Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Homme. Vous pensez contrôler votre santé, mais les entreprises de la chimie jouent un rôle bien plus important

SAVOIR > Homme

Vous allez à la salle de sport, mangez sainement et marchez autant que possible. Vous vous lavez les mains et vous vous faites vacciner. Vous pensez contrôler votre santé. Ce n’est hélas pas tout à fait vrai. Certains facteurs indépendants, comme une exposition à certaines substances chimiques présentes dans de nombreux produits de la vie courante, connues sous le nom de PFAS, peuvent provoquer des maladies parfois mortelles.

Ces substances dites « éternelles » peuvent pénétrer l’organisme, et y demeurer de quelques jours à quelques années. Les PFAS sont associés à un risque accru de cancers du rein et des testicules.

Nous savons désormais que l’exposition à quatre catégories de produits : le tabac, l’alcool, les aliments ultra-transformés et les combustibles fossiles, est liée à un décès sur trois dans le monde. Ces produits sont impliqués dans 19 des 56 millions de décès annuels dans le monde (selon un rapport de 2019). La pollution en grande partie due aux combustibles fossiles est aujourd’hui la principale cause environnementale de décès prématuré. Les communautés de couleur et les communautés à faibles revenus subissent des impacts disproportionnés. Plus de 90 % des décès liés à la pollution surviennent dans les pays à revenu moyen inférieur.

Cela signifie que le principal facteur de risque de maladie et de décès dans le monde est constitué par les entreprises qui fabriquent, commercialisent et vendent ces produits nocifs pour la santé. Bien que ces entreprises soient conscientes des effets néfastes de leurs produits, elles les dissimulent souvent systématiquement pour accroître leurs profits au détriment de notre santé. Les grandes entreprises des secteurs du tabac, du pétrole, de l’alimentation, de la pharmacie et de la chimie ont toutes appliqué des techniques similaires, privatisant les profits et propageant les effets néfastes.

Vous pensez contrôler votre santé, mais les entreprises de la chimie jouent un rôle bien plus important
Les fabricants de tabac ont longtemps mis en doute le lien entre le tabagisme et le cancer. (Image : baffos / envato)

Profits et pertes

Lorsque les entreprises dissimulent les effets nocifs de leurs produits, elles nous empêchent de nous protéger et de protéger nos enfants. Nous disposons aujourd’hui de nombreux cas bien documentés d’actes répréhensibles commis par des entreprises, concernant des produits tels que l’amiante, les combustibles fossiles, les pesticides, les herbicides, le sucre, la silice et, bien sûr, le tabac. Dans ces cas, les entreprises ont intentionnellement semé le doute ou dissimulé les effets néfastes de leurs produits afin de retarder ou d’empêcher toute réglementation et de maintenir leurs profits.

Des décennies de preuves empiriques montrent que ces tactiques efficaces ont en fait été partagées et stratégiquement transmises d’une industrie ou d’une entreprise à l’autre.

Par exemple, lorsque les grandes sociétés de tabac Philip Morris et R.J. Reynolds ont racheté les sociétés agroalimentaires Kraft, General Foods et Nabisco dans les années 1980, les dirigeants des sociétés de tabac ont apporté des stratégies de marketing, des arômes et des colorants afin d’élargir les gammes de produits et de créer des aliments gras, sucrés et salés hyper appétissants tels que des biscuits, des céréales et des aliments surgelés liés à l’obésité et aux maladies liées à l’alimentation. Ces aliments activent nos circuits de récompense et nous encouragent à consommer davantage.

Comment les « produits chimiques éternels » ou PFAS, sont-ils devenus si répandus ?

Une équipe de scientifiques a étudié des documents industriels internes, auparavant secrets, de 3M et DuPont, les plus grands fabricants des produits chimiques éternels que sont l’APFO et le SPFO.

Ces documents montrent que 3M et DuPont ont utilisé des tactiques issues du manuel de l’industrie du tabac, telles que la suppression des recherches défavorables et la distorsion du débat public. Big Tobacco, 3M et DuPont avaient un intérêt financier à supprimer les preuves scientifiques des effets néfastes de leurs produits, en déclarant publiquement que des produits très demandés comme le Teflon étaient sans danger.

Pendant des décennies, les produits chimiques PFOA et PFOS ont été utilisés pour fabriquer des poêles en téflon, du Scotchgard, de la mousse anti-incendie et d’autres matériaux antiadhésifs. Au début des années 2000, l’un de ces produits, le PFOS, considéré comme l’un des PFAS les plus toxiques, s’est retrouvé dans notre sang à un niveau 20 fois supérieur à celui que son fabricant, 3M, considérait comme sûr.

