Press "Enter" to skip to content

Culture. La véritable histoire qui aurait inspiré le conte Blanche-Neige et les sept nains

TENDANCE > Culture

Il faut un conteur de talent pour tisser un conte de fées qui captive, mystifie et remonte le moral. Pour aider les jeunes à mieux faire face aux défis et aux paradoxes de la vie, les histoires créent des impressions durables dont ils peuvent se souvenir intuitivement en grandissant. Les contes populaires et les mythes sont souvent basés sur des personnes et des événements réels et sont censés être une représentation fidèle de la vie quotidienne de la société dans laquelle ils ont été écrits. Telle pourrait être l’origine du conte de Blanche-Neige et les sept nains.

De nombreuses histoires vraies peuvent être horribles, et inclure la torture, le meurtre et d’autres actes odieux. Comme elles sont transmises oralement de génération en génération, certains éléments changent avec le temps, ce qui brouille l’intrigue originale et les transforme en contes de fées.

Les frères Grimm

Connus pour leurs travaux sur les contes de fées, Jakob et Wilhelm Grimm étaient des professeurs qui ont vécu au XIXe siècle. Ils recueillaient des histoires auprès de personnes de la classe moyenne, de connaissances et même de paysans, avant de les transposer en texte imprimé. Pour vendre des livres, les écrivains devaient adoucir les dures réalités et les rendre plus acceptables. En étudiant les contes classiques, notamment ceux du maître conteur français Charles Perrault, les frères Grimm ont développé un style et une voix que le monde a adoptés.

Les Contes de Grimm sont peut-être le recueil de folklore européen le plus influent jamais publié et ont été traduits dans de nombreuses langues.

La véritable histoire qui aurait inspiré le conte Blanche-Neige et les sept nains
Les frères Grimm, auteurs de ce qui est peut-être le recueil le plus influent du folklore européen, qu’ils ont collecté et affiné à partir de diverses sources orales. (Image : wikimedia / Hermann Biow / Domaine public)

Blanche-Neige et les sept nains est un conte de fées classique basé sur des traditions orales, dans lesquelles la morale et les principes sont souvent oubliés, plus que les événements eux-mêmes. Pourtant, ils maintiennent le principe universel selon lequel « le bien est récompensé par le bien et le mal est puni ». Il donne aux vertueux une lueur d’espoir, même si la situation semble désespérée.

Blanche-Neige et les sept nains de Walt Disney

Le film commence par l’introduction d’un livre : « Il était une fois une charmante petite princesse nommée Blanche-Neige ».

La reine, belle-mère de Blanche-Neige, s’inquiétait que la beauté de Blanche-Neige puisse un jour surpasser la sienne. Elle l’habilla donc de haillons et fit de la princesse une servante. Chaque jour, la reine vaniteuse consultait son miroir : « Miroir magique sur le mur, qui est la plus belle de toutes ? ». Tant que le miroir répondait qu’elle était la plus belle, Blanche-Neige était à l’abri de la cruelle jalousie de la reine.

Un jour, la reine demanda au miroir : « Qui est la plus belle de toutes ? ». Le miroir lui répondit : « Ta beauté est réputée, Majesté. Mais je vois aussi une belle jeune fille. Les haillons ne peuvent cacher sa douce grâce. Hélas, elle est plus belle que toi ».

La reine demande alors le nom de sa rivale, et le miroir magique lui répondit : « Lèvres rouges comme la rose. Cheveux noirs comme l’ébène. Peau blanche comme la neige ». La reine a su alors qu’il s’agissait de Blanche-Neige !

Elle demande à un chasseur de lui apporter le cœur de Blanche-Neige. Grâce à la compassion du chasseur, Blanche-Neige s’échappa et fut cachée par les sept nains dans leur maison du bois. La reine consulta à nouveau le miroir : « Miroir magique sur le mur, qui est maintenant la plus belle de toutes ? » Le miroir lui répondit : « Sur la septième colline de joyaux, au-delà de la septième chute, réside Blanche-Neige, la plus belle de toutes ».

Folle de jalousie, la reine se transforme en vieille femme colporteuse et se rend dans la cabane de Blanche-Neige, qu’elle attire avec une « pomme à souhait ». Blanche-Neige mange le fruit empoisonné et tombe dans le coma. Les nains se relaient pour veiller sur la jeune princesse, placée dans un cercueil de verre. Un beau prince qui passe par là voit Blanche-Neige et en tombe amoureux… Le prince se penche vers elle pour lui donner le premier baiser de l’amour et… le charme est rompu.

Il ne fait aucun doute que Blanche-Neige et les sept nains est une fiction, mais des recherches récentes ont montré que cet ancien conte de fées pourrait être basé sur l’une des deux histoires de vie similaires, ou sur une combinaison de celles-ci.

Maria Sophia von Erthal aurait-elle inspiré Blanche-Neige et les sept nains

On pense généralement que Blanche-Neige a été inspirée par Maria Sophia von Erthal. Elle est née à Lohr Bamberg, sur le Main, à environ 100 km à l’ouest de Bamberg, dans le sud de l’Allemagne, le 25 juin 1725. L’histoire tourne autour d’une belle jeune fille qui a été élevée dans un château. Bien qu’elle ne soit pas réellement une princesse, Maria Sophia est décrite dans les mémoires de la famille comme « un ange de miséricorde et de bonté ». Dans le cœur du peuple, on se souvient d’elle « pour avoir été charitable envers les pauvres et les souffrants ».

