Hong Kong mise en danger par la loi de sécurité nationale

Par Vision Times
Le 23/06/2020
 de Hong Kong. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
La première victime de la loi de sécurité nationale chinoise est la liberté du peuple de Hong Kong. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
 

Le gouvernement chinois a récemment adopté une loi sur la sécurité nationale dont les répercussions seront néfastes pour Hong Kong. Cette loi lui permettra de criminaliser toute contestation au nom de la lutte contre la subversion du pouvoir de l’État, la sécession, le terrorisme ou l’ingérence étrangère dans les affaires de la ville.

Pékin a même la possibilité de mettre en place ses propres institutions de sécurité à Hong Kong, y compris les forces de l’ordre du régime communiste.

Les conséquences

La première victime de la loi de sécurité nationale chinoise sera la liberté du peuple Hongkongais. Le PCC (Parti communiste chinois) pourra très bien utiliser la loi sur la sécurité nationale contre des militants pro-démocratie, comme Joshua Wong, dont les campagnes ont pour objectif de rallier les gouvernements du monde entier à la cause de la démocratie pour Hong Kong. Le régime chinois peut, par exemple, accuser Joshua Wong de « subversion de l’État » ou de « collusion avec les étrangers » et le mettre en prison. Ce sera également le sort d’autres militants pro-démocratie et de la liberté d’expression.

Le système judiciaire de Hong Kong, qui implique actuellement des tribunaux ouverts, peut également finir par refléter le système désastreux existant en Chine continentale. « Presque tous les procès impliquant la sécurité nationale se déroulent à huis clos. On ne sait jamais exactement quelles sont les allégations et les preuves et le terme de sécurité nationale est si vague qu’il est susceptible d’englober presque tout », a déclaré le professeur Johannes Chan, juriste à l’université de Hong Kong, à la BBC.

La deuxième conséquence néfaste pour Hong Kong sera d’ordre économique. Jusqu’à l’annonce de la loi sur la sécurité nationale, Hong Kong bénéficiait d’un statut économique spécial de la part des États-Unis. C’est grâce à cette catégorisation spéciale que Hong Kong a pu attirer des entreprises internationales de premier plan et devenir l’un des principaux centres financiers de l’Est. Toutefois, ce statut économique était subordonné à la condition que Hong Kong reste une démocratie et protège les libertés individuelles.

 

ong Kong subira des conséquences économiques en raison de la perte de son statut spécial avec les États-Unis. (Image : Capture d’écran / YouTube)
Hong Kong subira des conséquences économiques en raison de la perte de son statut spécial avec les États-Unis. (Image : Capture d’écran / YouTube)
 

Comme ce n’est plus le cas, le président américain Donald Trump a entamé le processus d’abandon de ce statut pour Hong Kong. En conséquence, on s’attend à ce que les entreprises quittent lentement Hong Kong pour chercher d’autres destinations comme Tokyo, Singapour, etc. Hong Kong perdra également les tarifs de circulation préférentiels dont elle bénéficiait dans le cadre de ses relations avec les États-Unis. Les échanges commerciaux entre les deux régions s’élèvent à environ 67 milliards de dollars par an.

La troisième préoccupation concerne les lois sur la vie privée et la cybersécurité. Pour l’instant, la loi de Hong Kong sur la cybersécurité est uniquement applicable à la région, tandis que la loi chinoise sur la cybersécurité ne s’applique qu’au continent. Mais la loi sur la sécurité nationale peut ouvrir la voie à Pékin pour qu’il impose ses lois sur la cybersécurité à Hong Kong. Cela permettra au gouvernement communiste d’accéder aux données concernant la population de Hong Kong, les entreprises, etc. De plus, les politiques de censure en ligne seront renforcées sous le couvert de la « protection des intérêts 
nationaux ».

Nouvelle unité de police

Le département de police de Hong Kong met en place une unité spéciale pour faciliter l’application de la loi sur la sécurité nationale. Selon John Lee Ka-chiu, ministre de la sécurité de la ville, cette unité sera pleinement opérationnelle dès le premier jour de la mise en œuvre de la loi. La nouvelle unité sera dirigée par le commissaire de police Chris Tang Ping-keung et sera engagée dans des activités telles que les enquêtes, la collecte de renseignements et la formation.

 

Le département de police de Hong Kong met en place une unité spéciale pour faciliter l’application de la loi sur la sécurité nationale. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
Le département de police de Hong Kong met en place une unité spéciale pour faciliter l’application de la loi sur la sécurité nationale. (Image : Studio Incendo / flickr / CC BY 2.0)
 

Lee Ka-chiu n’a pas révélé dans quelle mesure l’unité locale travaillera avec les agences du continent chinois. Cependant, il a laissé entendre que ces agences seraient fortement impliquées. Le ministre a souligné que les départements du continent ont des capacités plus larges de collecte et d’analyse de renseignements et qu’ils aideront l’unité locale à avoir une « vue d’ensemble » sur un problème.


Traduit par Camille A.

Version en anglais : Hong Kong mise en danger par la loi de sécurité nationale