Press "Enter" to skip to content

Chine. Le vice-président de Facebook admet le biais des vérificateurs de faits

ACTUALITÉ > Chine

Selon le compte-rendu d’une réunion entre le vice-président de Facebook Nick Clegg et un membre de la Commission européenne, le responsable de Facebook a reconnu que les censeurs et les vérificateurs de faits du monolithe peuvent être biaisés et poursuivre leurs propres programmes politiques.

Les rapports du Daily Mail indiquent que Nick Clegg, qui est également l’ancien vice-premier ministre du Royaume-Uni, a fait ces remarques à la vice-présidente de la CE, Vera Jourova, lors d’une réunion tenue en novembre sur la façon dont Facebook « a contrecarré la désinformation lors de l’élection présidentielle américaine de 2020 ».

En 2016, Facebook a introduit des mesures de vérification des faits, affirmant avec audace que son incapacité à réprimer les fausses informations a conduit à l’élection de l’ancien président américain Donald Trump.

En théorie, les mesures de vérification des faits sont destinées à profiter au public, car les utilisateurs peuvent alerter Facebook du contenu qu’ils pensent être de « fausses nouvelles ». Les critiques, cependant, n’étaient pas si sûres, avertissant que Facebook s’appuierait sur des vérificateurs de faits de gauche et que le projet serait un « désastre ».

Les nombreuses irrégularités résultant de l’initiative de vérification des faits de Facebook ont amené les utilisateurs à signaler ce qu’ils estiment être un parti pris flagrant. Les critiques ont fusé dans le monde entier, les gens accusant la société de censurer des informations valables tout en supprimant la liberté d’expression. Facebook a riposté dans une réfutation d’un article cinglant du Wall Street Journal, en déclarant : « Si quelqu’un estime que la vérification des faits est inappropriée, il peut porter plainte, et le vérificateur des faits a la liberté de modifier l’étiquette s’il y a un avantage. »

Cette année, un sujet brûlant circulant parmi les internautes s’est concentré sur la pandémie de SRAS-CoV-2, les vaccins et le débat pour savoir si la Covid-19 était naturelle ou issue de l’Institut de virologie de Wuhan . Par la suite, Facebook a annoncé, le 8 février, qu’il supprimerait les « fausses allégations » concernant le SRAS-CoV-2 après une reprise de la couverture grand public sur la possibilité que le coronavirus qui cause la Covid-19 ait pu s’échapper du laboratoire de recherche biologique de haute sécurité de Wuhan, en Chine.

Puis, dans un revirement soudain, la société a déclaré le mois dernier qu’elle ne censurerait plus et ne mettrait plus d’étiquettes d’avertissement sur de tels messages. La volte-face est intervenue après que le président Joe Biden a ordonné une enquête sur ces allégations.

Autre exemple : dans un article du 16 mai publié dans le Wall Street Journal, le physicien Steven E. Koonin a critiqué Facebook pour avoir diffusé de la désinformation sous couvert de vérificateur de faits. Les censeurs de Facebook n’ont pas osé critiquer directement Unsettled, le livre de 75 000 mots de Steven E. Koonin sur le CO2, mais ont critiqué 900 mots de l’ examen de Mark Mills à la place, qui, selon Steven E. Koonin, a injustement affecté la crédibilité de son livre.

Un autre exemple est celui d’une société appelée Lead Stories, une société de surveillance embauchée par Facebook, qui effectue régulièrement des travaux de consultation pour TikTok, qui appartient à son tour à ByteDance, une entreprise étroitement liée au Parti communiste chinois (PCC.)

Et dans un autre rapport de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI) l’année dernière, intitulé Mapping More of China’s Tech Giants : AI and Surveillance , l’ASPI a découvert que ByteDance « collaborait activement avec les bureaux de sécurité publique dans toute la Chine, y compris au Xinjiang » pour diffuser la propagande du PCC dans la région où des millions de Ouïghours sont impitoyablement persécutés.

L’ASPI a également signalé que TikTok avait demandé à ses employés de censurer les vidéos contenant des informations concernant le Falun Gong, le massacre de la place Tiananmen et le mouvement indépendantiste tibétain.

Facebook justifie son utilisation de vérificateurs de faits, affirmant que l’International Fact-Checking Network (IFCN), un réseau composé de 80 organisations dans le monde, dont trois au Royaume-Uni, ne sert qu’à signaler de fausses informations, assurant un discernement impartial.

Pourtant, le compte-rendu de la réunion entre Nick Clegg et Vera Jourova révèle clairement que Nick Clegg est tout à fait conscient que ceux qui font le travail de surveillance pourraient être biaisés. Il y est inscrit que : « (M. Nick Clegg) a également souligné que les vérificateurs de faits indépendants ne sont pas nécessairement objectifs car ils ont leur propre agenda. »

Dans une déclaration, Facebook a répondu pour défendre son vice-président, disant que Nick Clegg a seulement décrit « l’un des avantages d’avoir une gamme de partenaires indépendants de vérification des faits est d’apporter une variété des spécialités depuis différents pays et domaines. »

L’ancien ministre britannique David Jones a également commenté la déclaration de Nick Clegg au Daily Mail, déclarant qu’elle était « profondément inquiétante ». David Jones a ajouté : « Cet aveu détruit complètement la crédibilité même des procédures de Facebook. »

« Cela n’offre aucun droit de recours aux organisations de presse lorsqu’on les censure, même si Facebook a agi sur les conseils de vérificateurs de faits qui sont motivés par " leur propre agenda ". »

Les algorithmes sophistiqués de Facebook peuvent déclasser de telles histoires qui finissent par disparaître complètement du site.

Rédacteur Gabriel Olamsaint

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.