Press "Enter" to skip to content

Monde. États-Unis : plus d’un million d’enfants ne se présentent pas à l’école publique cette année

ACTUALITÉ > Monde

Selon un nouveau rapport, cette année, aux Etats-Unis, plus d’un million d’écoliers ne se sont pas présentés comme prévu aux programmes d’enseignement de l'école publique. Les élèves de maternelle seraient les plus concernés.

Une analyse publiée par le New York Times, en collaboration avec l’université de Stanford a examiné les données gouvernementales de 70 000 écoles publiques dans 33 États, révélant que plus de 340 000 enfants de maternelle ne se sont pas présentés à l’appel.

Les chercheurs ont constaté qu’au moins 10 000 de ces écoles ont perdu 20 % ou plus de leurs effectifs en maternelle. En comparaison, seules 4 000 écoles ont subi une baisse similaire en 2018 et 2019. Ils ont également constaté que dans les quartiers où le revenu moyen d’une famille de quatre personnes était de 35 000 dollars ou moins, la baisse était de 28 % plus élevée que dans les autres districts scolaires.

L’article attribue cet effondrement à l’avènement de l’apprentissage en ligne, car « les écoles de la ville, qui accueillent un nombre disproportionné d’élèves de couleur à faible revenu, étaient les plus susceptibles de fermer des salles de classe pendant de longues périodes. » Les données ont montré que les districts scolaires qui se sont laissés gagner par l’hystérie pandémique et sont passés à un format strictement en ligne ont connu une baisse des inscriptions de 42 % supérieure à celle des régions qui offraient un enseignement à temps plein et en personne.

La plus forte baisse d'inscription pour l'école publique aux Etats-Unis

Selon le NYT, des entretiens avec des parents dans trois des villes qui ont enregistré la plus forte baisse d’inscription, Philadelphie, Honolulu et Jackson, « ont montré la difficulté d’essayer d’éduquer les plus jeunes élèves à distance et le peu de confiance que les parents accordent à leurs écoles pour effectuer ce changement ».

Les mesures prises par les écoles publiques face à la pandémie, notamment l’apprentissage en ligne forcé, ont poussé de nombreux parents à scolariser leurs enfants à domicile. (Image : MWANI / CC BY-SA 4.0)

Et cela semble être la racine du problème. Un article publié le 13 juillet par la Foundation for Economic Education(FEE), cite Tiffany Pierce, une femme de New York qui a choisi de faire l’école à la maison à ses enfants après que les mesures de pandémie ont exposé la réalité du système éducatif de l’État : « Au cours de l’année scolaire distante et hybride, les parents ont remarqué à quel point leur vision de l’éducation ne s’alignait pas sur celle du ministère de l’Éducation, de l’école ou de l’enseignant. Les parents ont pu voir, grâce à l’apprentissage vidéo, comment leur enfant interagissait avec le contenu, l’enseignant et ses pairs. »

Tiffany Pierce, qui, comme le note FEE, possède un master en éducation et dirige un « programme quotidien de micro-apprentissage à domicile », a déclaré que l’avènement de « Zoom school » était ce qui détournait de nombreux parents du système d’enseignement public.

11,1% des élèves scolarisés à domicile

Dans un article publié en mars, FEE a constaté, sur la base des données du recensement américain, que 11,1 % des élèves américains étaient désormais scolarisés à domicile, contre 3,3 % avant la pandémie. Dans des endroits comme le Massachusetts, l’enseignement à domicile a connu une augmentation de plus de 1 000 %, passant de 1,5 % au printemps 2020, lors de l’arrivée de la pandémie, à 12,1 % à l’automne.

Ils ont noté que le Bureau du recensement a défini les enfants scolarisés à domicile comme « des étudiants dont les parents les ont officiellement retirés d’une école ou ne les ont jamais inscrits pour commencer », ce qui signifie que les données excluent ceux qui ont été relégués à l’apprentissage en ligne à la maison.

Tiffany Pierce a déclaré : « Je crois qu’une année et demie nous a montré à tous qu’il faut plus qu’une simple réforme de l’éducation… Il faut une élévation consciente et une nouvelle réflexion sur ce qu’est l’apprentissage, pourquoi en avons-nous besoin, quelles sont les infinies façons dont l’apprentissage peut ressembler. »

« Apprendre, ce n’est pas s’asseoir à un bureau. Les familles veulent se voir et voir leurs valeurs reflétées dans tous les aspects de leur vie et cela vaut pour l’apprentissage et l’éducation de leurs enfants. »

Dans un article de février, Marketplace a interviewé une autre mère, Alison Fried, de Fairfax, qui a organisé un « groupe d’apprentissage privé d’enseignement à domicile qu’elle a organisé dans le sous-sol de sa maison avec cinq autres familles », qu’elle a décrit comme « incroyable », non seulement parce qu’il a fourni une meilleure éducation et une meilleure expérience aux enfants, mais aussi parce qu’il a permis à sa famille de faire des économies substantielles par rapport à l’école maternelle.

« Nous n’arrivions tout simplement pas à comprendre comment des enfants de 5 et 6 ans qui apprennent encore leurs lettres, leurs chiffres et ne savent pas se servir d’un ordinateur allaient devoir apprendre par ce biais », a-t-elle déclaré au sujet des fermetures d’écoles dans sa région l’année même où sa fille devait commencer la maternelle.

Alison Fried a expliqué que chaque famille du groupe payait 1 000 dollars par mois pour un enseignant, une équipe de nettoyage et des fournitures scolaires. Bien que cela puisse sembler cher, elle fait remarquer que « le coût par famille et ce que nous devions payer de notre poche représentaient littéralement 50 % de ce que nous payions l’année précédente pour une école maternelle privée. »

« Je me retrouve à avoir une extrême hésitation à l’idée de passer de cette situation qui a juste été 100 fois meilleure que ce que j’avais prévu et de penser à la renvoyer dans une classe d’école publique. »

La FEE a noté que les données d’une enquête d’Education Week montraient que « les nouveaux élèves de cette année étudiant à la maison sont également plus susceptibles de venir de milieux socio-économiques plus faibles… plus de familles à faible revenu choisissaient l’école à la maison pendant la réponse à la pandémie que les familles à revenu plus élevé, remettant en question le mythe selon lequel les familles qui font l’école à la maison sont plus aisées que les autres. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.