Son père, Philipp Christoph von und zu Erthal, était le représentant local du prince électeur de Mayence. Après la mort de la mère biologique de Maria Sophia en 1738, son père se remarie. Claudia Elisabeth von Reichenstein, la belle-mère, était la force dominante du château et utilisait son nouveau pouvoir au profit de ses enfants, issus de son précédent mariage.

La vie de Maria Sophia était sous la surveillance constante de sa belle-mère tyrannique. Mais elle ne ressemblait en rien à ce que dépeint le conte de fées. Bien qu’il n’y ait aucune preuve qu’un chasseur ait tenté d’assassiner Maria Sophia, il est clair que sa vie n’a pas été facile. On peut supposer que la dure réalité de la vie de Maria Sophia, élevée sous l’influence de cette femme, a été transformée en conte de fées par les frères Grimm.

On ne sait pas s’il y avait ou non des nains dans sa vie à l’époque, mais il y avait les mines voisines Bieber, qui n’employaient apparemment que des « hommes de petite taille ». La forêt effrayante qui apparaît dans le conte de fées serait basée sur une forêt située à la périphérie de Lohr, connue pour abriter des animaux sauvages et des voleurs en puissance qui attendaient que des victimes sans méfiance s’éloignent du chemin.

Blanche-Neige et les sept nains a été le premier film d’animation de Disney, initialement sorti en salles par RKO Radio Pictures le 8 février 1938. Les sept nains, qui ont peut-être été inspirés par de vrais mineurs de petite taille, sont représentés dans cette capture d’écran de la bande-annonce de 1937. (Image : wikimedia / Walt Disney / Domaine public) 

Dans l’histoire des frères Grimm, Blanche-Neige aurait traversé sept collines avant d’atteindre la cabane des sept nains. Les nains travaillaient dans une mine et, en réalité, il existe une mine abandonnée à l’extérieur de Lohr que l’on peut atteindre en franchissant sept collines.

Pour ceux qui s’intéressent aux origines de la pomme empoisonnée, Lohr possède un grand nombre de vergers, et Maria aurait été capable d’identifier la plante d’où proviendrait le prétendu poison : la belladone, ou Atropa belladonna.

Cependant, la véritable Maria Sophia est morte en 1796 à l’âge de 71 ans dans un couvent. Si un prince l’a sauvée de l’empoisonnement dans sa jeunesse, il est absent de ce récit. Selon le directeur du musée, Holger Kempken, elle est enterrée à Bamberg, à seulement 50 km de l’endroit où vivaient les frères Grimm.

Margarete Von Waldeck serait-elle la Blanche-Neige du conte ?

On dit que dans son livre Schneewittchen : Marchen or Wahrheit ? (Blanche-Neige : est-ce un conte de fées ?), paru en 1994, l’universitaire allemand Eckhard Sander affirme que Blanche-Neige a été modelée sur Margarete Von Waldeck, une noble bavaroise du XVIe siècle.

La véritable histoire qui aurait inspiré le conte Blanche-Neige et les sept nains
La méchante reine pourrait être inspirée de Katharina von Hatzfeld, la belle-mère de la jeune Margarete von Waldeck. Sur la photo, Katharina n’aimait pas sa belle-fille, mais qu’elle ait essayé ou non, elle n’a pas réussi à la tuer, car elle a été la première à mourir. (Image : wikimedia / Hermann tom Ring / Domaine public)

En 1549, Katharina de Hatzfeld, la belle-mère de Margarete, obligea la jeune fille de seize ans, décrite d’une beauté saisissante, à s’installer à Wildungen, à Bruxelles. Après avoir rencontré le prince Philippe II d’Espagne, elle devient sa maîtresse, au grand dam de sa belle-mère. Apparemment, la perspective que Margarete devienne une princesse est trop forte pour sa belle-mère et le père de Philippe, le roi d’Espagne, qui considère qu’un mariage entre les deux est politiquement indésirable.

Des espions espagnols ont été chargés d’empoisonner la jeune beauté et de mettre fin à l’idylle. L’utilisation de poison pour éliminer Margarete est corroborée par le testament qu’elle a fait juste avant sa mort. Il est rédigé d’une écriture frénétique, présentant des signes de mort par empoisonnement.

S’il n’est pas certain que Margarete von Waldeck ait été empoisonnée ou assassinée, sa belle-mère n’est pas directement responsable, puisqu’elle est morte avant la jeune fille.

Les parallèles entre la vie de Margarete von Waldeck et le mythe de Blanche-Neige ne se limitent pas à sa beauté remarquable, à la jalousie de sa belle-mère et à sa mort par empoisonnement. Margarete a grandi à Bad Wildungen, où son frère exploitait une mine de cuivre où travaillaient des enfants affamés, surnommés les « nains ».

Au-delà des personnes réelles qui ont inspiré l’histoire, les frères Grimm ont su maintenir le rôle pédagogique du conte : mettre en avant la vertu morale universelle selon laquelle le « bien est récompensé par le bien et le mal est puni ».

Rédacteur Charlotte Clémence

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.