Press "Enter" to skip to content

France. Du pass sanitaire vers un système du crédit social en France ?

ACTUALITÉ > France

En raison de la circulation du variant Delta, le président Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures lors de son discours du 12 juillet. A partir du 21 juillet le pass sanitaire deviendra obligatoire dans tous les lieux de culture et de loisirs, et à partir de début août cette obligation sera étendue aux restaurants et aux bars, aux centres commerciaux, aux hôpitaux ou aux transports publics tels que les trains ou les avions.

Les Français devront désormais scanner le système français du Pass Santé, basé sur un QR code, pour prouver leur statut vaccinal, la guérison d’une infection antérieure ou un test PCR négatif récent.

Emmanuel Macron a également rendu la vaccination obligatoire pour les personnels de santé d’ici le 15 septembre, sous peine de la suspension de leur fonction et de leur salaire.

Le président a également annoncé qu’à l’automne les tests PCR et antigéniques de dépistage du Covid-19, dits de « confort », deviendront payants. Ces tests étaient auparavant gratuits.

« Notre choix est simple : faire peser les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous. C’est le sens du passeport santé qui va être étendu », a déclaré Emmanuel Macron.

Manifestations contre le pass sanitaire

Suite à cette décision, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester. Un jeune homme de 29 ans, qui s’est rendu de la province à Paris pour les manifestations, a déclaré au journal Guardian que le pass sanitaire était une « ségrégation » obligatoire.

« Emmanuel Macron joue sur les peurs, c’est révoltant. Je connais des gens qui vont maintenant se faire vacciner juste pour pouvoir emmener leurs enfants au cinéma, pas pour protéger les autres des formes graves de Covid », a-t-il déclaré.

Du pass sanitaire vers un système du crédit social en France ?
Cette décision s’est avérée impopulaire auprès d’une partie des Français et plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a défendu l’obligation du pass sanitaire en déclarant : « Il n’y a pas d’obligation vaccinale, c’est une incitation maximale. »

« J’ai du mal à comprendre, dans un pays où 11 vaccins sont déjà obligatoires (…) que cela puisse être perçu comme une dictature. »

Gabriel Attal a également précisé que, puisque les vaccins encore expérimentaux sont en circulation depuis près d’un an, « le temps du doute est révolu. »

Selon Business Insider, plus de 900 000 citoyens ont réservé une injection le jour où Macron a fait son annonce.

La France avait déjà pris la tête de l’Europe en matière de crédit social lorsqu’elle a commencé à exiger de toutes les entreprises en contact avec le public qu’elles demandent à leurs clients de scanner des QR codes pour la recherche des contacts, avec l’application « Tous Anti Covid » en janvier.

État de santé ou système de crédit social ?

La République populaire de Chine (RPC) a été la première à utiliser le système de suivi et de contrôle des QR codes comme moyen de gérer la santé publique. En avril 2020, CNN a fait l’éloge du régime chinois pour avoir « combattu » le virus grâce à son système numérique de QR codes géré de manière centralisée.

L’article s’ouvrait sur le titre suivant : « Imaginez que votre routine quotidienne dépende entièrement d’une application pour smartphone. Sortir de chez vous, prendre le métro, aller au travail, entrer dans les cafés, les restaurants et les centres commerciaux - chaque mouvement, dicté par la couleur affichée sur votre écran. Vert : vous êtes libre de continuer. Ambre ou rouge : l’entrée vous est interdite ».

Et de poursuivre : « Bien que les autorités n’aient pas encore rendu les codes sanitaires obligatoires, dans de nombreuses villes, les citoyens ne disposant pas de l’application ne pourraient pas quitter leur enceinte résidentielle ou entrer dans la plupart des lieux publics. »

« Trois mois plus tard, alors que le virus est largement contenu et que les mesures de confinement sont progressivement levées dans la majeure partie de la Chine, les petits codes-barres carrés sont restés en place et continuent de régir la vie des gens », a déclaré CNN depuis Hong Kong.

Selon un reportage de Breitbart daté du 13 juillet, l’Italie est sur le point d’emboîter le pas en imposant un laissez-passer vert, dont le fonctionnement est identique à celui du Pass Santé en France, aux citoyens qui souhaitent utiliser le système ferroviaire à grande vitesse du pays.

Chris Tomlinson, auteur de l’article, met en garde : « Limiter la possibilité d’utiliser le train à grande vitesse, ainsi que les voyages en avion, est un élément majeur du système de crédit social de la Chine depuis des années. Le système est censé classer les citoyens chinois en fonction de leur désirabilité et ceux qui obtiennent un score trop faible sont exclus des opportunités de vie, et même de l’accès de base aux services. »

En mai 2019, le tabloïd du Parti communiste chinois Global Times a affirmé que le système de crédit social allait « restaurer la moralité », tout en se vantant que le régime avait mis sur liste noire 13,49 millions de ses citoyens pour « être malhonnêtes », ce qui a entraîné le blocage de l’achat de 20,47 millions de billets d’avion et de 5,71 millions de billets de train à grande vitesse.

L’article cite des comportements tels que le non-paiement de tickets de parking, le fait de manger dans les transports en commun et le fait de changer d’emploi avec une soi-disant « intention malveillante » comme raisons de l’émission d’un carton jaune du système de crédit social.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : French Protest as Macron Announces ’Health Pass’ Vaccine Passport Mandatory for Nearly All Public Life