Press "Enter" to skip to content

Monde. Trump dénonce les fraudes et irrégularités électorales

ACTUALITÉ > Monde

Donald Trump : « C’est peut-être le discours le plus important que j’aie jamais prononcé »

 

Le président Donald Trump a prononcé mercredi 2 décembre un discours à la nation pour dénoncer «  les énormes fraudes et irrégularités commises lors des élections » du 3 novembre. (Image : Capture d’écran / Twitter)
 

Le président Donald Trump a prononcé mercredi 2 décembre un discours à la nation pendant 46 minutes pour dénoncer «  les énormes fraudes et irrégularités commises lors des élections » du 3 novembre. 

« C’est peut-être le discours le plus important que j’aie jamais prononcé », a souligné Donald Trump tout au début de son discours. Auparavant on disait « le jour des élections », et maintenant « nous avons des jours, des semaines et des mois d’élections », pour « exercer notre plus grand privilège, le droit de vote ».

Le président Donald Trump s’est montré déterminé à « protéger » le système électoral américain en présence des « attaques coordonnées » de diverses parts. « En tant que président, j’ai le devoir supérieur de défendre les lois et la Constitution des Etats-Unis ».

Il est revenu sur la déclaration prématurée de la victoire de son « adversaire ». « Nous avons assisté à un effort orchestré pour annoncer le vainqueur » a-t-il dit , alors que de plusieurs Etats clés des élections étaient encore en train de compter les voix.

« Le processus constitutionnel doit pouvoir se poursuivre » a-t-il prévenu, « en veillant à ce que chaque bulletin légal soit compté et qu’aucun bulletin illégal ne soit pris en compte ».

L’escroquerie au vote par correspondance

Parmi des irrégularités et abus électoraux, Donald Trump a dénoncé le système de vote par correspondance en mentionnant qu’il est « corrompu », car il a permis d’ouvrir « les portes à une fraude massive ». Il a expliqué comment le vote par correspondance a permis aux démocrates de « modifier les votes », plus spécifiquement dans les Etats clés où les républicains étaient en tête et où leur victoire était indispensable.

La fraude s’est produite à « une échelle jamais vu auparavant », car « sous prétexte de la pandémie », provenant du virus chinois, a-t-il rappelé, les procédures électorales ont été changées sous « l’impulsion des politiciens et des juges démocrates » avant l’élection. « Des dizaines de millions de bulletins de vote » ont été envoyés par la poste « à chaque personne inscrite sur leurs listes électorales » sans distinction « si ces personnes ont demandé des bulletins ou non, si elles étaient mortes ou vivantes ». « Ce qui s’est passé » n’est en accord ni avec les règles constitutionnelles ni avec les règles juridiques et le président a promis de poursuivre ces actes frauduleux en justice.

Électeurs illégaux

Le président Donald Trump a également rappelé que « les listes électorales sont remplies de personnes qui n’ont pas le droit de vote, y compris celles qui sont décédées, qui ont quitté leur État, et même les non-citoyens » qui ne disposent pas de droit de vote. Pourquoi ne conteste t-on pas alors ces « registres truffés d’erreurs, de mauvaises adresses, de doublons… ? » s’est-il interrogé. Le président a cité pour exemple les 67 comtés du Michigan où il y avait « plus d’électeurs inscrits sur les listes électorales que de citoyens en âge de voter » ou celui de Wisconsin où « le comité électoral de l’État n’a pas pu confirmer la résidence de plus de 100 000 personnes, mais a refusé de retirer ces noms de ses listes électorales avant l’élection ».

Le Président a ajouté que plusieurs Etats clés ont « permis à n’importe qui d’obtenir un bulletin de vote par correspondance et de voter sans vérification de la signature, de la résidence ou l’identité de l’électeur ».

Pour montrer la mécanique de déversement massif de votes, le président Donald Trump a donné l’exemple de Wisconsin. Dans le Wisconsin les républicains était en « avance considérable » le soir des élections, a-t-il dit, puis « ils nous ont finalement fait perdre miraculeusement 20 000 voix » pour renverser le résultat. « Je suis passé d’une avance considérable à une petite défaite ». « Si nous avons gain de cause sur la fraude, Joe Biden ne peut pas être président », a affirmé le Président.

Votes frauduleux

Dans certains Etats, la différence entre les deux candidats se joue à « des centaines de milliers de votes ». « Nous parlons de chiffres que personne n’a jamais vus auparavant », a-t-il relevé. « Dans certains Etats, si nous étions en dessous de 7 000 votes, nous trouvions plus tard 20 000, 50 000, 100 000, 200 000 divergences ou votes frauduleux ». Il en ressort qu’« un grand nombre de bulletins de vote par correspondance ont été traités illégalement », certains observateurs républicains étant contraints de quitter les bureaux de vote.

