Press "Enter" to skip to content

Univers. Taches solaires : variations de l’activité solaire

SAVOIR > Univers

Les éruptions solaires étaient trop faibles pour dépasser le seuil auquel le NOAA’s Space Weather Prediction Center, fournit des alertes. (Image : pixabay / CC0 1.0)
 

Le 29 mai 2020, un ensemble de taches solaires - des taches sombres comme des taches de rousseur sur la face du Soleil, représentant des zones de champs magnétiques complexes - affichaient la plus grande éruption solaire depuis octobre 2017.

Bien que les taches solaires ne soient pas encore visibles (elles seront bientôt visibles sur le côté gauche du Soleil), un vaisseau spatial de la NASA a repéré les éruptions solaires au-dessus d’elles.

Les éruptions solaires étaient trop faibles pour dépasser le seuil auquel le NOAA’s Space Weather Prediction Center (qui est la source officielle du gouvernement américain pour les prévisions météorologiques, les montres, les avertissements et les alertes) fournit des alertes. Mais après plusieurs mois avec très peu de taches solaires et peu d’activité solaire, les scientifiques et les prévisionnistes de la météo spatiale gardent un œil sur ces nouveaux clusteurs pour voir s’ils grandissent ou disparaissent rapidement. Les taches solaires pourraient bien être un signe avant-coureur de l’accélération et du regain d’activité du cycle solaire.

Il se pourrait aussi que cela ne le soit pas. Il faudra encore quelques mois avant de le savoir avec certitude.

Au fur et à mesure que le Soleil traverse son cycle naturel de 11 ans, dans lequel son activité croit et décroit, le nombre de taches solaires augmente et diminue également. La NASA et la NOAA suivent les taches solaires afin de déterminer et de prévoir la progression du cycle solaire - et, finalement, l’activité solaire. Actuellement, les scientifiques accordent une attention particulière au nombre de taches solaires, car il est essentiel pour déterminer les dates du minimum solaire, qui est le début officiel du 25 ème cycle solaire (cycle 25). Cette nouvelle activité de taches solaires pourrait être un signe que le Soleil a traversé son minimum et est peut-être en train de démarrer un nouveau cycle.

Cependant, il faut au moins six mois d’observations solaires et de comptage des taches solaires, après un minimum, pour savoir quand cela s’est produit. Parce que ce minimum est défini par le plus petit nombre de taches solaires dans un cycle, les scientifiques doivent voir les nombres augmenter constamment avant de pouvoir déterminer quand exactement ils étaient au plus bas. Cela signifie que le minimum solaire est un exemple uniquement repérable avec le recul : cela pourrait prendre 6 à 12 mois après l’évènement pour confirmer quand le minimum a réellement été passé.

C’est en partie parce que notre étoile est extrêmement variable. Ce n’est pas parce que le nombre de taches solaires augmente ou diminue au cours d’un mois donné que cela ne s’inversera pas au cours du mois suivant, pour ensuite revenir en arrière le mois d’après. Les scientifiques ont donc besoin de données sur le long terme pour se faire une idée des tendances globales du Soleil à travers le cycle solaire.

Généralement, cela signifie que le nombre de taches solaires que nous utilisons pour comparer un mois donné est le nombre moyen de taches solaires sur six mois, à la fois en arrière et en avant dans le temps - ce qui signifie qu’en ce moment, nous pouvons déterminer en toute confiance à quoi ressemblait octobre 2019 par rapport aux mois précédents (il y avait certainement moins de taches solaires !), mais pas encore à quoi ressemblait novembre par rapport à cela.

Le 29 mai, à 3 h 24 HNE, une éruption solaire de classe M relativement petite a jailli de ces taches solaires. Les éruptions solaires sont de puissants éclats de rayonnement. Le rayonnement nocif d’une éruption solaire ne peut pas traverser l’atmosphère terrestre pour affecter physiquement les humains sur terre, cependant - lorsqu’il est suffisamment intense - il peut perturber l’atmosphère dans les couches où le GPS et les signaux de communication voyagent. L’intensité de cette éruption était inférieure au seuil pouvant affecter l’espace géomagnétique et inférieure au seuil de NOAA pour créer une alerte.

Néanmoins, il s’agissait de la première éruption solaire de classe M depuis octobre 2017 - et les scientifiques surveilleront si le Soleil commence effectivement à se réveiller.

Fourni par : Karen Fox, Lina Tran, Goddard Space Flight Center de la NASA. (Remarque : le contenu et la longueur peuvent être modifiés.)

Traduit par Nello Tinazzo

Version en anglais : New Sunspots Potentially Herald Increased Solar Activity