Press "Enter" to skip to content

Monde. Un nouveau service Apple pourrait changer votre façon de lire les actualités

ACTUALITÉ > Monde

Apple se préparerait à lancer un service de nouvelles payant par abonnement, ce qui inquiète certains grands éditeurs de nouvelles. La société demande une quote-part de 50 pour cent du coût de l'abonnement, une demande que de nombreux éditeurs estiment injustifiée.

Service de nouvelles

Le service d’Apple intervient à un moment où la société fait face à une baisse des ventes d’iPhone. Une fois lancé, il devrait attirer des millions d'abonnés et constituer une nouvelle source de revenus pour le géant de la technologie. Le service d'informations est estimé à environ 10$ par mois et agira comme un regroupement de nouvelles de diverses sources pour l'utilisateur.

Cependant, la répartition des revenus 50/50 proposée par Apple met apparemment les éditeurs mal à l'aise en matière de partenariat. Comme le service agit comme un fédérateur, les éditeurs devront se faire concurrence pour obtenir un maximum de visibilité. La répartition des revenus entre les éditeurs sera décidée en fonction du trafic généré par leurs articles. Plus le nombre d'éditeurs est élevé, plus les revenus qu'ils sont tenus d'obtenir sont faibles.

Les éditeurs qui gagnent déjà des revenus grâce aux abonnements craignent également que l'abonnement au service d'Apple n'incite leurs propres abonnés à les abandonner. Après tout, lorsqu'un utilisateur peut accéder à des dizaines d'éditeurs pour 10$ par mois, pourquoi gaspiller de l'argent pour avoir accès au contenu publié par une seule agence de presse?

«La plupart des sites facturent 9,99$ ou plus par mois pour l'accès à leurs articles. Le New York Times fixe le prix de ses abonnements de base à 15$ par mois, le Washington Post à 10$ par mois et le Wall Street Journal à 39$ par mois. Le fait de fournir des abonnements par l'intermédiaire d'Apple pourrait faire basculer les abonnés actuels, ce qui entraînerait une baisse des revenus», selon MacRumors.

 

Le service d'Apple intervient à un moment où l'entreprise est confrontée à une baisse des ventes d'iPhone. (Image: StockSnap/ Pixabay)

 

De plus, rejoindre le service d'Apple signifierait investir dans de nouveaux employés, l'intégration de produits, la gestion du service client, etc. S'attendre à ce que les éditeurs dépensent de l'argent pour de telles choses alors qu'ils ne leur promettent qu'une petite partie des revenus semble un peu excessif.  

«Un monde dans lequel les éditeurs doivent céder la moitié de leurs revenus à Apple est tout aussi inquiétant qu'un monde dans lequel les éditeurs sont totalement dépendants des algorithmes de recommandation des réseaux sociaux. Dans les deux cas, la distribution est artificiellement limitée et taxée par des plates-formes qui ne s'intéressent que de manière passagère au bien commun», selon The Verge.

Nouveaux modèles opérationnels

Le modèle de rassemblement d'informations d'Apple pourrait également entraîner un énorme changement dans le mode de fonctionnement des différents médias. D'une part, le nom de l'éditeur devient moins pertinent. Puisque l'utilisateur va faire défiler le service d'Apple à la recherche de nouvelles intéressantes, il cliquera sur le titre de son choix.  

 

Un nouveau service Apple pourrait changer votre façon de lire les actualités
Les agences aux modèles opérationnels allégés bénéficieront grandement du service de nouvelles d'Apple. (Image: PhotoMIX-Company/Pixabay)

 

«La seule façon de gagner sur ce terrain de jeu compétitif est de générer des reportages et des publications extrêmement efficaces. La plate-forme d'abonnement d'Apple ne sera pas favorable aux publications établies, qui insistent pour suivre des stratégies pré-Internet de contenu à large base, en tentant d'attirer tout le monde. Mais il se peut qu'il s'agisse d'une occasion de récompenser des reportages solides et opportuns qui plaisent à des auditoires définis et qui écrasent toute compétition», selon The National. Bref, les grandes publications comme The New York Times et The Guardian devront désormais rivaliser avec des agences de presse locales plus petites sur une base commune de rassemblement d'informations.