Il y eu aussi des citoyens qui sont venus au bureau de vote le 3 novembre, mais qui n’ont pas pu exercer leur droit de vote, car leur bulletin était déjà parvenu par correspondance, donc il n’ont pas pu voter, pourtant ils n’avaient pas voté par correspondance. « Cela s’est produit des dizaines de milliers de fois dans tout le pays » a affirmé le président Donald Trump.

Il y a eu aussi de nombreux électeurs qui ont reçu deux bulletins de vote par la poste ou ceux qui ont reçu des bulletins de vote par la poste dont ils n’ont jamais fait la demande, ou encore les nombreux électeurs qui ont reçu des bulletins déjà remplis. Selon des témoins, a rapporté Donald Trump, « des milliers et des milliers de bulletins ont été antidatés », car reçus après la date limite, ou certains agents électoraux comptaient « plusieurs fois des lots de mêmes bulletins ». Certains ont témoigné d’avoir vu « des boîtes de bulletins de vote, portant toutes la même signature ». D’autres ont parlé d’un lot de dizaines de milliers de bulletins de vote dont beaucoup « sans enveloppe, tous votant pour les démocrates ».

Dominion sur la sellette

Le président Donald Trump a suggéré de regarder qui dirige et qui sont les actionnaires de l’entreprise Dominion Voting Systems, fournisseur des systèmes utilisés par les machines à voter aux Etats-Unis, pour comprendre comment les votes sont comptés. « En tournant un cadran ou en changeant une puce, vous pouvez appuyer sur un bouton pour Trump et le vote va à Biden. Quel genre de système est-ce alors ? » s’est interrogé le Président en proposant de passer au papier pour voter. L’équipe du Président a découvert que « dans un comté du Michigan qui utilisait les systèmes du Dominion, ils ont constaté près de 6 000 votes qui avaient été transférés " par erreur " de Trump à Biden ». Il y a des milliers d’autres exemples et « ce n’est que la partie visible de l’iceberg ».

Selon le Président, « 96% des donations politiques à destination de la société Dominion Voting System proviennent des Démocrates ». « Dominion est un désastre », a affirmé Donald Trump en citant l’exemple des autorités électorales du Texas qui ont dû bloquer « à plusieurs reprises le déploiement des systèmes Dominion en raison de préoccupations concernant les vulnérabilités de sécurité et le risque d’erreurs et de fraude pure et simple ».

En s’appuyant sur les statistiques, le Président Trump a réaffirmé : « Nous avons remporté sans conteste » l’élection avec « les républicains qui ont remporté presque tous les sièges des États américains ».

Recomptage de votes

Concernant le recomptage de votes en Géorgie, ce recomptage « ne veut rien dire parce qu’ils ne veulent pas vérifier les signatures » a estimé le Président, car sans vérification de correspondance des signatures « ce décomptage n’a pas de valeur ». « Les signatures sur les enveloppes sont la seule chose qui compte » pour Donald Trump. Si « nous comparons la signature sur l’enveloppe aux signatures des élections passées, nous constaterons que plusieurs milliers de personnes ont signé ces bulletins de vote illégalement ».

Quelle est la raison pour laquelle « la machine politique démocrate corrompue s’opposerait à la transparence lors du décompte des votes ? ». « C’est parce qu’ils savent qu’ils cachent des activités illégales », a répondu le Président.

En considérant que « des millions de votes ont été exprimés illégalement dans les États clés », le Président Trump considère alors que ces résultats « doivent être annulés, et ceci immédiatement ». Sinon, cela veut dire que « nous acceptons un précédent, et que nous venons d’élire un président dont les votes étaient frauduleux ».

« Nous ne pouvons pas laisser cela se produire », a affirmé Donald Trump. « Il faut renverser l’élection, et tout le monde le sait… ils ont vu les preuves ». La « Cour suprême des Etats-Unis verra » et « j’espère qu’ils feront ce qui est bon pour notre pays ».

 

Dénigrement orchestré

Les principaux médias américains « le savent aussi, mais ils ne veulent pas en parler », a fait valoir Donald Trump. « En fait, ils refusent carrément d’en faire la couverture, parce qu’ils connaissent le résultat s’ils le font ». Le Président est revenu sur le traitement que les médias lui ont réservé depuis quatre ans, visant à le dénigrer, disant : « Même ce que je dis maintenant sera rabaissé et dénigré, mais ce n’est pas grave. Je continue d’avancer, parce que je représente 74 millions de personnes, et en fait, je représente aussi toutes les personnes qui n’ont pas voté pour moi ».

