Press "Enter" to skip to content

Société. Traditions et valeurs des peuples autochtones : une leçon de vie précieuse

TENDANCE > Société

Les peuples autochtones habitent la Terre depuis des millénaires. Descendant des premiers occupants d’une région donnée, chaque population autochtone a son propre mode de vie et sa propre vision du monde, qui se transmettent à travers d’innombrables générations sous forme de culture et de traditions.

Bien que chaque groupe autochtone soit unique, des études ont révélé qu’ils partagent des caractéristiques étonnamment similaires en ce qui concerne leur interaction au sein de leurs communautés et leur lien avec la nature.

Bien que leur cadre de vie diffère radicalement du nôtre, l’essence de leurs traditions est ancrée dans une profonde compréhension de la vie et de son lien avec l’Univers. Les valeurs qu’ils préservent sont inhérentes à notre nature humaine intrinsèque et aux nobles aspirations auxquelles toute personne aspire, même dans notre environnement et notre mode de vie modernes.

Renoncer au matériel pour acquérir la vraie richesse

La chasse et l’agriculture sont les principales activités de nombreux groupes autochtones qui vivent loin des agglomérations urbaines. Une étude réalisée en 2017 par l’Institut des sciences et technologies de l’environnement de l’Université autonome de Barcelone a révélé que des interactions sociales positives, une chasse réussie et une bonne santé, rendent les autochtones plus heureux que l’argent.

Traditions et valeurs des peuples autochtones : une leçon de vie précieuse
Deux jeunes filles mélanésiennes du Vanuatu.(Image : wikimedia / / Graham Crumb)

L’étude a analysé le mode de vie des tribus Punan Tubu en Indonésie, Baka au Cameroun et au Congo, et Tsimane en Bolivie. Elle a révélé que ses membres consacrent en moyenne trente heures par semaine au maximum au travail, à la chasse, à la cueillette ou la culture, et disposent de suffisamment de temps libre pour entretenir des relations sociales et se livrer à d’autres activités contribuant à leur bien-être émotionnel.

Une autre étude réalisée en 2006 sur un groupe de personnes de la tribu Maasai au Kenya et en Tanzanie, révèle un indice de satisfaction de la vie similaire à celui des quatre cents Américains les plus riches de la liste Forbes. L’étude a conclu que le développement économique et la richesse matérielle ne sont pas une condition du bonheur, suggérant qu’une vie simple et équilibrée peut conduire à l’épanouissement.

La nature ne nous appartient pas, nous appartenons à la nature

Selon la tradition, lorsqu’un membre de la tribu Orang Rimba naît, son cordon ombilical est enterré dans le sol riche de la forêt, et un arbre y est planté. L’arbre et l’individu grandissent en même temps, maintenant un lien sacré à vie. L’individu doit protéger son « arbre de naissance » de toute attaque ou tentative d’abattage, et tout dommage causé à l’arbre équivaut à un dommage causé à la personne.

Traditions et valeurs des peuples autochtones : une leçon de vie précieuse
Les Orang Rimba sont un peuple mobile et animiste vivant dans les forêts des plaines du sud-est de Sumatra, en Indonésie. Leur hiérarchie sociale est basée sur l’âge, le sexe et la connaissance des lois religieuses et culturelles. (Image : wikimedia / Unknown author)

Pour la plupart des tribus, la nature est non seulement leur foyer mais aussi leur source de nourriture, de médecine et de spiritualité. Leur contact étroit avec la nature sauvage a conduit les peuples autochtones à étudier l’environnement, à comprendre ses cycles et à adapter leur mode de vie pour être en harmonie avec lui.

Par exemple, lorsque les Yanomami s’installent dans une région, leur interaction aboutit souvent à la réduction des populations de mammifères et à l’épuisement des palmiers dont les feuilles sont utilisées pour couvrir leurs maisons. Mais aussi préjudiciable que cela puisse paraître, cette tribu connaît les limites de la nature et, avant que des dommages permanents ne soient causés, elle se déplace vers une autre région, ne revenant qu’une fois la forêt complètement rétablie.

Les autochtones ne prennent que ce qui est nécessaire à leur survie. Ils agissent avec beaucoup de considération, en se basant sur une connaissance profonde de ce que la nature peut fournir et dans quelle mesure. Cette compréhension de la nature se transmet de génération en génération et s’apprend dès le plus jeune âge.

Les enfants Yanomami, par exemple, apprennent à « lire » les empreintes des animaux et à utiliser la sève des plantes comme poison pour la chasse. De même, les jeunes Moken apprennent à observer la nature en développant une capacité unique à concentrer leur vue sous l’eau pour trouver de la nourriture dans les fonds marins. De même, les tribus Omo d’Éthiopie étudient soigneusement les cycles d’inondation du fleuve afin de pouvoir utiliser, lors de la décrue, le riche limon déposé sur les berges pour faire pousser leurs cultures.

