Press "Enter" to skip to content

Monde. La dépendance de l’industrie pharmaceutique vis à vis de la Chine

ACTUALITÉ > Monde

Tout un éventail de pilules. (Image : Taki Steve / Flickr / CC BY 2.0)
 

Une dépendance excessive à l’égard de la Chine pour la fabrication d’ingrédients pharmaceutiques actifs (API) et de produits médicaux finis a rendu les États-Unis et d’autres pays occidentaux vulnérables aux ruptures d’approvisionnement.

Ce problème est bien connu des législateurs depuis des années, mais la pandémie mondiale a accéléré les choses et mis la question au premier plan.

Le peuple américain a pris douloureusement conscience de cette situation défavorable au début de l’année dernière, lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé de plein fouet, créant des pénuries de ventilateurs et d’équipements de protection individuelle (EPI) indispensables. Une législation a récemment été proposée, encourageant les entreprises pharmaceutiques américaines à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement, afin de réduire le risque inhérent à la dépendance vis-à-vis des fournisseurs d’un seul pays pour fabriquer des ingrédients cruciaux pour la santé et le bien-être de la nation.

Risques liés à l’importation de médicaments provenant de Chine

Les entreprises pharmaceutiques choisissent d’importer des API et des médicaments de Chine, pour profiter du faible coût de la main-d’œuvre et du laxisme des lois environnementales. L’absence de réglementation et d’application des lois signifie également que les conditions dans lesquelles les API et les médicaments sont produits peuvent donner lieu à des produits de qualité inférieure avec une possible contamination. Cela a été le cas en 2018 lorsque le losartan, un médicament contre la tension artérielle, s’est avéré être contaminé avec des substances cancérigènes. Zhejiang Huahai Pharmaceutical, le fournisseur des API utilisés dans le losartan, avait effectué en 2011 un changement dans le traitement, ce qui a entraîné la formation d’impuretés. Ces impuretés n’ont pas été correctement traitées par l’entreprise, bien qu’elle ait continué à produire des API pour des clients du monde entier.

Le nombre restreint d’inspecteurs de la FDA (Food and Drug Administration) évaluant les installations de fabrication des API et des médicaments en Chine est un facteur qui entrave la détection rapide des contaminants. L’absence d’étiquetage indiquant le pays d’origine exacerbe le problème. Un médicament provenant de Chine et contenant des contaminants connus, ne peut donc pas être isolé par les hôpitaux et les prescripteurs et remplacé par son équivalent non contaminé fabriqué dans un autre pays.

Comme de nombreuses industries en Chine, l’industrie pharmaceutique bénéficie d’un soutien de l’État sous forme de subventions, ce qui lui confère un avantage concurrentiel. Cet avantage économique lui permet d’accroître sa part de marché en évinçant ses concurrents, faisant ainsi courir aux consommateurs le risque d’être contaminés par des médicaments défectueux. Les consommateurs de ces médicaments défectueux incluent les américains, mais aussi les citoyens chinois, car la Chine exclut généralement la concurrence étrangère sur son marché intérieur pour les produits pharmaceutiques. Les fabricants étrangers qui pénètrent sur le marché sont souvent confrontés à des vols de propriété intellectuelle, car des contrefaçons peuvent être produites et distribuées dès qu’un nouveau médicament est introduit. Ils doivent également faire face à de longs délais d’approbation par la China Food and Drug Administration.

Les législateurs tirent la sonnette d’alarme

En août 2020, le sénateur américain Marco Rubio et la sénatrice Elizabeth Warren ont proposé un projet de loi visant à sécuriser la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique américaine.

 

En août 2020, le sénateur américain Marco Rubio et la sénatrice Elizabeth Warren ont proposé un projet de loi visant à sécuriser la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique américaine. (Image : Gage Skidmore / Flickr / CC BY-SA 2.0)
En août 2020, le sénateur américain Marco Rubio et la sénatrice Elizabeth Warren ont proposé un projet de loi visant à sécuriser la chaîne d’approvisionnement pharmaceutique américaine. (Image : Gage Skidmore / Flickr / CC BY-SA 2.0)
 

La dépendance de l’Amérique vis-à-vis des médicaments fabriqués en Chine n’est pas passée inaperçue aux yeux des législateurs. Avant même que la pandémie de Covid-19 ne montre à quel point les chaînes d’approvisionnement pouvaient être vulnérables, la question de l’approvisionnement en médicaments a été discutée. En juillet 2019, la Commission d’examen de l’économie et de la sécurité des États-Unis et de la Chine a tenu des audiences sur la question afin d’examiner l’état actuel de la dépendance des États-Unis à l’égard des produits pharmaceutiques fabriqués en Chine.

L’administration actuelle a émis des ordres exécutifs pour étudier la question en détail afin que des recommandations de solutions puissent être proposées pour assurer la sécurité lors de catastrophes et de différends avec la Chine. Le soutien bipartisan à l’étude de la chaîne d’approvisionnement actuelle et les propositions de loi visant à réduire la dépendance vis-à-vis de la Chine pour les médicaments ont gagné en popularité.

Solutions à la dépendance à l’égard des produits pharmaceutiques chinois

Il existe plusieurs recommandations pour réduire les risques liés à la chaîne d’approvisionnement. L’approvisionnement en produits issus de différents pays réduit les risques de contamination et offre des alternatives lorsqu’un fournisseur est compromis. L’étiquetage du pays d’origine pour les produits permettrait aux professionnels de la santé et aux distributeurs de retirer rapidement les médicaments contaminés des rayons. Le « nearhoring », c’est-à-dire le fait de travailler avec des pays partenaires ayant de bonnes relations plus près de chez soi, minimise le risque de perte d’approvisionnement en cas de catastrophe mondiale.

En outre, le fait de déplacer la production vers des sites à l’intérieur du pays permettrait d’éviter les pénuries pouvant résulter de la détérioration des relations avec d’autres nations. Bien que les coûts de fabrication des médicaments aux États-Unis puissent être prohibitifs en raison du coût élevé de la main-d’œuvre, certaines entreprises et organisations envisagent de délocaliser la fabrication de produits pharmaceutiques. Phlow, une entreprise pharmaceutique basée à Richmond, en Virginie, cherche à utiliser la technologie pour changer le mode de fabrication des médicaments et réduire les coûts de production.

Traduit par Fetty Adler

Version en anglais : Minimizing US Reliance on China for Pharmaceuticals