Press "Enter" to skip to content

Société. La chute des taux de natalité aux États-Unis laisse les experts perplexes

TENDANCE > Société

Selon un rapport, publié par l’Université du Maryland et le Wellesley College au début de l’année dernière, les taux de natalité aux États-Unis ont chuté de 20 % depuis 2007 et le phénomène ne peut s’expliquer par des changements démographiques, économiques ou politiques.

Avant la Grande Récession, qui s’est produite de fin 2007 à 2009, le nombre de bébés aux États-Unis était considéré comme stable au cours des trois décennies précédentes, fluctuant dans une fourchette relativement étroite souvent liée aux performances de l’économie.

Les taux de natalité fluctuent souvent en fonction de l’économie

Selon Macrotrends, le taux États-Unis pour 2022 était de 12,012 naissances pour 1 000 personnes, soit une augmentation de 0,09 % par rapport à l’année précédente. Toutefois, cette augmentation n’était « que de 1 %, alors que le nombre total de naissances était toujours inférieur à celui de toute autre année depuis 1983 ».

Si l’on considère les taux de natalité chez les femmes d’un certain âge, entre 1980 et 2007, le taux de natalité américain se situait entre 65 et 70 naissances pour 1 000 femmes âgées de 15 à 44 ans, contre seulement 55,8 naissances par femme de la même tranche d’âge en 2020, soit une baisse d’environ 20 %.

En général, aux États-Unis, les taux de natalité fluctuent en fonction de l’économie, baissant lorsque l’économie est jugée défavorable et remontant lorsque l’économie se redresse. À la suite de la grande récession, le taux de natalité ne s’est toutefois pas redressé, mais a poursuivi sa descente.

« La baisse des naissances ne peut pas s’expliquer simplement par une modification de la composition de la population », concluent les auteurs du rapport.

La baisse soutenue des taux de natalité depuis 2007 serait due à la diminution des taux de natalité dans de nombreux groupes démographiques, et non à des changements dans la composition de la population.

Les taux de natalité sont également en baisse pour les femmes d’une vingtaine d’années et les grossesses chez les adolescentes sont en baisse constante depuis le milieu des années 1990.

La race ne semble pas être un facteur, puisque les femmes blanches, noires et hispaniques ont toutes connu une baisse des taux de natalité, la baisse la plus importante étant celle des femmes hispaniques, affirment les auteurs.

Le niveau d’éducation et l’état civil ne semblent pas être des facteurs non plus. « Les naissances ont également diminué chez les femmes ayant ou non un diplôme universitaire et chez les femmes mariées ou non », concluent les auteurs du rapport.

En outre, aucun facteur politique ou économique évident ne peut expliquer ces baisses. Si le rapport révèle que la Grande Récession a très probablement été le catalyseur de la baisse des taux de natalité, « au-delà, il est difficile d’identifier un facteur politique ou économique qui puisse statistiquement expliquer la baisse continue ».

Changement de priorités, résultats sociaux et économiques importants

Les auteurs du rapport supposent que le changement de priorités pourrait être la principale raison de la baisse des taux de natalité depuis 2007.

« Des données d’enquête et des données empiriques suggèrent que les générations plus récentes de jeunes adultes ont peut-être des préférences différentes pour avoir des enfants, des attentes dans la vie et des points de vue sur les normes parentales qui sont à l’origine de la baisse des taux de natalité aux États-Unis », expliquent les auteurs, qui ajoutent que ces changements ont commencé à apparaître bien avant la Grande Récession.

La baisse des taux de natalité aura des conséquences sociales et économiques importantes, pas nécessairement des défis, mais les baisses et l’absence d’immigration accrue pourraient entraîner une diminution de la main-d’œuvre américaine et une population plus âgée, ce qui mettrait à rude épreuve l’économie et les services de santé.

« En outre, la combinaison dune main-d’œuvre réduite et d’une population vieillissante exerce une pression fiscale sur les programmes d’assurance sociale, comme la sécurité sociale, qui reposent sur les paiements d’impôts des travailleurs actuels pour payer les prestations des retraités actuels », soulignent les auteurs.

Si le rapport conclut qu’« une baisse des taux de natalité annuels n’implique pas nécessairement une réduction à long terme de la procréation », il prévient qu’« une baisse continue des taux de natalité aura probablement un impact sur la croissance économique et la productivité », ainsi que sur la viabilité financière des programmes d’assurance sociale actuels.

La chute des taux de natalité aux États-Unis laisse les experts perplexes
La baisse des taux de natalité est un phénomène qui se déroule dans de nombreux pays, pour une multitude de raisons. (Image : Dorothe / Pixabay)

La baisse des taux de natalité, un phénomène mondial

La baisse des taux de natalité est un phénomène qui se déroule dans de nombreux pays, pour une multitude de raisons.

En 2022, par exemple, le nombre d’enfants nés au Japon était bien en deçà du niveau record de l’année précédente et a incité un haut porte-parole du gouvernement japonais à déclarer que les circonstances constituaient une « situation critique ».

Entre janvier et septembre 2022, un total de 599 636 enfants sont nés au Japon, soit 4,9 % de moins que l’année précédente, ce qui indique que le nombre total de naissances pour 2022 pourrait tomber en dessous du record de 811 000 naissances de l’année dernière, ont indiqué les autorités japonaises.

La chute des taux de natalité a incité le gouvernement japonais à prendre des mesures globales pour encourager les naissances et les mariages, mais jusqu’à présent, la mise en œuvre de subventions gouvernementales pour la grossesse, l’accouchement et les soins aux enfants n’a pas réussi à encourager les gens à avoir plus de bébés.

Les jeunes japonais hésitent à fonder une famille, découragés par les sombres perspectives d’emploi, les longs trajets domicile-travail et les cultures d’entreprise incompatibles avec une famille traditionnelle où l’un des parents reste à la maison pour s’occuper des enfants pendant que l’autre travaille.

La Chine, le pays le plus peuplé du monde, est actuellement aux prises avec un faible taux de natalité et une population vieillissante.

Selon Macrotrends, le taux de natalité actuel en Chine est de 10,645 naissances pour 1 000 personnes, soit une baisse de 2,36 % par rapport à 2022. En 2022, le nombre de naissances pour 1 000 personnes était de 10,902, soit une baisse de 2,3 % par rapport à 2021 et en 2021, le taux de natalité était de 11,159 naissances pour 1 000 personnes, soit une baisse de 2,25 % par rapport à 2020. Cette tendance ne montre aucun signe d’arrêt.

À l’échelle mondiale, en 2022, il y a eu 17 668 naissances pour 1 000 habitants, soit une baisse de 1,15 % par rapport à 2021. En moyenne, les taux de natalité dans le monde ont baissé de 1,13 % chaque année depuis au moins 2019 et rien n’indique que cette tendance s’inversera.

Rédacteur Yasmine Dif

Source : Plummeting Birth Rates in the US Leave Experts Mystified

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.