Press "Enter" to skip to content

Chine. Les coupures d’électricité, les pénuries de charbon et la panne d’Evergrande menacent l’économie chinoise

ACTUALITÉ > Chine

La Chine est confrontée à une crise énergétique aiguë, quelque chose qui peut avoir un impact sévère sur l’une des plus grandes économies du monde et un centre manufacturier mondial de premier ordre. La crise de l’électricité a été déclenchée par au moins trois facteurs : des objectifs stricts de réduction d’émissions de carbone, la flambée des prix du charbon et du gaz et une demande croissante d’électricité.

Des objectifs stricts de réduction d’émissions de carbone

L’année dernière, le président chinois Xi Jinping a annoncé aux Nations unies que la Chine communiste réduirait les émissions de dioxyde de carbone par unité de PIB de plus de 65 % par rapport aux niveaux de 2005. L’objectif doit être atteint d’ici 2030. Xi Jinping s’est engagé à investir davantage dans les capacités d’énergies renouvelables. La Chine avait promis de réduire son intensité énergétique d’environ 3% cette année dans le cadre de son engagement envers les objectifs climatiques.

Au cours des six premiers mois de 2021, seules 10 des 20 régions de Chine continentale ont atteint l’objectif de réduction d’émissions de carbone fixé par Pékin selon la Commission nationale pour le développement et la réforme (NDRC), la principale agence de planification de la Chine communiste. Ces 20 régions représentent 70 % du PIB de la Chine. La NDRC a annoncé ce mois-ci que les régions qui n’atteignent pas leurs objectifs de réduction d’émissions seront punies, les responsables locaux seront tenus pour responsables.

Les administrations locales de provinces comme le Yunnan, le Jiangsu, le Guangdong et le Zhejiang ont demandé aux usines de réduire leur consommation d’électricité ou de réduire leur production.

Certains fournisseurs d’électricité ont demandé aux gros utilisateurs d’arrêter complètement leurs activités deux ou trois jours par semaine ou d’arrêter la production entre les périodes de pointe de 7 h à 23 h. Dans certains cas, les entreprises ont été invitées à fermer boutique jusqu’à avis contraire. C’est le cas des usines de fabrication de soja de la municipalité de Tianjin, dans l’est de la Chine, qui sont fermées depuis le 22 septembre.

« Les décideurs semblent prêts à accepter une croissance plus lente pour le reste de l’année afin d’atteindre l’objectif de réduction d’émissions de carbone… L’objectif de PIB de plus de 6 % est facilement réalisable, mais les objectifs de réduction d’émissions ne sont pas faciles à atteindre étant donné la croissance robuste du premier semestre », a déclaré à Bloomberg Larry Hu, responsable de l’économie chinoise chez Macquarie Group.

La flambée des prix du charbon et du gaz

Le prix des contrats à terme sur le charbon de chauffage dans la Chine communiste a quadruplé au cours du mois dernier en raison de préoccupations concernant les contraintes de pollution et la sécurité des mines. Alors que Pékin continue d’interdire les importations de charbon d’Australie, l’un des principaux fournisseurs de charbon au monde, la pression à la hausse sur les prix reste en place.

Dans la province du Liaoning, dans le nord-est de la Chine, la flambée des prix du charbon a été un facteur clé pour obliger les administrations à ordonner des coupures d’électricité d’urgence dans 14 villes. Dans la province du Jiangsu, certaines villes éteignent les lampadaires la nuit et les aciéries ont fermé. Dans le Zhejiang, 160 entreprises ont fermé, dont celles de l’industrie textile.

« La nature particulière du choc Covid a rendu l’économie plus énergivore, au moins temporairement… Pendant ce temps, les efforts pour réduire les émissions liées au charbon et une réduction des importations de charbon ont affecté les niveaux d’approvisionnement au moins marginalement, contribuant à une forte hausse des prix », a déclaré Goldman Sachs. Il a souligné que les exportations avaient explosé après l’atténuation de la pandémie, ce qui a entraîné une augmentation de la consommation d’énergie des industries chinoises.

Une demande croissante d’électricité

La crise de l’alimentation survient alors que les investisseurs mondiaux observent l’évolution de la situation d’Evergrande avec des yeux attentifs. Evergrande, l’une des plus grandes sociétés immobilières de la Chine communiste, a contracté des prêts de plus de 300 milliards de dollars. Elle est désormais incapable de rembourser ses dettes.

L’entreprise n’a pas payé d’intérêts à ses prêteurs. De nombreux entrepreneurs et fournisseurs n’ont pas non plus été payés. L’effondrement d’Evergrande devrait avoir un impact massif sur l’économie de la Chine communiste. Combinez cela avec la pénurie d’électricité et la fermeture de l’activité industrielle qui en résulte, les experts pensent que l’économie chinoise pourrait s’essouffler.

« Avec l’attention du marché désormais focalisée sur Evergrande et les restrictions sans précédent de Pékin sur le secteur immobilier, un autre choc majeur du côté de l’offre a peut-être été sous-estimé ou même manqué », a déclaré Nomura dans une note de recherche. Il a averti que la crise de l’électricité aura un impact durable sur l’économie chinoise et a prédit une croissance du PIB plus faible pour ce trimestre. La croissance du PIB pour l’ensemble de l’année a été ramenée de 8,2 à 7,7 %.

Morgan Stanley a averti que le PIB du quatrième trimestre pourrait chuter de 1% si les réductions de production se poursuivent. 7% de la capacité de production d’aluminium de la Chine ont été suspendus, 29 % de la production de ciment a été touchée. Des industries comme le verre et le papier pourraient bientôt être confrontées à des ruptures d’approvisionnement, ont averti les analystes de la société.

Rédacteur Nello Tinazzo

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.