Press "Enter" to skip to content

Monde. La vaccination contre la malnutrition comme solution à une catastrophe alimentaire mondiale imminente ? 

ACTUALITÉ > Monde

L’année 2022 a mis en évidence la menace d’une catastrophe alimentaire mondiale imminente, due en grande partie à une sécheresse hors norme, des pénuries d’engrais et des politiques de planification centralisée. Le bloc mondialiste aurait néanmoins une solution pour sauver les marchés frontaliers, émergents et en développement : la vaccination contre la malnutrition.

Cette idée a été diffusée à la communauté scientifique dans un article publié le 10 septembre dans la revue Trends in Pharmacological Sciences par Peter Hotez de l’université Baylor, intitulé Malnutrition Vaccines for an Imminent Global Food Catastrophe.

Alors que le titre de l’article laisse supposer que « la science » prétend avoir résolu, grâce à la vaccination, la condition humaine fondamentale consistant à avoir besoin de nourriture sur une base quasi quotidienne pour survivre, de telles avancées ne sont peut-être encore qu’une chimère.

Au lieu de cela, le texte de 4 pages de Peter Hotez se lit moins comme une étude scientifique que comme un sermon destiné aux adeptes de la ligne rhétorique du bloc mondialiste, car il inclut les suspects habituels des causes de la crise alimentaire :

« l’invasion russe de l’Ukraine en 2022 »
« les perturbations sociales des chaînes d’approvisionnement dues à la pandémie de Covid-19 »
« la sécheresse (et) les températures élevées dues au changement climatique ».

Pour étayer ses propos, Peter Hotez cite le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui a « mis en garde contre une pénurie alimentaire mondiale imminente, avec potentiellement 1,6 milliard de personnes n’ayant pas assez à manger et 250 millions vivant au bord de la famine » en 2022.

« Le Programme alimentaire mondial des Nations unies estime que des millions de personnes sont déjà confrontées à une famine imminente et que des centaines de millions de personnes risquent de souffrir d’une famine massive », annonce le journal.

Peter Hotez met un point d’honneur à présenter une fois de plus les « trois grandes » causes comme étant à l’origine de tous les maux du monde : « le principal moteur a été la guerre en Ukraine, où est produit un pourcentage important du blé et des autres céréales et engrais du monde, en combinaison avec la sécheresse, les températures élevées dues au changement climatique et les interruptions de la chaîne d’approvisionnement dues à la pandémie. »

Rumeurs

En ce qui concerne la solution à la pandémie de Covid-19, l’idée que s’en fait Peter Hotez semble se rapprocher de celle du Parti communiste chinois (PCC), avec sa campagne irrationnelle et scandaleuse « Zéro Covid ».

Par exemple, en 2021, Peter Hotez a publié un article dans la revue PLOS Biology, intitulé : Mounting Antiscience Aggression in the United States, qui s’ouvrait audacieusement sur la supposition suivante : « il y a une nouvelle expansion troublante de l’agression antiscientifique aux États-Unis. Elle est le fait de l’extrémisme d’extrême droite, notamment de certains membres élus du Congrès américain et de médias conservateurs qui prennent pour cible d’éminents biologistes luttant contre la pandémie de Covid-19. »

La base de l’article de Peter Hotez était de prétendre que quiconque remettait en cause la volonté d’imiter le modus operandi du PCC, y compris l’installation d’un crédit social sous forme de passeport vaccinal, devait être considéré comme « d’extrême droite » et « antiscience », allant jusqu’à assimiler les opposants à de telles politiques aux précédents historiques de l’Allemagne nazie d’Hitler et de l’URSS de Staline.

Peter Hotez a été franc : « historiquement, ces régimes considéraient les scientifiques comme des ennemis de l’État. Dans son essai de 1941 intitulé La science dans l’État totalitaire, Waldemar Kaempffert donne des détails en utilisant les exemples du nazisme sous Hitler, du fascisme sous Mussolini, et du marxisme et du léninisme. »

« Par exemple, sous Staline, l’étude de la génétique et de la physique de la relativité étaient traitées comme des théories occidentales dangereuses, et potentiellement en conflit avec les philosophies sociales officielles de l’État », a-t-il encore déclaré.

En septembre 2021, Peter Hotez a également expliqué, lors d’une émission en direct sur CNN, que les PDG des compagnies aériennes qui commençaient à remettre en question la véracité scientifique des masques obligatoires sur les vols avaient « l’intelligence émotionnelle d’une poignée de porte. »

Un manque de rationalité

Le récent article de Peter Hotez, qui prétend résoudre la faim dans le monde par la vaccination, manque également de rationalité cohérente.

Bien que l’article mette un point d’honneur à vendre le rêve qu’une injection chimique peut sauver des âmes de l’élimination par la famine en déclarant : « il a été démontré en Inde et ailleurs que les programmes de vaccination universelle ont des effets positifs sur la croissance des enfants. En outre, il existe au moins 20 candidats vaccins prometteurs contre la malnutrition en phase de développement intermédiaire ou avancée qui pourraient être accélérés pour aider à éviter une catastrophe alimentaire imminente ou même des événements potentiels de famine de masse. »

Le document de quatre pages ne fait en fait qu’évoquer le problème causé par « certaines infections humaines, en particulier les infections chroniques, (qui) peuvent provoquer une carence en micronutriments, une dénutrition ou, dans certains cas, les deux formes de malnutrition. »

Peter Hotez déclare : « à son tour, la dénutrition peut souvent aggraver ou exacerber l’évolution clinique des maladies infectieuses. »

Ainsi, Peter Hotez révèle que son article ne concerne que la vaccination contre « les principales maladies infectieuses et tropicales susceptibles d’amplifier ou d’exacerber une crise d’insécurité alimentaire imminente ».

Plus précisément, « l’ankylostomiase humaine, la schistosomiase et le paludisme, ainsi que deux infections bactériennes entériques - shigellose et ST-ETEC - et la tuberculose » sont visés.

Peter Hotez révèle à la fin de sa missive qu’il « est un inventeur sur des brevets non générateurs de revenus pour des vaccins contre l’ankylostome et la schistosomiase. Ces vaccins sont en phase 1-2 d’essais cliniques grâce aux activités du Texas Children’s Hospital CVD, un partenariat de développement de produits à but non lucratif, grâce à des subventions gouvernementales et philanthropiques. »

Finalement, il admet dans la dernière section de son écrit : « bien qu’il ne soit peut-être pas possible d’éviter une catastrophe alimentaire imminente, il existe des options pour accélérer les vaccins contre la malnutrition afin de réduire son impact. »

Rédacteur Fetty Adler
Collaboration Jo Ann

Source : Global Famine? No Worries. We’ll Vaccinate Our Way Out of It.

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.