Press "Enter" to skip to content

Monde. Le tir d’un missile antisatellite russe met en danger l’ISS

ACTUALITÉ > Monde

Le 15 novembre, le commandement spatial américain a révélé qu’au cours du week-end, un « événement générateur de débris » rare et potentiellement dangereux avait eu lieu. Washington a ensuite condamné le tir d’un missile antisatellite par la Russie.

Dans une déclaration à Fox News, le commandement spatial américain a déclaré qu’il était « au courant d’un événement générant des débris dans l’espace », ajoutant : « nous travaillons activement à la caractérisation du champ de débris et continuerons à veiller à ce que toutes les nations spatiales disposent des informations nécessaires pour manœuvrer les satellites s’ils sont touchés ».

Le champ de débris a été généré par la destruction d’un ancien satellite soviétique par la Russie. Les astronautes présents à bord de l’ISS ont dû se réfugier dans les vaisseaux d’évacuation d’urgence jusqu’à ce que le champ de débris puisse être analysé et qu’il soit possible de déterminer si les débris constituent ou non une menace pour l’ISS et ses occupants.

L’agence spatiale russe Roscosmos a déclaré : « l’orbite de l’objet, qui a contraint l’équipage (de l’ISS) à se rendre aujourd’hui dans le vaisseau selon les procédures, s’est éloignée de l’orbite de l’ISS. »

Le satellite visé serait le satellite Cosmos 1408, un ancien satellite soviétique de renseignement électronique lancé en septembre 1982 et qui ne serait plus opérationnel depuis un certain temps.

Jonathan McDowell, astrophysicien au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, a déclaré au journal The Guardian que l’essai pourrait avoir généré des éclats d’obus, trop petits pour être visibles au radar, qui pourraient se compter par centaines de milliers. « Au total, l’explosion a probablement augmenté le nombre de débris (en orbite autour de la terre) d’environ 10% », a-t-il indiqué.

« Ce n’est pas une augmentation énorme, mais c’est inquiétant. Nous avons un problème avec les débris spatiaux. Il ne faut donc pas en créer délibérément davantage », a-t-il déclaré au journal The Guardian.

Une estimation réalisée en janvier 2019, a évalué le nombre de débris spatiaux orbitant autour de la terre à plus de 128 millions pour une taille inférieure à 1 cm, à environ 900 000 pour une taille comprise entre 1 cm et 10 cm et à environ 34 000 pour une taille supérieure à 10 cm.

Les débris spatiaux proviennent de satellites morts, comme celui abattu par la Russie, ainsi que de vaisseaux spatiaux morts, de boosters mis au rebut et même d’anciennes armes antisatellites lancées dans les années 1960 et 1970.

Jonathan McDowell a déclaré au journal : « On craint vraiment que l’espace ne devienne un véritable problème environnemental. L’activité commerciale n’est pas réglementée de manière adéquate… Cela se produit plus rapidement que la réglementation. Il s’agit principalement des États-Unis et de l’Europe, mais même la Chine commence à avoir un véritable secteur spatial commercial. C’est un peu le Far West là-bas ».

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.