Press "Enter" to skip to content

Monde. Approvisionnement en minéraux : l’Australie défie la Chine

ACTUALITÉ > Monde

L’Australie défie la domination de la Chine en matière de chaîne d’approvisionnement de minéraux

Le Premier ministre australien Scott Morrison a dévoilé l’Initiative de Fabrication Moderne, pour aider les entreprises à tirer partie des abondantes ressources naturelles du pays et contester la domination de la Chine en matière de chaîne d’approvisionnement de minerais. (Image : wikimedia / Peggy Greb / US department of agriculture / Domaine public)

Le Premier ministre australien Scott Morrison a dévoilé l’Initiative de Fabrication Moderne (MMI de l’anglais Modern Manufaturing Initiative) d’un montant de 1,5 milliard de dollars australiens (1,1 milliard de dollars américains) pour aider les entreprises à tirer partie des abondantes ressources naturelles du pays et à exploiter les opportunités dans un monde en décarbonisation pour contester la domination de la Chine en matière de chaîne d’approvisionnement de minerais.

Le MMI assurera le cofinancement de grands projets manufacturiers qui présentent de vastes avantages sectoriels dans le cadre des six priorités nationales en matière de fabrication :

  • La technologie liée aux matières premières et le traitement des minéraux critiques
  • La nourriture et les boissons
  • Les produits médicaux
  • Le recyclage et l’énergie propre
  • La défense
  • L’espace

L’initiative a fixé des objectifs spécifiques, notamment : l’amélioration de la capacité à mettre rapidement des produits sur le marché d’ici la deuxième année, la promotion d’une collaboration accrue avec les secteurs concernés et les chaînes d’approvisionnement internationales d’ici la cinquième année, l’établissement de l’Australie en tant que centre régional pour la technologie des ressources et le traitement des minéraux critiques d’ici la dixième année.

Lors d’un point presse qui a suivi l’annonce, M. Scott Morrison a déclaré que cette initiative contribuerait à transformer les ressources naturelles de l’Australie en produits de valeur. « Notre initiative de fabrication moderne contribuera à positionner l’Australie comme un leader mondial non seulement dans le secteur des ressources mais aussi dans la production de la technologie employée, ainsi que dans la transformation des matières premières en produits à valeur ajoutée ».

Selon les géologues, les éléments de terres rares (ETR) ne sont pas rares, mais ils sont précieux. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Selon les géologues, les éléments de terres rares (ETR) ne sont pas rares, mais ils sont précieux. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Briser le monopole de la Chine sur les éléments de terres rares

Selon les géologues, les éléments de terres rares (ETR) ne sont pas rares, mais ils sont précieux. Composés de 17 éléments largement utilisés dans l’électronique grand public et les équipements de défense nationale, les ETR ont été découverts et mis en œuvre pour la première fois aux États-Unis. Cependant, la production s’est progressivement déplacée vers la Chine, où des coûts de main-d’œuvre moins élevés, un souci moindre des impacts environnementaux et de généreuses subventions de l’État lui ont permis de représenter entre 70 et 80 % de la production mondiale d’ETR ces dernières années.

Dans le cadre de la priorité accordée à la technologie des ressources et au traitement des minéraux critiques, le gouvernement australien veut tirer partie de sa position de premier producteur de minéraux en augmentant la capacité de traitement et de fabrication dans le cadre d’un plan visant à contester la domination de la Chine dans l’approvisionnement en ETR.

« C’est une priorité souveraine et stratégique pour l’Australie de s’assurer que nous sommes bien ancrés dans cette chaîne d’approvisionnement dans le monde entier. Il faut que l’Australie et ses partenaires puissent compter sur cette chaîne d’approvisionnement, car ce sont ces terres rares et ces minéraux essentiels qui alimentent la technologie sur laquelle nous comptons à l’avenir », a déclaré M. Scott Morrison.

Les États-Unis et l’Australie, mais aussi le Japon vont améliorer leurs capacités à développer des « matières premières critiques » tels que les ETR. (Image : wikimedia / Chris 73/Free Gallery 005)
Les États-Unis et l’Australie, mais aussi le Japon vont améliorer leurs capacités à développer des « matières premières critiques » tels que les ETR. (Image : wikimedia / Chris 73/Free Gallery 005)

La ministre de l’Industrie, des sciences et de la technologie, Karen Andrews, a déclaré que cette initiative définit une vision sur dix ans pour développer une capacité de fabrication sophistiquée dans le secteur des ressources minérales de l’Australie.

« Les opportunités décrites dans la feuille de route comprennent la transformation de minéraux essentiels en produits de grande valeur comme les batteries et les cellules solaires, ainsi que les technologies et les équipements qui rendent l’exploitation minière plus efficace et plus sûre », a déclaré Mme Karen Andrews. « Ce financement aidera les entreprises à saisir ces opportunités et à transformer des idées innovantes en produits de grande valeur afin que nous puissions tirer partie de l’avantage concurrentiel de l’Australie, garantir des investissements et une part de marché plus importants ».

Un effort de coopération avec les États-Unis et le Japon

L’Australie ne fait pas cavalier seul dans ses efforts pour se débarrasser de sa dépendance aux ETR de la Chine. Dans le cadre d’un accord annoncé en novembre, les États-Unis et l’Australie vont améliorer leurs capacités à développer des « matières premières critiques » tels que les ETR. Le rôle de Canberra sera de soutenir les mines et les installations de traitement appartenant à des entreprises nationales par le biais d’un programme de financement des exportations.

Une société publique d’investissement dans les ressources naturelles : la Japan Oil, Gas, and Metals National Corp. ou JOGMEC, cible les investissements probables dans les projets d’ETR. La société fournit actuellement des capitaux propres et un prêt pour des travaux d’exploration dans la mine de Mount Weld en Australie occidentale.

Tokyo est également en train de discuter d’un accord de coopération avec les États-Unis et l’Australie. Les installations métallurgiques de l’État américain du Texas qui seront exploitées par le mineur australien Lynas, spécialisé dans les ETR, sont une cible probable d’investissement pour JOGMEC. Ce site devrait être fonctionnel au milieu de la décennie.

Rédacteur Gabriel Olamsaint

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.