Press "Enter" to skip to content

Monde. Une conseillère du gouvernement britannique suggère que l’obligation de porter des masques faciaux devrait être maintenue pour toujours

ACTUALITÉ > Monde

Susan Michie, professeure à l’University College de Londres et membre du Parti communiste britannique, a déclaré dans une interview accordée à Channel 5 que, selon elle, les masques faciaux devraient être portés indéfiniment. Susan Michie est conseillère au sein du Scientific Advisory Group for Emergencies (SAGE), un organisme gouvernemental qui conseille Londres en cas d’urgence nationale, en particulier pour l’actuelle pandémie de coronavirus.

Au cours de l’interview, Susan Michie a déclaré qu’il y a trois éléments essentiels au contrôle des pandémies. Le premier élément est constitué par les vaccins. Le deuxième est le dépistage, la traçabilité, l’isolement et la mise en place de systèmes de contrôle aux frontières. Le troisième est le comportement des gens.

« à savoir le comportement de distanciation sociale, de la nécessité de s’assurer que la ventilation est bonne à l’intérieur et, dans le cas contraire, de porter des masques, de maintenir l’hygiène des mains et des surfaces. Nous devrons poursuivre dans cette voie à long terme, ce qui sera bénéfique non seulement pour la Covid, mais aussi pour réduire d’autres maladies », a-t-elle déclaré dans l’interview. Lorsqu’on lui a demandé quelle était sa définition du « long terme », elle a répondu : « Je pense pour toujours, dans une certaine mesure.»

À la question de savoir si les gens pouvaient continuer à vivre avec la distanciation sociale et les masques faciaux, Susan Michie a fait valoir que les gens portent désormais systématiquement la ceinture de sécurité, même s’ils ne le faisaient jamais auparavant. La professeure a ajouté que les gens peuvent s’habituer aux masques faciaux tout comme ils sont maintenant habitués à porter des mouchoirs et des téléphones. « Le genre de changements dont nous parlons ne sera pas un gros problème », a-t-elle déclaré.

Susan Michie, qui aurait été surnommée « la nounou de Staline » dans sa jeunesse, a un frère qui était le meilleur ami du stratège travailliste Seumas Milne, un apologiste bien connu de Staline. Elle a été mariée à Andrew Murray, un responsable du parti travailliste, de 1981 à 1997.

Susan Michie est membre du Parti communiste de Grande-Bretagne (CPB) depuis plus de quatre décennies. Ce parti entretient des relations fraternelles avec le Parti communiste de Chine, du Laos, de Cuba et du Vietnam. Le CPB est également affilié à la Cuba Solidarity Campaign, une organisation britannique qui fait campagne contre l’embargo américain imposé à Cuba.

Le confinement

En avril, Susan Michie a écrit un article dans lequel elle demandait davantage de restrictions en Grande-Bretagne et une « suppression maximale » du virus dans le monde entier. Dans une lettre ouverte, le professeur Antony Brooks, généticien de l’université de Leicester, a qualifié son point de vue d’« absurde » et a suggéré de mettre fin aux restrictions de confinement.

« Si nous continuons à appliquer des mesures de confinement et de suppression aussi strictes, les mutations vraiment désagréables du SRAS-CoV-2 (qui existeront toujours - et de même pour tous les autres virus respiratoires) seront sélectionnées au détriment des souches habituelles… Au lieu de nous protéger, son plan pourrait favoriser l’émergence de ces souches et les rendre dominantes », a déclaré Antony Brooks, comme le rapporte The Telegraph.

Dans une interview accordée à la BBC, le ministre britannique de la santé, Matt Hancock, a déclaré que le gouvernement était « absolument ouvert » à l’idée de prolonger le confinement si nécessaire. Londres avait auparavant prévu de lever toutes les restrictions de confinement le 21 juin.

Matt Hancock a déclaré que la transmissibilité accrue de la variante Delta, détectée pour la première fois en Inde en décembre 2020, rend la levée des restrictions « plus difficile. » Selon lui, la variante Delta est environ 40 % plus transmissible que la souche britannique Alpha.

Le Premier ministre Boris Johnson a récemment déclaré à la BBC que le gouvernement doit être « prudent » sur la question du confinement. « Ce que je peux certainement dire, c’est que nous examinons les données, que nous continuons à le faire, mais ce que vous pouvez certainement prendre c’est… la feuille de route a toujours été prudente mais irréversible, et pour avoir une feuille de route irréversible, nous devons être prudents », a déclaré Johnson. Le gouvernement envisage de reporter la date de fin du confinement de quatre semaines au maximum.

Entre-temps, David Livermore, professeur de microbiologie médicale à l’université d’East Anglia et membre de l’équipe de conseil et de rétablissement de la santé, estime que le confinement a été une « expérience ratée ».

Dans une interview accordée à NTD, David Livermore a déclaré que le confinement aurait dû être levé il y a plusieurs semaines, car le nombre de personnes dans les unités de soins intensifs (USI) a « considérablement diminué ». Il pense que le virus est là pour rester.

« La société devrait donc revenir à la normale car les coûts liés aux confinements sont énormes. Ils sont lourds pour l’économie, ils sont écrasants pour la santé mentale des gens. Les confinements sont incroyablement destructeurs… Je pense que les confinements sont une expérience qui a massivement échoué et qui est incroyablement coûteuse », a déclaré David Livermore.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.