Press "Enter" to skip to content

Monde. Australie : la chaîne de restaurants Rashays ne rouvrira pas tant que les non-vaccinés ne pourront pas dîner

ACTUALITÉ > Monde

La chaîne de restaurants Rashays, basée à Sydney et comprenant 27 établissements, a déclaré qu’elle ne rouvrira pas ses portes malgré l’assouplissement des restrictions décidé par le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud, à partir du 11 octobre. Le cofondateur de la société, Rami Ykmour a fait savoir qu’il attendrait le 1er décembre, « Journée de la liberté », date à laquelle le gouvernement prévoit de supprimer les passeports vaccinaux, pour rouvrir ses portes.

Rami Ykmour estime que le coût relatif à sa décision se chiffre à 10 millions de dollars.

« Ce n’est pas une question d’argent pour le moment. Nous avons tellement perdu au cours des 20 derniers mois maintenant, et c’est juste quelque chose que nous porterons jusqu’à ce que ce soit une société à un seul niveau. » a-t-il déclaré à The Epoch Times le 8 octobre.

Il dit avoir deux raisons pour lesquelles son entreprise a l’intention de retarder la réouverture.
« La première est évidemment une " société à deux vitesses ". C’est quelque chose que je ne supporte pas, et je veux que tout le monde ait sa " Journée de la liberté " le même jour ».

« Le deuxième point concerne la sécurité de notre personnel. Je ne voulais pas que les membres de notre personnel deviennent des agents de sécurité et des policiers dans un restaurant familial… Je ne pense pas que ce soit un rôle que nous ayons à jouer, et en plus, le passeport vaccinal n’est pas prêt, et il n’est pas en service. »

L’annonce a initialement été présentée dans une vidéo postée sur Twitter.

Selon l’Australian Financial Review, la Nouvelle-Galles du Sud a décidé d’assouplir les restrictions le 11 octobre en raison des mesures de confinement draconiennes prises par l’ex Première ministre Gladys Berejiklian, qui ont généré une augmentation spectaculaire de l’acceptation de la vaccination.

Selon un suivi des vaccins réalisé par le journal The Sydney Morning Herald, pour une population d’un peu plus de 4,8 millions d’habitants, la Nouvelle-Galles du Sud est passée d’environ 1 million de citoyens doublement vaccinés à un peu plus de 4,8 millions, entre août et octobre.

L’outil de suivi indique que plus de 75 % de la population éligible de l’État a accepté une double injection, et plus de 90 % une simple injection.

Le 1er octobre, la décision soudaine de Gladys Berejiklian de démissionner de son poste de Première ministre a fait l’effet d’une bombe. Cette décision fait suite à l’annonce, par la Commission indépendante contre la corruption de la Nouvelle-Galles du Sud, d’une enquête sur sa relation secrète de plusieurs années avec l’ancien député fédéral Darryl Maguire, un homme engagé dans une série de graves conflits d’intérêts avec des entités affiliées au Parti communiste chinois (PCC).

Depuis lundi, les commerces de détail non essentiels de la Nouvelle-Galles du Sud sont autorisés à rouvrir leurs portes. Toutefois, les personnes ne pouvant pas présenter un passeport vaccinal ne pourront que commander des plats à emporter dans les restaurants et ne pourront faire leurs achats que par le biais du système « click and collect ».

Les mesures seront encore assouplies lorsque l’État aura atteint le seuil de 80 % pour une deuxième injection.

Gladys Berejiklian a souvent fait la une des journaux pour sa position stricte à l’égard des personnes non vaccinées : « La vie des personnes non vaccinées sera indéfiniment très difficile », a-t-elle déclaré le 28 septembre, selon Reuters.

Le 13 septembre, The Guardian citait l’ancienne Première ministre : « Je veux dire clairement que si vous n’êtes pas vacciné, vous n’aurez pas la liberté ou les libertés dont jouissent les personnes vaccinées, même lorsque nous arriverons à une double dose de 80 %. »

« Je veux juste envoyer le message très fort que ne supposez pas que vous obtiendrez tout ce que les personnes vaccinées obtiennent à 80%. »

Cependant, selon un site Web du gouvernement, la Nouvelle-Galles du Sud prévoit, sous la direction de son nouveau Premier ministre Dominic Perrottet, un plan de réouverture complète au 1er décembre, abandonnant à la fois ses exigences en ce qui concerne le port du masque en extérieur et le passeport vaccinal.

Rami Ykmour a déclaré à The Epoch Times que sa décision de retarder la réouverture de ses restaurants jusqu’à ce que les passeports de vaccination ne soient plus de mise, est une simple question de valeurs de la société, « Nous sommes en affaires depuis 23 ans maintenant ».

« Nous accueillons toute personne qui entre dans notre commerce, et notre succès est basé sur le fait que vous pouvez entrer avec un short ou des pantoufles, et que vous pouvez vous sentir le bienvenu pour le dîner. Ou bien, vous pouvez venir avec une belle chemise et un beau pantalon et être traité exactement de la même façon. »

« Donc, se tenir à la porte et demander aux gens s’ils sont vaccinés ou non ne correspond tout simplement pas à notre marque », a-t-il ajouté.

Quant aux 10 millions de dollars que Rashays s’attend à perdre dans le processus, Rami Ykmour a déclaré : « Ce n’est pas une question d’argent pour le moment. Nous avons tellement perdu au cours des 20 derniers mois maintenant, et c’est juste quelque chose que nous porterons jusqu’à ce que ce soit une société à un seul niveau. »

« Je pense qu’il y a des jours meilleurs à venir, les pertes que nous avons subies au cours des 20 derniers mois - bien sûr, c’est la vie, ce sont les affaires, et ce n’est pas une ligne droite, si ce n’était pas la Covid-19, cela aurait pu être autre chose pour notre entreprise. »

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.