Press "Enter" to skip to content

Chine. Le groupe chinois BGI recueille les données de millions de femmes dans le monde via des tests prénataux

ACTUALITÉ > Chine

Un développement troublant est survenu alors que la société chinoise, BGI Group, a effectué des tests prénataux en collaboration avec l’Armée populaire de libération (APL) pour collecter des données génétiques auprès de millions de femmes pour la recherche sur les traits caractéristiques de la population.

La révélation des détails génétiques des femmes qui ont subi les tests a été alarmante, tout comme le fait que les données sont également utilisées pour isoler les minorités tibétaines et ouïghoures en localisant les liens entre leurs gènes.

Les données collectées par BGI seraient utilisées pour aider la Chine à renforcer ses efforts pharmaceutiques, économiques et militaires, comme l’ont averti des conseillers aux États-Unis.

BGI et les tests prénataux NIFTY

BGI s’appuie sur son test prénatal pour les données génétiques et a travaillé avec l’armée pour améliorer la « qualité de la population », ainsi que les capacités des soldats.

La société a également travaillé avec des chercheurs militaires chinois sur la génomique pour mieux comprendre les conditions ou les défauts à la naissance. La recherche a également été financée par le gouvernement et BGI a aussi travaillé avec des hôpitaux militaires pour aider à faire progresser les capacités des soldats chinois.

BGI a également été en mesure de mener la plus grande étude génétique jamais réalisée sur la population chinoise, avec 141 000 tests prénataux réutilisés. Les tests ont pu confirmer plusieurs défauts et maladies, prouvant l’ampleur de la recherche de masse de l’entreprise sur une vaste population.

BGI a vendu des tests prénataux, appelés NIFTY (Non-Invasive Fetal TrisomY tests), à travers le monde, avec une commercialisation dans au moins 13 pays de l’Union européenne, ainsi qu’en Grande-Bretagne, au Canada, en Australie, en Thaïlande, en Inde et au Pakistan. Les tests ont été vendus dans au moins 52 pays.

Dans un communiqué, BGI a déclaré qu’il « n’a jamais été invité à fournir, ni fourni, les données de ses tests NIFTY aux autorités chinoises à des fins de sécurité nationale ou de défense nationale ».

Cependant, une étude effectuée par Reuters indique non seulement comment l’entreprise utilise sa technologie pour étendre davantage ses recherches, mais confirme également les inquiétudes selon lesquelles les États-Unis devraient être conscients des plans de la Chine pour dominer la biotechnologie et l’intelligence artificielle comme une menace pour la sécurité nationale, et de trouver des moyens de les contrer.

Données détenues en Chine

Dans un examen approfondi des opérations de BGI, en parcourant des documents et des entretiens avec les personnes impliquées, Reuters a découvert que le test NIFTY peut obtenir des données non seulement sur la mère, mais également sur des détails personnels, tels que son pays, sa taille et son poids, mais pas son nom.

Plus de 8 millions de femmes ont passé le test dans le monde, mais BGI affirme qu’elle n’obtient des données de localisation que de celles en Chine.

De nombreuses femmes qui ont passé le test en dehors de la Chine ne savaient pas que leurs données étaient conservées dans le pays, soulevant de nouvelles craintes que leurs données personnelles soient conservées dans un autre pays.

Le groupe chinois BGI recueille les données de millions de femmes dans le monde via des tests de grossesse
De nombreuses femmes qui ont passé le test en dehors de la Chine ne savaient pas que leurs données étaient conservées dans le pays. (Image : Anastasia Golovina / Pixabay)

Selon BGI, la société ne détient pas les données de femmes en dehors de la Chine, mais Reuters a découvert les données d’au moins 500 femmes, certaines de l’étranger, qui ont été stockées dans leur base de données génétiques, qui est financée par le gouvernement chinois.

Des inquiétudes ont également été exprimées quant à la capacité de la technologie à collecter des données même à partir d’une petite partie de l’ADN.

Selon Anna Puglisi, ancienne responsable nationale du contre-espionnage pour l’Asie de l’Est aux États-Unis, la croissance de BGI était due aux politiques du gouvernement chinois qui exigeaient que toutes les organisations aident à obtenir des renseignements, et que la compréhension des gènes est vraiment efficace.

« Lorsque vous pouvez combiner de grandes quantités de données génomiques, y compris les mères et leurs enfants à naître, avec leurs données médicales et leurs antécédents, c’est vraiment puissant », a-t-elle déclaré.

La recherche a même pu analyser les liens génétiques dans les minorités, notamment les Ouïghours et les Tibétains, ce qui a provoqué des réactions négatives en raison de violations des droits de l’homme.

Les États-Unis avaient déjà fait part de leurs inquiétudes quant à la situation et émis des avertissements selon lesquels la collecte de données par la Chine pourrait constituer une menace pour leur vie privée, leur économie et leur sécurité nationale. Ils ont également averti les établissements de santé et les patients d’être plus prudents face aux risques posés par le partage de données avec des entreprises chinoises.

La Chine a depuis fourni de nouvelles lois sur la sécurité pour protéger les données personnelles et permettre leur accès aux autorités. Les données collectées peuvent également être conservées pendant un certain nombre d’années avant d’être supprimées ou détruites.

Rédacteur Nello Tinazzo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.