Traditions et valeurs des peuples autochtones : une leçon de vie précieuse
Les enfants Moken, au Myanmar et en Thaïlande, sont capables d’adapter leur vision pour voir clairement sous l’eau, en contractant au maximum leurs pupilles. (Image : Capture d’écran / YouTube)

Dans son livre The Falling sky, Davi Kopenawa, un chaman Yanomami, décrit l’étendue des connaissances des peuples autochtones sur la nature et la manière dont elles peuvent contribuer à la protection de l’environnement aujourd’hui. Il explique que des millions d’autochtones étudient l’écosystème depuis des générations et qu’ils savent comment protéger la nature, car elle est une composante essentielle de leur culture et de leur spiritualité.

Le respect de l’environnement a été fondamental pour de nombreuses civilisations anciennes et groupes aborigènes. C’est parce que les peuples du passé honoraient l’équilibre naturel des choses et coexistaient en harmonie avec la nature que l’humanité a pu survivre en tant qu’espèce. Cependant, en l’espace de quelques décennies, l’environnement a subi des dommages exponentiels jamais vus auparavant, ce qui rend les connaissances traditionnelles plus essentielles que jamais.

Toujours faire passer les autres en premier

Les Yanomamis ont une habitude très particulière. Lorsqu’ils vont à la chasse, ils ne mangent jamais la viande des animaux qu’ils ont tués et ne l’emportent pas chez eux. Ils l’apportent généralement au village et la partagent avec les autres. Les chasseurs ne mangent que la nourriture offerte par quelqu’un d’autre.

Très tôt, les filles Yanomami apprennent à aider leur mère à cultiver, à transporter l’eau de la rivière et à cuisiner pour la communauté. Dans la tribu, on apprend à tous les enfants Yanomami que le partage est un pilier fondamental du groupe, et que chaque membre peut participer aux décisions de la communauté.

Pour le peuple Hadza de Tanzanie, partager ses biens s’ils ne sont pas immédiatement utilisés est un réflexe inné. Ne rien attendre en retour fait partie de l’amélioration de leur caractère. Dans la tribu San du Botswana, on conseille aux jeunes d’être courageux mais humbles, en soulignant que la générosité est une qualité admirable et l’égoïsme un trait indésirable.

Traditions et valeurs des peuples autochtones : une leçon de vie précieuse
Deux hommes San allument un feu à la main, en frottant une baguette. Le peuple San, également appelé Bushmen, incarne la plus ancienne culture d’Afrique australe. (Image :wikimedia / Ian Sewell)

Plus remarquable encore, pour de nombreuses tribus l’altruisme va au-delà de la communauté. Lorsque les Pygmées Baka d’Afrique centrale cueillent des patates douces, ils veillent à laisser la racine intacte. Cela favorise leur propagation dans la forêt, où les éléphants et les sangliers se nourrissent également de ces délices.

Comparé à l’environnement dynamique dans lequel la plupart d’entre nous vivons, le mode de vie des peuples autochtones peut se résumer en un mot : « simplicité ». Néanmoins, il est riche d’informations précieuses qui nourrissent leur esprit et leur cœur. La façon dont ils collectent la nourriture en est un exemple révélateur.

Lorsqu’ils collectent de la nourriture, les membres de cette tribu ne pensent pas à satisfaire leur faim. Ils sont motivés par la responsabilité de nourrir les membres de la communauté. Chaque effort supplémentaire est susceptible d’être récompensé par des sourires au moment du repas.

Traditions et valeurs des peuples autochtones : une leçon de vie précieuse
En travaillant ensemble et en partageant équitablement leurs ressources, les peuples autochtones renforcent leur esprit communautaire et leur cohésion sociale. (Image : xuanduongvan87 / Pixabay)

Mère Nature est également présente dans leur esprit pendant l’activité. Grâce à leur connaissance approfondie des cycles de la forêt, ils ne prendront pas plus que ce que l’écosystème peut fournir, et aucun dommage permanent ne sera causé à la nature environnante qui représente leur source de nourriture, mais également leur temple et leur maison. De plus, ils veilleront à ce que les animaux, qui partagent leur terre, aient également une source de nourriture pour satisfaire leur faim.

L’altruisme, ainsi qu’un mode de vie basé sur la recherche de l’équilibre et de l’harmonie avec la nature, sont quelques-unes des nombreuses leçons que les peuples autochtones peuvent nous donner. En considérant que les traditions et les valeurs que ces peuples défendent proviennent de temps séculaires où l’homme vivait en harmonie avec l’univers, on se dit qu’en revenant aux traditions anciennes, il est peut-être possible de retrouver notre moi véritable.

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.