Dès 1961, le toxicologue en chef de la filiale Teflon de DuPont a signalé que le matériau miracle de l’entreprise avait « la capacité d’augmenter la taille du foie des rats à faible dose » et a recommandé que les produits chimiques soient manipulés « avec une extrême prudence ». Selon une note interne de 1970, le laboratoire Haskell, financé par DuPont, a découvert que la classe chimique C8 (aujourd’hui connue sous le nom de PFOA/PFOS) était « hautement toxique lorsqu’elle était inhalée et modérément toxique lorsqu’elle était ingérée ».

Vous pensez contrôler votre santé, mais les entreprises de la chimie jouent un rôle bien plus important
Le téflon a été accueilli comme un matériau miracle, permettant de fabriquer des poêles antiadhésives. Cependant, les produits chimiques utilisés à l’origine pour fabriquer le téflon étaient dangereux pour la santé. (Image : magone / envato)

3M et DuPont ont toutes deux mené des recherches internes approfondies sur les risques que leurs produits présentaient pour l’homme, mais elles n’en ont guère partagé les résultats. Ce n’est qu’en 2011 que les risques liés à l’APFO, notamment l’hypertension gravidique, les cancers du rein et des testicules et la colite ulcéreuse, ont été publiquement établis.

Aujourd’hui, 60 ans après que DuPont a découvert les effets nocifs de ces produits, de nombreux pays doivent faire face à des conséquences humaines et environnementales et à un entretien très coûteux.

Même si la production de PFOA et de PFOS est progressivement abandonnée, ces produits chimiques sont facilement stockés dans l’organisme et mettent des dizaines d’années à se décomposer. Pire encore, le PFOA et le PFOS ne sont que deux des 15 000 différents produits chimiques PFAS, dont la plupart sont encore utilisés.

Comment pouvez-vous contrôler votre santé et éviter les dommages

Je travaille dans le domaine des déterminants commerciaux de la santé, c’est-à-dire des dommages que les entreprises peuvent nous causer.

L’un des principaux moyens utilisés par les entreprises pour éviter la réglementation et les poursuites judiciaires consiste à dissimuler les preuves. Les études internes démontrant des dommages peuvent être facilement dissimulées. Les études externes peuvent être influencées, soit par le financement de l’entreprise, soit par des scientifiques favorables à l’entreprise, soit par des actions en justice, soit par des pressions exercées sur les décideurs politiques pour qu’ils évitent la réglementation.

Trois moyens d’empêcher que cela ne se produise

1. Exiger des entreprises qu’elles adhèrent aux mêmes normes de partage des données et de science ouverte que les scientifiques indépendants

Si une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit, elle devrait être tenue d’enregistrer et de rendre publiques toutes les études qu’elle prévoit de mener sur ses effets nocifs, afin que le public puisse en connaître les résultats.

2. Rompre les liens financiers entre l’industrie et les chercheurs ou les décideurs politiques

De nombreuses grandes entreprises dépensent de l’argent dans des études publiques pour tenter d’obtenir des résultats favorables à leurs propres intérêts. Pour rompre ces liens financiers, il faut stimuler la recherche en santé publique, soit par un financement public, soit par des solutions alternatives telles qu’une taxe sur le marketing des entreprises. Il faudrait également plafonner les dons politiques des entreprises et contrôler le lobbying en limitant l’accès et les dépenses des entreprises auprès des décideurs politiques et en améliorant la transparence.

Il s’agirait également de mettre un terme à la pratique de la « porte tournante », qui consiste à faire travailler des fonctionnaires ou des responsables politiques pour l’industrie qu’ils avaient l’habitude de réglementer une fois qu’ils ont quitté leurs fonctions.

3. Rendre obligatoire la transparence publique des financements accordés par les entreprises aux chercheurs et aux décideurs politiques.

En 2010, les États-Unis ont adopté des lois visant à imposer la transparence sur les sommes dépensées par les entreprises médicales et pharmaceutiques pour influencer les produits que les médecins choisissent d’utiliser. Les recherches menées à partir des données mises au jour par ces lois ont montré que le problème était omniprésent. Nous avons besoin de ce modèle pour d’autres secteurs d’activité afin de voir clairement où va l’argent des entreprises. Les registres devraient être détaillés, permanents et faciles à consulter.

Ces mesures ne seront pas faciles à prendre, mais le statu quo permet aux entreprises de continuer à vendre des produits dangereux ou mortels bien plus longtemps qu’elles ne le devraient.

Ce faisant, elles sont devenues l’une des plus grandes influences sur notre santé et continueront à nuire aux générations futures, d’une manière qu’il sera difficile de contrer avec du yoga et de la volonté.

Retrouvez le pouvoir de contrôler votre santé. Votre santé est plus importante que les profits de l’industrie chimique.

Rédacteur Fetty Adler
Collaborateur Jo Ann

Source : We Think We Control Our Health, but Corporations Have a Much Greater Role
www.nspirement.com

Soutenez notre média par un don ! Dès 1€ via Paypal ou carte bancaire.