

Une vieille connaissance

Le PDG de Babel Street, Jeffrey Chapman, qui selon le site Reclaim The Net (RTN), est un ancien agent du Département du Trésor et des services de renseignement, a décroché le contrat pour l’outil Babel X à un prix global de 5 400 dollars par licence.

Selon RTN, Babel X n’est pas le seul outil de Babel Street. En 2020, la société a vendu au département de la Sécurité intérieure, au ministère de la Défense, et aux services secrets, un outil d’exploration de données appelé Locate X.

Le média a déclaré que Locate X visait les applications téléphoniques populaires qui utilisaient des facultés de cartographie et de publicité ciblée pour des techniques de surveillance draconienne basées sur le protocole de clôture numérique pour collecter des données de localisation en temps réel de manière anonyme auprès d’un grand nombre de consommateurs.

« C’est à la fois, par an, le plus gros que je connaisse en termes d’obligation, et c’est aussi le fait que c’est un contrat de cinq ans », a déclaré Jack Poulson de Tech Inquiry, un groupe de défense de la recherche, au Washington Post. « Donc, si vous combinez ces deux éléments, c’est le plus gros contrat de Babel Street dont j’ai connaissance ».

La mainmise du gouvernement

De nombreux influenceurs craignent que l’accord ne soit une nouvelle tentative du gouvernement pour renforcer son emprise sur la population tout en considérant chaque citoyen comme un potentiel terroriste pour le pays.

Cependant, le FBI a réfuté ces allégations. Lorsque FedScoop, une plateforme en ligne, a demandé un commentaire, l’agence a répondu : « Le FBI utilise les outils des médias sociaux pour rechercher des informations accessibles au public et pertinentes pour les enquêtes prévues afin d’identifier et de répondre aux menaces de violence, aux actes de terrorisme et aux violations fédérales potentielles dans le cadre de la mission du FBI ».

Pour d’autres observateurs, tels que Greg Nojeim, conseiller principal et codirecteur du projet de sécurité et de surveillance du Center for Democracy and Technology, cet achat représente une menace potentielle pour la sécurité publique.

« Cinq mille licences pour la surveillance des médias sociaux en temps réel signifient que des milliers d’agents du FBI vont rechercher des mots-clés et des sujets en permanence avec une surveillance des médias sociaux ciblant au moins huit langues », a-t-il déclaré au Washington Post.

« Le risque de mauvaise interprétation est élevé », a-t-il ajouté. « Tout comme le risque qu’un agent du FBI ayant mal interprété ce que vous avez dit sur les médias sociaux vienne frapper à votre porte ».

« Il s’avère que les personnes considérées comme paranoïaques parce qu’elles pensaient que Big Brother surveillait tout ce qu’elles disaient sur les médias sociaux n’étaient pas paranoïaques après tout », a-t-il ajouté.

« Le gouvernement veut également être en mesure de prédire l’avenir sur la base des messages publiés sur les médias sociaux - non seulement c’est impossible, mais selon toute vraisemblance, cela risque de renforcer les préjugés et les préjudices à l’encontre des mêmes personnes que le gouvernement a historiquement étiquetées comme suspectes, y compris les dirigeants de mouvements, les immigrants et les membres de minorités religieuses et ethniques », a indiqué Greg Nojeim.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.