Le Président Trump a affirmé que « l’escroquerie au vote par correspondance est la dernière partie de leur effort ( des démocrates) de quatre ans pour renverser les résultats des élections de 2016, et c’est comme si on vivait en enfer. Nos adversaires ont prouvé à maintes reprises qu’ils sont prêts à dire et à faire n’importe quoi pour revenir au pouvoir ».

Les enquêtes multiples, les mandats de perquisition, les mises en accusation… toutes les actions menées à l’encontre du président Trump n’ont pas cessé depuis son élection, mais il est sorti « gagnant ». « Tous cherchent à me faire tomber ». « Je les ai toutes gagnées, je les ai toutes battues », s’est-il félicité. Au sujet des collusions de Donald Tump avec la Russie, il a mentionné la déclaration du sénateur Marco Rubio, le chef de la commission sénatoriale du renseignement : « La commission n’a trouvé aucune preuve que le candidat de l’époque, Donald Trump, ou sa campagne, ait été de connivence avec le gouvernement russe ».

En considérant ce « désir de nuire au président des Etats-Unis, quelque chose devait se produire », a indiqué Donald Trump. « Les preuves sont accablantes » concernant la fraude électorale, a-t-il insisté, et « il reste encore beaucoup de temps pour certifier le vrai gagnant de l’élection ».

Une fraude généralisée

Le Président Donald Trump a présenté plusieurs exemples de fraudes et irrégularités qui ont eu lieu en Pennsylvanie, Arizona, Géorgie ou encore dans le Wisconsin, « les États que je devais gagner ».

Dans le Wisconsin on comptait environ 70 000 personnes qui avaient un statut réservé aux handicapés en 2019, alors que cette année le nombre d’électeurs a atteint « miraculeusement » près de 250 000, car certains se sont inscrits de façon illégale. En Géorgie, les témoins ont vu d’« innombrables bulletins de vote irréguliers sans les plis ou les marques typiques, indiquant que les bulletins ne sont pas arrivés dans les enveloppes comme prévu ».

En Arizona, « les électeurs qui sont venus en personne » pour voter ont eu « des messages d’erreurs des machines » lors de l’émargement et ont été « invité à appuyer sur un bouton qui a eu pour conséquence que leurs votes n’ont pas été comptés ». De plus, certains « bulletins de vote par correspondance avaient été volés dans des boîtes aux lettres et cachés sous des éboulis », selon l’annonce du procureur général. On a aussi vu les bulletins de vote avec « des signatures intentionnellement incorrectes ».

En Pennsylvanie, « les exigences de vérification des signatures ont été abolies quelques semaines avant l’élection » par le secrétaire d’État et la Cour suprême de l’État ce qui est en « violation de la loi de l’État », car « cela doit être approuvé par le pouvoir législatif », a rappelé Donald Trump.

En considérant « le taux de rejet extraordinairement bas des bulletins de vote par correspondance dans des nombreux États clés », on peut considérer qu’il s’ agit d’une « fraude généralisée », a admis le Président Trump. Certaines de ces « irrégularités sont inexplicables, à moins d’un effort délibéré pour accepter des bulletins inéligibles ou des bulletins frauduleux ».

« Les efforts des démocrates pour étendre le vote par correspondance ont jeté les bases de la fraude systématique et généralisée qui s’est produite lors de cette élection ». Il s’agit d’« une fraude comme cela n’a jamais été vu auparavant », a déclaré Donald Trump.

« Il s’agit d’une élection pour la plus haute fonction dans le plus grand pays de l’histoire du monde ». Il est nécessaire de vérifier les signatures sur les enveloppes de bulletins de vote par correspondance, c’est ainsi que l’on pourra « restaurer la confiance dans les élections américaines ».

« Il s’agit de notre démocratie et des droits sacrés pour lesquels des générations d’Américains se sont battus, ont versé leur sang et sont morts. Rien n’est plus urgent ni plus important ».

« Si nous n’éliminons pas la fraude… qui a eu lieu lors de notre élection de 2020, nous n’avons plus de pays. Avec la détermination et le soutien du peuple américain, nous allons restaurer l’honnêteté et l’intégrité de nos élections. Nous allons restaurer la confiance dans notre système de gouvernement », a conclu le président Trump.

Donald Trump a terminé le plus important discours de sa présidence par le traditionnel « Que Dieu vous bénisse ! Que Dieu bénisse l’Amérique ! »

Version du discours intégral en français par @brunolp30 : https://vk.com/doc622964491_582351039?hash=bef6c908b7bc0aea39