Press "Enter" to skip to content

Monde. Covid-19 : les pays pauvres face au piège de la dette chinoise

ACTUALITÉ > Monde

Alors que les pays en développement continuent de s'endetter en raison de la pandémie de Covid-19, les économistes craignent que des créanciers tels que la Chine n'exploitent la situation par le biais d’une diplomatie du piège de la dette.

Alors que les experts, au cours d'une récente réunion virtuelle impliquant la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), ont estimé que le monde a échappé à une crise systémique de la dette, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a souligné qu'il existe une « dangereuse divergence dans les fortunes économiques des économies avancées et des pays en développement. »

Au cours du débat, Mme Georgieva a expliqué : « Nous sommes entrés dans la pandémie avec [un] niveau d'endettement élevé. Au cours de cette année et des cinq mois qui viennent de s'écouler, il est compréhensible que les niveaux d'endettement aient encore augmenté. Pourquoi ? Parce que les recettes ont diminué et que les dépenses ont augmenté. Aujourd'hui, la dette publique mondiale atteint 100 % du PIB. Dans ce contexte, ce sont les économies avancées qui ont le plus augmenté, de près de 20 %. Les marchés émergents près de 10 %. Les pays à faible revenu, 5 % ».

Elle a ajouté que « 56 % des pays à faible revenu présentent un risque élevé de surendettement ou sont déjà en situation de surendettement. » Nombre de ces pays sont incapables de générer une croissance suffisante pour contrebalancer la hausse des niveaux d'endettement et pourraient s'enfoncer encore plus dans la dette si les taux d'intérêt mondiaux augmentent.

La Banque mondiale et le FMI proposent un allègement de la dette pour les pays les plus vulnérables

M. El-Erian, président du Queens'College de l'université de Cambridge, a souligné l'importance d'éviter le piège de l'endettement, car un cercle vicieux pourrait s'installer, dans lequel la dynamique de croissance diminuerait à mesure que la charge de la dette augmenterait. Il a déclaré que les nations en développement sont confrontées à des « vents contraires importants » à court terme, tels qu’une probable lenteur du retour du tourisme et l'incertitude persistante des investissements directs étrangers.

Les responsables de la Banque mondiale et du FMI ont appelé à étendre l'allègement de la dette aux pays les plus vulnérables pour les aider à rester à flot tout en relevant les défis liés à la pandémie. « Les pays les plus pauvres n'ont pas d'issue à ces très lourdes dettes », a déclaré le président de la Banque mondiale, David Malpass, lors d'une conférence de presse le 7 avril.

Les ministres des finances et les gouverneurs des banques centrales des 20 principales économies mondiales (G20) ont convenu d'augmenter les réserves du FMI de 650 milliards de dollars et de prolonger un gel des remboursements de la dette des pays en développement. L'initiative de suspension de la dette, qui durera jusqu'à la fin de 2021, vise à libérer des liquidités pour alimenter les efforts de lutte contre la pandémie et stimuler les économies.

Le programme des prêts secrets de la Chine

Le président de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré que les nations vulnérables ont des difficultés à accéder aux marchés du crédit et ont des déficits budgétaires croissants. Il a fait allusion aux pratiques de prêt controversées de la Chine, déclarant que les contrats de dette alambiqués et les déséquilibres entre créanciers et débiteurs rendaient les efforts d'allègement de la dette plus difficiles.

Selon une étude intitulée How China Lends, publiée fin mars grâce à la collaboration de groupes de recherche tels que AidData et l'Institut Kiel pour l'économie mondiale, les contrats de prêt chinois comportent des clauses de confidentialité inhabituelles, des exigences en matière de garanties pouvant être saisies en cas de défaillance et des restrictions en matière de renégociation de la dette.

Les clauses de confidentialité étendues « empêchent les emprunteurs de révéler les conditions ou parfois même l'existence des prêts », et se retrouvent dans chaque contrat chinois de l'ensemble de données des chercheurs depuis 2014. Les contrats asymétriques donnent aux prêteurs chinois la liberté d'annuler les prêts et d'en accélérer le remboursement s'ils ne sont pas d'accord avec les politiques de l'emprunteur. Par exemple, la China Development Bank (CDB) traiterait la rupture des liens diplomatiques entre la Chine et la nation emprunteuse comme un « cas de défaillance ».

« En soustrayant leurs accords contractuels à l'examen public, les banques d'État chinoises ont fait en sorte qu'il soit difficile pour les autres prêteurs de savoir s'ils se positionnent en tête de la ligne de remboursement », a déclaré Brad Parks, directeur exécutif d'AidData et coauteur du rapport. « Les créanciers non chinois sont de plus en plus réticents à renégocier les conditions de remboursement tant qu'ils n'en savent pas plus sur les revendications de la Chine », a-t-il déclaré.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Poor Nations Are at Risk of Falling Into Chinese COVID-19 Debt Traps