Press "Enter" to skip to content

Monde. Le dérèglement du jet stream est-il à l’origine de la vague de chaleur en Amérique du Nord et des inondations en Chine et en Allemagne ?

ACTUALITÉ > Monde

Au cours des dernières semaines, certaines régions d’Amérique du Nord, d’Europe et de Chine ont été soumises à de fortes intempéries. L’ouest des États-Unis et le Canada ont été frappés par une vague de chaleur intense qui a endommagé les routes et les infrastructures ferroviaires, et des centaines de décès ont été signalés. Ces phénomènes seraient liés au dérèglement du jet stream ou courant-jet.

En Europe, plusieurs pays, dont l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas, ont été touchés par de fortes précipitations et des inondations. En Chine, des inondations ont ravagé plusieurs régions de la province du Henan, affectant des millions de personnes. Les phénomènes météorologiques catastrophiques qui ont touché l’Amérique du Nord, la Chine et l’Europe ont tous un point commun : le jet stream.

Le jet stream

À environ 8 à 10 km au-dessus de la surface de la terre, il existe un noyau de vents forts appelé jet stream, qui souffle d’ouest en est. Ces courants d’air sont créés par l’air froid du pôle Nord qui se heurte à l’air chaud tropical, créant des phénomènes comme la pluie, les tempêtes et les sécheresses. Le jet stream circule à haute altitude au-dessus de la terre et provoque des changements dans le vent et la pression à cette altitude.

« Cela affecte les choses plus proches de la surface, comme les zones de haute et de basse pression, et contribue donc à façonner le temps que nous voyons. Parfois, comme dans le cas d’une rivière qui se déplace rapidement, le mouvement du jet stream est très droit et régulier. Cependant, son mouvement peut se plier et faire des boucles, comme les méandres d’une rivière. Cela ralentit les choses, rendant le mouvement des zones de basse pression moins prévisible », selon le Met Office.

Le temps dans les zones de haute pression a tendance à être clair et stable, comparé aux régions de basse pression, où le temps est susceptible d’être nuageux et orageux. Comme les zones de haute pression ont une atmosphère épaisse, les vents soufflent vers l’extérieur et l’air s’enfonce lentement vers le bas. Par conséquent, les nuages et les précipitations sont rares car ils dépendent de l’air ascendant pour la condensation.

En revanche, les zones de basse pression ont une atmosphère mince, ce qui fait que les vents soufflent vers l’intérieur de ces régions. Par conséquent, l’air s’élève vers le haut, produisant de la condensation et des tempêtes. Un jet stream puissant peut influer sur la force d’une région de basse pression en aspirant l’air vers le haut, ce qui fait baisser encore plus la pression et crée un temps plus orageux.

Catastrophes

« Le jet stream est à l’origine du temps - il le crée et le dirige… Parfois, le jet stream adopte un modèle très alambiqué. Lorsque nous le voyons faire de grands écarts vers le nord et de grands écarts vers le sud, nous savons que nous allons assister à des conditions météorologiques inhabituelles », a déclaré à Bloomberg, Jennifer Francis, scientifique principale au Woodwell Climate Research Center.

C’est ce qui s’est passé avec les inondations en Allemagne. Un système de basse pression s’était positionné sur la région occidentale, ce qui a généré de fortes précipitations pendant deux jours. Par la suite, les rivières ont débordé, inondant les villes et causant d’énormes dégâts. Plus de 170 personnes ont été tuées, et des centaines sont portées disparues.

En Chine, dans la ville de Zhengzhou, province du Henan, une tempête de pluie a généré en seulement trois jours des précipitations équivalentes à celles d’une année. Le département météorologique du pays a attribué cette tempête de pluie à des blocs de haute pression durables.

Ces blocs de haute pression, associés au typhon In-fa, ont poussé la vapeur d’eau de la mer vers la région. La vapeur d’eau s’est ensuite élevée, s’est refroidie et est revenue sous forme de pluie. Michael Mann, professeur de sciences atmosphériques à l’université d’État de Pennsylvanie, estime que la situation dans l’atmosphère pourrait être due à l’affaiblissement du jet stream.

En Amérique du Nord, un système de haute pression a frappé la région en juin. Le fait que la région soit déjà sèche a exacerbé la situation. La sécheresse extrême qui a sévi dans les régions du nord-ouest du continent a fini par créer une bulle d’air chaud dans l’atmosphère. Certaines parties du Canada et de l’Amérique ont signalé des incendies de forêt, et la consommation d’énergie a bondi car les gens ont commencé à utiliser davantage les climatiseurs.

Les événements climatiques extrêmes survenus en Amérique du Nord, en Chine, en Europe, en Russie et dans d’autres pays ont fait prendre conscience à certains scientifiques que les modèles climatiques existants étaient peut-être en train de devenir obsolètes.

Dans une interview accordée au Financial Times, Michael Mann, directeur du Earth System Science Center de l’université d’État de Pennsylvanie, a souligné que les modèles climatiques actuels ne reproduisent pas fidèlement le comportement du jet stream. Il a averti que l’augmentation des événements météorologiques extrêmes « dépasse » les prévisions.

« Je pense que je parlerais au nom de nombreux climatologues en disant que nous sommes un peu choqués par ce que nous voyons… Il y a un changement spectaculaire dans la fréquence à laquelle les événements [météorologiques] extrêmes se produisent », a déclaré au média Chris Rapley, professeur de science du climat à l’University College London.

Rédacteur Fetty Adler

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.